BFM Patrimoine

Paris: rebond inattendu au prétexte hausse ventes de FORD.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - A 2 heures de la clôture à Wall-Street, les acheteurs ne lâchent pas l'affaire. Les indices US profitent d'un regain d'optimisme inattendu: le Dow Jones gagne 120Pts et se rapproche des 15.000Pts, le Nasdaq gagne +1%. Puisqu'

(CercleFinance.com) - A 2 heures de la clôture à Wall-Street, les acheteurs ne lâchent pas l'affaire.

Les indices US profitent d'un regain d'optimisme inattendu: le Dow Jones gagne 120Pts et se rapproche des 15.000Pts, le Nasdaq gagne +1%.

Puisqu'il faut une explication à tout -même tirée par les cheveux-, l'euphorie de Wall Street serait motivée par le bon niveau des ventes de voitures de Ford aux Etats Unis au mois d'août (meilleur score depuis 5 ans) et l'annonce que le constructeur pourrait augmenter ses cadences de production au 4ème trimestre.

Et c'est cela qui expliquerait une remontée de +1,5% du CAC40 depuis ses plus bas du jour: l'économie mondiale est sauvée ! Alors oublions les incertitudes syriennes et le pétrole à 109$, oublions le plafond de la dette US et les taux longs qui continuent de se tendre.

Paris (+0,16%) a terminé pratiquement au plus haut du jour à 3.980Pts après avoir reculé de -1% en moyenne entre midi et 15H30.

A voir l'ampleur du rebond des indices boursiers depuis 15H35, on pourrait croire que rien ne vaut une ou deux mauvaises 'stats' US pour redonner le moral à Wall Street (cela se vérifie presque à tous les coups) et stopper net le recul des places européennes (qui avoisinait -1,1% vers 14H30).

Le rebond de +60Pts CAC40 au cours des 2 dernières heures semblait le scénario le plus improbable... et vu le contenu de l'actualité économique ou géopolitique dans l'intervalle, cette remontée était juste inexplicable.

La piste des 'fuite' sur le contenu du 'Beige Book' de la FED (qui sera divulgué ce soir) et sur la poursuite du 'QE-3' ne tient pas puisque les T-Bonds US sont stables à légèrement baissiers ce soir (2,9% de rendement contre 2,85% mardi), idem pour les Bunds et les OAT.

Pour en revenir aux chiffres US (qui ne sont donc pour rien dans la hausse du jour), le déficit commercial des Etats-Unis s'est creusé plus que prévu en juillet.

D'après le Département du Commerce, le déficit est passé de 34,5Mds$ en juin à 39,1Mds$ en juillet (les importations augmentant de 1,5% tandis que les exportations reculaient de 0,6% à 189,4Mds$).

Sur le front géopolitique, Moscou semble entrouvrir la porte à une action contre Damas 'si toutes les preuves sont apportées': 'Après quelques jours au cours desquels une intervention paraissait improbable, les marchés sont secoués par le soutien affiché par de nombreux responsables politiques américains au Président Obama dans son plan d'attaque en Syrie', explique-t-on chez IG.

Plusieurs parlementaires du Congrès se sont en effet prononcés en faveur de frappes ciblées et limitées dans le temps contre le régime de Bachar Al-Assad, ce qui semble accroître les chances de feu vert à cette opération.

Avec la remontée inattendue des indices, les opérateurs se recentrent sur l'indice PMI Markit des 'services' qui affiche son plus fort taux de croissance depuis un peu plus de deux ans.

Sur le plan des valeurs, Ingenico s'adjugeait 5% (Goldman Sachs voit pas moins de 50% de potentiel de hausse, le courtier américain visant plus de 80E).

Plastic Omnium prend 3,5%, alors que l'équipementier automobile a annoncé que le nominal de son action serait divisé par trois sur la base du cours devant intervenir à la clôture du lundi 9 septembre.
Au sein du CAC, Accor reste leader avec +3,85%, loin devant Bouygues avec +2,55%, Orange +1,5%, Lafarge et Legrand +1,1%.

Du côté des baisses, Iliad lâche 3% alors que le fondateur de la maison-mère de Free, Xaviel Niel, a déclaré avoir cédé 3% du capital du groupe de télécommunications dans le cadre d'un placement privé.

Air France-KLM abandonne 0,35% (contre -2,5% vers 14H) dans le sillage de la compagnie à bas coûts Ryanair qui a fait un 'profit warning' pour son premier trimestre comptable et d'un avertissement sur résultats.

Parmi les valeurs plus modestes, Transgene plonge de -13,5%, sur fond d'échec dans un programme de phase 2 de la société biopharmaceutique, portant sur Pexa-Vec dans le traitement du cancer du foie.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance