BFM Patrimoine

Paris:préserve ses supports en cette veille de '3 sorcières'

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Au lendemain d'une baisse de -1,5% à Wall Street, aucun rebond ne se dessine et les indices US continuent de s'enfoncer dans le rouge: le Dow Jones perd 0,4%, le 'S&P' -0,35% et le Nasdaq chute de -0,5% (vers 2.830Pts), au

(CercleFinance.com) - Au lendemain d'une baisse de -1,5% à Wall Street, aucun rebond ne se dessine et les indices US continuent de s'enfoncer dans le rouge: le Dow Jones perd 0,4%, le 'S&P' -0,35% et le Nasdaq chute de -0,5% (vers 2.830Pts), au plus bas du jour, de la semaine et même depuis fin juin).
A la veille de la séance des '3 sorcières', les investisseurs US hésitent même à se lancer dans des rachats à bon compte alors que le Nasdaq ou le Dow Jones ont reperdu 10% sur leurs sommets de la mi-septembre.

La Bourse de Paris (-0,52%) a clôturé au plus bas du jour mais a préservé la base du corridor 3.380 et 3.395Pts qui a prévalu ce jeudi.

Les indices européens semblent 'soutenus' à 24H de l'expiration des contrats et options sur indices: personne ne se risque non plus à passer vendeur et cela se lit dans des volumes indigents (2,13MdsE échangés ce jeudi).

L'Euro-Stoxx (-0,45%) affiche un score déjà observé à la mi-journée ou en milieu de matinée: Londres et Francfort ont reculé de -0,9%, la bourse d'Amsterdam de -1,7% (la Hollande est victime d'une récession de -1,1%).

La batterie de chiffres US publiés à 14H30 n'a provoqué aucun décalage de cours notable: la flambée des inscriptions hebdomadaires au chômage (+78.000 à 439.000) est jugée 'non significative' compte tenu de l'impact prévisible de l'ouragan Sandy sur l'emploi sur la côte Est.
La légère remonté de l'indice 'Empire State' de -6,16 à -5,25 n'a pas suscité d'enthousiasme car la composante 'emploi' s'inscrit en forte baisse en ce mois de novembre, à -14,6 contre -1,1 en octobre.

Le Dollar (-0,5% à 1,28000/E) semble le seul à réagir la mauvaise surprise que constitue un indice 'Philly FED' qui plonge de +5,7 vers -10,7: c'est tellement pire qu'attendu que les opérateurs envisagent aussitôt une nouvelle initiative de la FED visant à soutenir l'économie (probablement une poursuite de l'opération 'twist' sous une forme ou une autre après le 1er janvier.

Pas de réaction non plus à la bonne surprise liée aux PIB de la France et de l'Allemagne (en hausse de +0,2% respectivement au T3).

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a été confirmé à 2,5% en octobre 2012, contre 2,6% en septembre. Le taux d'inflation mensuel a été de 0,2% en octobre.
La monnaie unique -malgré la crise grecque et tout le mal que la presse britannique pense de la France- européenne parvient à se stabiliser après une chute significative depuis la fin du mois d'octobre, où elle cotait 1,30 dollar environ (l'Euro a inscrit un point bas de deux mois à 1,266$).

'Les tensions au Proche-Orient et le blocage autour du budget US pèsent sur l'ensemble des indices', estiment les stratèges de Saxo Banque. Les indices américains se sont enfoncés dans le rouge hier en fin de séance, avec un Dow Jones qui chutait de 1,5% à la clôture pour atteindre son plus bas niveau depuis le 12 juillet dernier.

Le catalyseur de la correction a été la première conférence de presse du président Obama, qui a confirmé son souhait de voir expirer les réductions d'impôt profitant aux 2% des contribuables les plus riches.

'Son argument consiste à affirmer que cela ne nuira pas aux dépenses d'investissements des entreprises, mais cela n'a pas convaincu le marché', note un vendeur.

Du côté des valeurs, Bouygues s'effrite de -0,15% après avoir dévoilé un résultat net de 564 millions d'euros pour les neuf premiers mois de l'exercice 2012, en repli de 29%, mais revu en hausse son objectif de chiffre d'affaires 2012.
C'est Vivendi qui domine le classement avec +1,8%, devant 3 banques: Crédit Agricole, BNP-Paribas et Sté Générale qui gagnaient entre +1 et +1,5% (le projet de séparation des activités du gouvernement présenté par P.Moscovici ne remet pas en cause le modèle de 'la banque universelle').

Natixis décroche de 5,7% après la publication d'un résultat net de troisième trimestre en-dessous du consensus des analystes.
Alcatel Lucent (-5,15% à 0,83E) est victime de nouvelles attaques dont l'origine serait l'éviction de l'indice MSCI-1600 (le titre reperd 10% depuis hier midi), ce qui entraîne des ventes automatiques.

EDF (-2,05%) inscrit un nouveau plancher historique à 14,2E (HSBC dégrade sa recommandation sur EDF de 'surpondérer' à 'neutre' avec un objectif de cours ajusté de 21 à 17E, soit un potentiel de hausse de 10% pour le titre de l'électricien) et EADS (-2,95%) se retrouve pour sa part pratiquement au plus bas de l'année; Air-France dévisse de -8,5% à 6,55E.

Iliad (+0,1% à 123,9E) a réalisé un chiffre d'affaires de 2 263 millions d'euros au 30 septembre 2012 (contre 1 579 millions d'euros à la même période en 2011). Le Groupe compte 4 405 000 abonnés à ses offres mobiles, soit 6,4% du parc total.

ADP affiche un chiffre d'affaires en hausse de 4,9 % à 1 972 millions d'euros sur les 9 premiers mois de l'année. L'Objectifs 2012 est maintenus avec une hypothèse de croissance modérée du trafic passager, du chiffre d'affaires et de l'EBITDA.

ArcelorMittal (-2,15% à 11,67E) indique qu'il a conclu un accord de cession définitif de sa participation de 50% au capital du groupe minier sud-africain Kalagadi Manganese.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance