BFM Patrimoine

Paris: préserve les 3.500, la tendance s'alourdit à W-Street

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Il n'y avait pas de tendance en clôture à Wall Street hier soir... et il semblerait que le scénario ne sera guère différent ce soir. A mi-séance (et un peu au-delà), les indices US sont 'flat' à légèrement baissiers a

(CercleFinance.com) - Il n'y avait pas de tendance en clôture à Wall Street hier soir... et il semblerait que le scénario ne sera guère différent ce soir.
A mi-séance (et un peu au-delà), les indices US sont 'flat' à légèrement baissiers avec le 'S&P' à -0,1%, le Dow Jones à -0,25% et le Nasdaq à +0,15% (dans le sillage de Google et Facebook).

Paris en revanche avait clôturé en hausse (+0,03%) et les volumes se sont étoffés !
Voilà deux affirmations un peu hâtives qui masquent une réalité bien différente: le CAC40 clôture à contre-tendance et non, l'activité ne s'est pas renforcée car les 2,15MdsE constatés en clôture incluent plus de 600MnsE de transactions 'techniques' durant le 'fixing'.
A la fin de la séance, il ne s'était échangé 'en vrai' que 1,45MdsE, à peine plus que la veille, et bien moins qu'au cours des semaines précédentes.

Les places européennes sont également repassées du vert au rouge à la dernière minute, de -0,08% à +0,04%: les marchés sont tellement creux que cela ne coûte rien de faire un 'dernier petit geste' qui entretient l'optimisme et permet de faire oublier que l'Euro est retombé de 1,30 vers 1,293$.

Le CAC40 avait basculé sous les 3.500Pts (-0,25% à 3.492Pts au plus bas) vers 16H30 alors que Wall Street affichait -0,25% (et -0,4% sur le Dow Jones... des scores qui ressemblent à ceux de la mi-journée).
Les indices boursiers n'avaient pas réagi aux deux premiers chiffres parus à 15H aux Etats Unis.

L'indice Case-Shiller des prix immobilier a progressé de +0,3% (la hausse se poursuit dans 18 des 20 plus grandes métropoles américaines) mais les commandes de biens durables stagnent suite à la baisse d'activité dans l'aéronautique et le secteur auto.
Pas de coup de chapeau non plus à l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board: il s'établi à 73,7 en novembre contre 72,2 en octobre.

Eu Europe, c'est le 'fait accompli' qui semble s'imposer après l'accord trouvé sur le refinancement et les objectifs de déficit de la Grèce: après 5% gagnés la semaine passée, les 'bonnes nouvelles' sont probablement 'dans les cours'.

'Après plus de 14 heures de discussion, les dix-sept pays de l'euro, le FMI ainsi que la BCE sont donc finalement parvenus à un accord sur les mesures à entreprendre pour ramener la dette grecque à un niveau acceptable à l'horizon 2020', indique Saxo Banque, précisant que 'l'objectif initial voulu par le FMI était de 120%, ce sera finalement 124% du PIB, représentant un allègement d'environ 40 milliards d'euros'.

Concernant le versement des aides, un montant total de 43,7 milliards d'euros a été débloqué pour renflouer les caisses du Trésor grec. Une première tranche d'aide d'un peu plus de 34 milliards devrait être versée le 13 décembre, les autres versements se dérouleront au cours du premier trimestre 2013.

'Après l'échec des négociations sur le budget européen, ce consensus permet de sauver la Grèce de la banqueroute et d'affronter les nouvelles échéances avec plus de sérénité', estiment les spécialistes.

Pour IG, 'la Grèce, qui va percevoir plus de 40 milliards d'euros d'ici mars 2013, ne devrait plus être un sujet majeur de préoccupation pendant six mois au moins'.

Les investisseurs restent conscients des difficultés que traverse l'économie mondiale et surtout de la morosité de la conjoncture alors que l'OCDE revoit à la baisse la croissance mondiale à +3,4% et US à +2,2%.
En Europe, ce sera de la récession en 2013 avec un repli de 0,4% de l'activité... et un rebond début 2014 demeure très hypothétique.

A 18h00, le marché accueillera les données relatives au nombre de demandeurs d'emploi en France pour le mois d'octobre: ce sera un 18ème de progression du chômage.

A la suite de l'accord sur la Grèce, les valeurs bancaires et financières ont été plébiscitées. Société Générale a fini sur le podium du CAC40, grimpant de 2,2%, Crédit Agricole s'adjugeait 1% et BNP-Paribas +0,7%.
Le CAC40 a pâti du recul de Total (-1,2%), France Télécom (-
2%), EDF et GDF-Suez (-1,9% et -1,6% respectivement).

Rémy Cointreau s'envolait de 6,5% au-delà de 89,5 euros, dans le sillage de la publication de résultats au-dessus des attentes pour son premier semestre 2012/2013.

Nexans a pris +6,4% à 35,52 euros, après la conclusion d'un avenant permettant au groupe chilien Madeco de porter sa participation à un maximum de 28% du capital, contre 22,5% actuellement.
ST-Micro s'imposait sur le fil -et de façon un peu surprenante- en tête du CAC40 avec +2,7%.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance