BFM Patrimoine

Paris: poursuite de la correction et CAC 40 sous les 5.000.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Toujours privée de catalyseurs, la Bourse de Paris évolue en net retrait ce mardi. L'actualité est dense sur le front des résultats d'entreprises. A environ 1h30 de la cloche, le CAC 40 recule de 1,4% à 4.960 points, alors

(CercleFinance.com) - Toujours privée de catalyseurs, la Bourse de Paris évolue en net retrait ce mardi. L'actualité est dense sur le front des résultats d'entreprises.

A environ 1h30 de la cloche, le CAC 40 recule de 1,4% à 4.960 points, alors que le taux français à 10 ans flirte avec les 1% (0,98%) tandis que le rendement du Bund allemand de même maturité se tend autour de 0,68%.

Les tensions sur les taux d'intérêt alimentent les craintes de voir les pays de la zone euro se refinancer dans des conditions difficiles, en dépit des mesures de soutien déployées par la Banque centrale européenne (BCE).

'Le temps nous dira si les obligations reviendront à des eaux plus calmes et dans quel intervalle, mais cela pourrait à notre avis prendre un certain temps', prévient-on chez Société Générale.

'Le problème de la dette grecque figure encore sur le devant de la scène avec des rumeurs de référendum pour décider de l'avenir ou non du pays au sein de la zone euro', note pour sa part Tony Cross, analyste de marchés chez Trustnet Direct.

En l'absence d'indicateur majeur des deux côtés de l'Atlantique, l'attention des opérateurs se portent sur les valeurs. Plus forte baisse de l'indice phare, Airbus Group (-2,5%) accuse toujours le coup après le crash d'un A400M ce week-end près de Séville (Espagne) et pâtit de la hausse de l'euro, qui à ce stade engrange 0,8% face au dollar à 1,1245.

Lanterne rouge du SBF 120, le titre Eiffage cède de son côté 3,6% dans le sillage de la publication d'un chiffre d'affaires du premier trimestre d'environ trois milliards d'euros, en retrait de 0,5% à périmètre et change constants. Le groupe a en outre réitéré sa prévision d'un chiffre d'affaires en léger repli pour 2015.

Thales (-1,6%) est également délaissé alors qu'Henri Proglio, dont l'appartenance aux conseils d'administration de deux filiales de Rosatom fait grincer des dents à Bercy, a fait savoir qu'il ne prendra finalement pas la présidence du groupe.

A contrario, Numericable-SFR (+1,8%) s'illustre à la hausse après avoir annoncé un Ebitda de 930 millions d'euros au titre du premier trimestre, un chiffre en hausse de 21% par rapport au premier trimestre 2014 alors que le consensus ne visait 'que' 819 millions d'euros.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance