BFM Patrimoine

Paris: passe positif sur contrat février, actualité ignorée

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Tous les éléments d'actualité semblaient plaider ce jeudi matin en faveur d'une consolidation mais dans un marché où les volumes demeurent étroits et à la veille de la séance technique des '3 sorcières', c'est la 'tacti

(CercleFinance.com) - Tous les éléments d'actualité semblaient plaider ce jeudi matin en faveur d'une consolidation mais dans un marché où les volumes demeurent étroits et à la veille de la séance technique des '3 sorcières', c'est la 'tactique' qui l'emporte... et elle consistait à retourner le marché de façon à maximiser les gains mensuels afin de gagner un peu d'argent sur le contrat février (janvier ayant compensé à 4.328Pts).

Le CAC40 (+0,33% à 4.355,5) vient d'inscrire sa meilleure clôture depuis 5 ans et demi et son 'plus haut' intraday depuis le 8 septembre 2008.
L'Euro-Stoxx50 revient à l'équilibre à la dernière seconde, avec un score final de +0,03%, essentiellement grâce à la bourse de Paris.

Les causes de la chute initiale du CAC (-1,1%) semblaient pourtant évidentes pour tout le monde (déficit commercial japonais record, baisse de -2% de Tokyo, chute du PMI manufacturier chinois de 48,5 vers 48,3, repli de -1,2% de Hong Kong, dissensions au sein de la FED, etc.).

Mais petit à petit, le CAC40 a repris le terrain perdu avant d'accélérer à la hausse après la publication de l'indice PMI manufacturier américain 'Markit' (en estimation 'flash') qui est ressorti en forte hausse de 53,7 vers à 56,7 ce mois-ci et malgré les intempéries qui continuent, marquant la plus forte expansion du secteur depuis... mai 2010.

Le sous-indice de l'emploi a notamment progressé à 54 en février, contre 53,2, alors même que les chiffres hebdomadaires de l'emploi ne font apparaître qu'une timide résorption du chômage de -3.000 à 336.000.

De façon assez paradoxale, le 'Philly-FED' publié à 16H déjoue les pronostics haussiers en reculant à -6,3 au lieu des +7,3 attendus (et 9,4 en janvier) et l'indice avancé du Conference Board ressort à +0,3% au lieu de +0,4% espéré... mais Wall Street semble prendre cela pour une bonne nouvelle puisque les 3 principaux indices US s'installent dans le vert (+0,6% en moyenne) avec +0,7% sur le Dow Jones et le Russel-2000 et même +1,5% sur le 'Dow Transport'.

En réalité, Wall Street salue le rachat pour 19Mds$ de Whatsapp (50 salariés et qui ne fait pratiquement aucun chiffre d'affaire) par Facebook et l'envol de +10% de Tesla (qui se pays 250 fois les bénéfices).

Revoilà une apparente folie qui n'est pas sans rappeler les raisonnements délirants qui avaient cours lors de la bulle des 'dot-com' (toujours l'idée que les recettes publicitaire vont pleuvoir par dizaines de milliards sur les champions des réseaux sociaux).

'Le compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale a plutôt déçu les investisseurs hier soir', souligne par ailleurs Vincent Pellizzari, trader chez RTFX.

'En effet, la Fed souhaite maintenir les taux bas jusqu'à ce que le taux de chômage et de l'inflation atteignent respectivement 6,5% et 2%', indique le professionnel, précisant que 'certains membres de l'institut d'émission ont affirmé qu'un relèvement des taux devrait être envisagé tôt ou tard afin d'empêcher une surchauffe de l'économie, ce qui montre que les discussions au sein de la Fed évoluent tout doucement'.

'Le compte rendu du FOMC a présenté une banque centrale déterminée à poursuivre son resserrement monétaire', renchérit Saxo Banque. 'Malgré des chiffres de l'emploi décevants et des turbulences sur les marchés émergents, la Fed devrait néanmoins garder son cap.'

Le CAC40 progresse surtout grâce aux résultats des entreprises qui éclipsent le recul de l'activité qui s'est aggravé dans le secteur français des services au mois de février.

La production manufacturière s'est en revanche accrue, montre la dernière enquête PMI de Markit réalisée auprès des directeurs d'achats.

Les leaders du jour sont Technip (+9%), Suez Environnement (+6,3%), Technicolor (+5,6%), Capgemini (+4,4%), Natixis (+3,2%), Schneider Electric (+2,8%) et Véolia (+3,15% sur la signature d'un beau contrat avec Buenos Aires).

En revanche, Gemalto décroche de 4%, alors que Visa comme MasterCard ont annoncé dans la nuit avoir retenu la technologie 'Host Card Emulation' (HCE) pour leurs futures applications de paiement mobile sans contact (NFC); Safran et Bouygues perdaient encore -2% et -1,7%, Soitec -3,1%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance