BFM Patrimoine

Paris: net repli, le dossier grec pèse.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Deuxième séance consécutive de baisse à la Bourse de Paris, avant une salve de résultats à compter du milieu de la semaine. Pour l'heure, la Grèce (re)commence à inquiéter les opérateurs. A environ 1h30 de la cloche, l

(CercleFinance.com) - Deuxième séance consécutive de baisse à la Bourse de Paris, avant une salve de résultats à compter du milieu de la semaine. Pour l'heure, la Grèce (re)commence à inquiéter les opérateurs.

A environ 1h30 de la cloche, le CAC 40 se replie de 1,2% à 4.632 points.

La correction se poursuit donc sur le marché parisien et 'les investisseurs commencent à se demander si le mouvement de hausse enclenché par l'action des banques centrales n'est pas en train de toucher à sa fin', explique-t-on chez IG, pour qui 'à la simple lumière des PER, les marchés d'actions internationaux apparaissent chers'.

Alors que S&P a abaissé sa note et que Moody's annonce avoir placé 'son' 'Caa1' de la Grèce sous revue en vue d'un déclassement, les opérateurs font par ailleurs montre de prudence au lendemain du discours de politique générale du nouveau Premier ministre Alexis Tsipras, qui n'a pas franchement dissipé les inquiétudes et dont la vision diffère radicalement de celle de l'exécutif allemand. Le gouvernement grec a réaffirmé ne plus vouloir d'aide conditionnée de la part du FMI et de l'Union Européenne. Président de l'Eurogroup, Jeroen Dijsselbloem a pour sa part fixé vendredi un ultimatum à la Grèce jusqu'au 16 février pour accepter la prolongation de son programme d'aide sous contrainte de la Troïka, ce que Syriza refuse formellement.

Entre effets d'annonces, divergences de fond et marges de manoeuvre réelles des uns et des autres, il est néanmoins très difficile à ce stade d'anticiper l'évolution des négociations.

Celles entre la Russie et l'Occident au sujet du conflit ukrainien, qui a débuté il y a maintenant dix mois, s'annoncent elles aussi éprouvantes. La rencontre à Minsk (Bélarus) entre Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko pour tenter d'éviter la 'guerre totale' décrite ce week-end par le locataire de l'Elysée pourrait cependant se solder par un succès, estiment les équipes de XTB France, qui font valoir que le plan actuellement à l'étude 'se base sur certaines préconisations du Kremlin', prévoyant en particulier 'une plus large autonomie des régions rebelles ainsi que la création d'une zone démilitarisée de 50 à 70 kilomètres de large le long de l'actuelle ligne de front'. En d'autres termes, Vladimir Poutine devrait accepter cette initiative.

Sur le front des statistiques, les chiffres de la balance commerciale chinoise pour le mois de janvier se sont révélés décevants malgré une forte progression de l'excédent commercial. Celle-ci s'explique en effet par une importante chute des importations (-19,9% contre -3% anticipé et -2,4% précédemment), tandis que les exportations ont baissé de 3,3%, contre une hausse de 9,7% en décembre et +6,7% anticipé par le consensus.

Seule donnée du jour en Europe (la séance sera vierge de tout indicateur macroéconomique américain), l'excédent commercial allemand est, lui, ressorti à 217 milliards d'euros en 2014, soit une hausse de 11% sur un an.

Enfin, s'agissant des valeurs, Renault abandonne 3,9% alors que les analystes de Sanford C. Bernstein disent redouter la comptabilisation de lourdes provisions au titre de la Russie dans les résultats annuels.

Dassault Systèmes cède pour sa part 0,7% dans le sillage d'une dégradation à 'vendre' des analystes d'UBS et Air France-KLM recule de 2,7% après l'annonce d'une activité passage en hausse de 0,5% à 5,7 millions de passagers au mois de janvier, sur la base d'un coefficient d'occupation de 82,3% en baisse de 0,9 point.

On signalera aussi le mauvais début de semaine des bancaires, Crédit Agricole, Société Générale, BNP Paris se repliant de respectivement 1,9, 3,5 et 4% en raison du caractère épinaux du dossier grec.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance