BFM Patrimoine

Paris: le risque géopolitique s'éloigne.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Conséquence directe de la diminution provisoire ou non des tensions géopolitiques, la Bourse de Paris retrouve des couleurs après trois séances consécutives de baisse. Peu avant 13h00, le CAC 40 engrange 0,8% à 4.180 point

(CercleFinance.com) - Conséquence directe de la diminution provisoire ou non des tensions géopolitiques, la Bourse de Paris retrouve des couleurs après trois séances consécutives de baisse.

Peu avant 13h00, le CAC 40 engrange 0,8% à 4.180 points, dans le sillage de Wall Street vendredi et des places asiatiques.

Les tensions autour du dossier ukrainien sont légèrement retombées avec l'annonce par la Russie de la fin de ses exercices militaires près de la frontière avec l'Ukraine et la volonté affichée de Moscou de servir de médiateur entre l'Ukraine et les rebelles.

'Les investisseurs accueillent avec soulagement la retombée du risque géopolitique', a commenté Stan Shamu, stratège de marchés chez IG, qui souligne que 'depuis vendredi, tout indique que la Russie semble opter pour une désescalade dans le conflit ukrainien'.

'Il apparaît en plus que les Etats-Unis ne comptent pas déployer de troupes en sol en Irak et un nouveau cessez-le-feu a été déclaré entre le Hamas et Israël', a-t-il ajouté.

'L'atmosphère anxiogène qui a entrainé à la baisse les indices la semaine passée demeure', prévient toutefois Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, pour qui 'le CAC 40 va rester durablement dépendant du risque géopolitique' en août.

L'inquiétude reste par ailleurs de rigueur concernant la situation de l'économie allemande, qui devrait enregistrer une croissance quasi-nulle au deuxième trimestre au lieu de +0,3% anticipé originellement.

Sur le front des valeurs, le secteur de l'équipement automobile est particulièrement bien orienté. Troisième plus forte progression du CAC 40, Valeo gagne ainsi 2,5% à 88,8 euros. Montupet, Plastic Omnium et Faurecia occupent pour leur part trois des quatre premières places du SBF et s'adjugent respectivement 6,4, 5,4 et 4,2%.

Atos (+2,7% à 56,6 euros) est également à la noce alors que la SSII contrôle désormais 84,25% du capital de Bull, objet d'une offre publique d'achat dont le succès était conditionné par l'obtention d'une participation d'au moins 50%.

A contrario, EDF est lanterne rouge de l'indice phare. En repli de 0,8% à 23,6 euros, le titre de l'électricien est pénalisé par l'annonce dans la matinée de l'arrêt pour huit semaines de quatre réacteurs nucléaires exploités en Grande-Bretagne par sa filiale EDF Energy.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance