BFM Patrimoine

Paris: la hausse du pétrole produit des effets contrastés.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Paris a bien fini une séance qui s'est avérée indécise jusqu'à l'ultime demi-heure. Le CAC40 engrange +0,51% à 4.628Pts grâce à la bonne tenue des valeurs pétrolières, notamment de Total avec +3,3% puis Technip avec +2

(CercleFinance.com) - Paris a bien fini une séance qui s'est avérée indécise jusqu'à l'ultime demi-heure.

Le CAC40 engrange +0,51% à 4.628Pts grâce à la bonne tenue des valeurs pétrolières, notamment de Total avec +3,3% puis Technip avec +2,8%.

La majorité des Bourses européennes sont revenues dans le vert in-extremis (sauf Madrid qui perd -0,7%) et l'Eurostoxx50 gagne +0,55% dans le sillage d'une bourse de Francfort étincelante avec un gain inespéré de +1,25% et au final un record historique absolu de clôture à 10.828Pts, suite à une spectaculaire accélération de +150Pts au cours des 40 dernières minutes de la séance.

Wall Street a également bien contribué à ce sursaut en repassant de -0,6% vers 16H à +0,3% vers 17H30 (au meilleur moment) alors qu'une série de données indique une décélération de la croissance américaine.
A la mi-séance, les indices US retombent dans le rouge avec -0,35% sur le Dow Jones et -0,55% sur le Nasdaq (effet pétrole ?).

Ainsi, les revenus des ménages américains ont augmenté de 0,3% en décembre 2014, mais leurs dépenses ont au contraire baissé de 0,3% (alors que la consommation est sensée avoir accéléré de +4,2% au 4ème trimestre).

Par ailleurs, l'indice PMI manufacturier est resté stable à 53,9, mais l'indice ISM a baissé davantage que prévu, à 53,5, traduisant donc un ralentissement du secteur. Enfin, les dépenses de construction n'ont augmenté que de 0,4% en décembre, là encore, sans lien avec l'accélération des mises en chantier ou des ventes de logements neufs.

Le principal facteur de soutien semble donc avoir été le pétrole, en hausse de +2% à 49,15$ contre 46,7$ en milieu de matinée. 'Avec un cours du baril autour de 48 dollars en moyenne ce lundi, nous demeurons bien au-dessus des planchers de la semaine dernière, ce qui conforte l'idée selon laquelle le pire de la chute peut désormais être derrière nous', souligne Trustnet Direct.

Combinés aux résultats supérieurs aux attentes d'Exxon Mobil, la stabilisation des cours de l'or noir favorise les géants européens du secteur comme BP (+2% à Londres) ou Shell (+2,3%).

Dans la zone euro par contre, la croissance s'accélère légèrement dans le secteur manufacturier, comme en témoigne l'indice PMI final Markit qui se redresse de 50,6 en décembre 2014 à 51,0 en janvier, un niveau conforme à sa dernière estimation flash.
Mais le PMI allemand a ralenti à 50,9 contre 51,2... ce qui rend la flambée de Francfort encore plus singulière.

'Le secteur manufacturier de l'Eurozone continue d'afficher un taux de croissance très faible, les données de janvier venant ainsi confirmer la nécessité des mesures drastiques de relance économique engagées par la BCE', commente Chris Williamson, chief economist à Markit.

Côté valeurs, Ryanair dévisse de 6,5% à Londres, malgré des trimestriels meilleurs que prévu et un relèvement d'objectifs annuels : ces éléments positifs se trouvent éclipsés par un appel à la prudence de la compagnie à bas coûts concernant l'exercice 2015-16.

Holcim grimpe de 2,5% à Zurich et Lafarge gagne 1,8% à Paris, après l'annonce par les deux cimentiers en voie de fusion, de leur entrée en négociations exclusives avec CRH pour lui céder un certain nombre d'actifs.

Carrefour progressait de 2,15%, soutenu par Jefferies qui relève sa recommandation sur le titre à 'achat' et son objectif de cours à 32,5 euros, dans une note consacrée aux valeurs de la distribution en Europe.

Telefonica recule d'environ 3,5% à Madrid alors que l'opérateur télécoms ibérique aurait engagé JPMorgan pour réaliser une levée de fonds de quatre ou cinq milliards d'euros environ, d'après El Confidencial.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance