BFM Patrimoine

Paris: euphorisé par une actualité éclaircie.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La guerre avec la Syrie n'aura pas lieu, la FED ne réduira pas son 'QE-3' en septembre, la croissance chinoise ressurgit spontanément et dans des proportions inattendues (alors qu'elle se contracte dans la quasi-totalité des

(CercleFinance.com) - La guerre avec la Syrie n'aura pas lieu, la FED ne réduira pas son 'QE-3' en septembre, la croissance chinoise ressurgit spontanément et dans des proportions inattendues (alors qu'elle se contracte dans la quasi-totalité des pays émergents).

Avec un tel triptyque de nouvelles fabuleuses, comment les indices boursiers ne s'envoleraient-ils pas de +1,7% à +1,9% en moyenne en Europe ?
A Wall Street, le Nasdaq (+0,6% à 3.727Pts) pulvérise un record historique (enfin un record de 12 ans... mais rien ne ramènera l'indice à ces niveaux testés lors de l'hallucination collective de 1999/2000) et le 'S&P' (+0,7%) n'est plus qu'à 1,5% de son zénith absolu.
A Francfort, le DAX30 (+1,9%) retrace les 8.450Pts et se retrouve à 1% de son record historique du 29 mai (8.530Pts).

Un peu après 16h00, le CAC40 se hissait vers 4.114,6Pts et n'est plus qu'à 10Pts de son record annuel.

'Actuellement, les marchés sont dans une phase de retour à la confiance compte tenu de la petite porte de sortie diplomatique que vient d'ouvrir Moscou', souligne Daniel Gravier, directeur général de XTB France.

Il rappelle que Moscou vient de proposer à Damas de mettre ses stocks d'armes chimiques sous le contrôle international. Damas a immédiatement salué la 'sagesse de la diplomatie russe'.

Conséquence directe, le vote du Sénat américain sur les frappes américaines destinées aux objectifs stratégiques de Bachar Al-Assad est reporté.

'Mais si l'on écoute attentivement les propos de Barack Obama, les frappes occidentales semblent inévitables bien que le Congrès se prononcera plus tard que prévu', tempère Daniel Gravier.

'On peut donc aisément s'attendre à ce que les cours soient artificiellement gonflés avant que la bulle n'éclate dès que les propos deviendront à nouveau belliqueux et/ou, dans la foulée, que la Fed n'annonce officiellement le ralentissement de son programme de soutien', prévient le spécialiste.

Vincent Ganne, analyste DailyFX pour FXCM, met pour sa part en lumière 'les rumeurs qui se développent sur le marché en faveur d'un maintien du niveau actuel du QE lors du FOMC des 17 et 18 septembre prochain'.

Le moral des investisseurs se trouve aussi renforcé par des statistiques économiques publiées en Chine au titre du mois d'août, qui confirment le redressement de la deuxième puissance économique mondiale.

La croissance de la production industrielle chinoise a ainsi accéléré davantage que prévu par le marché, à +10,4% sur un an le mois dernier, de même que les ventes au détail (+13,4%) et l'investissement (+20,3%).
C'est difficilement vérifiable mais les marchés éprouvent un appétit insatiable pour les 'bonnes nouvelles.

Par contraste, la production industrielle de la France s'est contractée de 0,6% en juillet, essentiellement sous l'effet de la baisse du secteur automobile, selon l'Insee.

Sur le front des valeurs, Air France-KLM explose de +9%, se plaçant en tête du SBF 120, les opérateurs pariant sur un reflux des cours du carburant avec l'éloignement des menaces géopolitiques (le pétrole rechute effectivement de -2% à New York).
Alcatel-Lucent poursuit son rallye (+7% à 2,69E).

Plastic Omnium, également parmi les fortes hausses de l'indice, grimpe de 6,5% à 19 euros, l'équipementier ayant annoncé, à l'occasion du 65e salon international de l'automobile de Francfort, que seize nouvelles usines seront construites d'ici à 2016, dont la moitié en Chine.

TF1, pas loin derrière, avance de 4%, après un relèvement de recommandation à 'surpondérer' des analystes de Morgan Stanley.
Vallourec reste leader du CAC40 avec +4,5% à 50E, devant Sté Générale avec +3,8%.

Côté (rares) replis, Eiffage perd 4,6% à 41,6 euros, alors que Groupama a annoncé avoir cédé sa participation de 6,7% au capital du groupe de BTP en acceptant une décote de presque 5% par rapport aux cours actuels.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance