BFM Patrimoine

Paris: euphorie renaît avec records à W-Street, BCE demain.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Paris (+1,89%) refranchit haut la main la barre des 4.200Pts (à 4.208Pts), dans le sillage des indices US qui pulvérisent une nouvelle série de records absolus (pour célébrer la cuisante défaite électorale des Démocrates

(CercleFinance.com) - Paris (+1,89%) refranchit haut la main la barre des 4.200Pts (à 4.208Pts), dans le sillage des indices US qui pulvérisent une nouvelle série de records absolus (pour célébrer la cuisante défaite électorale des Démocrates mercredi soir nous expliquent les traders new-yorkais, majoritairement conservateurs, voir très conservateurs).

A Paris, la hausse du jour résulte davantage de la fuite des vendeurs que de l'appétit des acheteurs puisque le volume d'échanges était encore inférieur à 3MdsE à 17H29 (et un maigre 3,3MdsE à la clôture).

Cette séance restera marquée par un nouveau feu d'artifices à Wall Street, grâce cette fois-ci au rebond des valeurs pétrolières et parapétrolières, et toujours justifié par l'initiative monétaire de la BoJ vendredi, ce qui propulse le S&P500 (+0,45%) vers un nouveau record absolu de 2.024Pts et le Dow Jones (+0,5%) vers 17.475Pts.

Le CAC40 efface donc l'intégralité des 1,5% perdus la veille et les places européennes (+1,9% également) en font autant.

Cette forte progression ne saurait pourtant s'expliquer par les statistiques du jour en France (chute de -1,3% des ventes de détail) et sur le Vieux Continent (décrue de l'activité dans le tertiaire), ni même par celles publiés cet après midi aux Etats Unis.

L'indice ISM des 'services' (ISM non manufacturier US) s'est contracté à 57,1 points le mois dernier, après 58,6 points en septembre et 58 anticipé, les créations d'emploi compilées par ADP dans le secteur privé sont légèrement inférieures aux attentes (à 230.000 contre 235.000 espéré).

En ce qui concerne la large victoire des républicains aux élections américaines de mi-mandat, elle était attendue... mais elle renforce l'hypothèse d'un nouveau blocage budgétaire à moyen terme (Barack Obama s'adressera à la nation ce soir).
Alors, pour expliquer l'envol de l'Euro-Stoxx et du CAC40, peut-être faut il y voir un pari sur un discours 'qui plait aux marchés' de la part de Mario Draghi demain (à l'issue de la réunion de la BCE).

En attendant les résultats de plusieurs poids lourds de la cote comme Société Générale, Crédit Agricole, Veolia Environnement, EDF, Legrand ou encore Vallourec, le titre Nexans (+7% à 23,35E) a fini en tête du SBF 120 après avoir fait état d'une progression de 1,4% de son chiffre d'affaires neuf mois en données comparables.

Le fabricant de câbles industriels a de surcroît confirmé les prévisions annuelles annoncées début octobre, à savoir des ventes stables et une marge opérationnelle proche de celle de 2013 (soit de l'ordre 140 millions d'euros).
Total reprend +2,9% dans le sillage du baril qui gagne +2% à New York (à 78,7$ sur le NYMEX).

Lafarge engrange de son côté de 2,9% à 54 euros dans le sillage de perspectives rassurantes qui compensent le repli de 28% du résultat net part du groupe (RNPG) à 218 millions d'euros enregistré au troisième trimestre.
Le cimentier a en effet assuré qu'il atteindra son objectif de générer 600 millions d'euros d'Ebitda additionnel cette année et a reconduit sa prévision de 550 millions d'euros en 2015, en plus de se dire confiant concernant la finalisation de son projet de fusion avec Holcim au premier semestre de l'année prochaine.
Le CAC40 est également soutenu par les valeurs 'télécom' avec Bouygues (+2,8%) et Orange (+3,2%).

Le titre Alstom est le seul en repli au sein du CAC40 (-0,25%) alors que le chiffre d'affaires a progressé de 13 % à structure et taux de change constants à 3,1 milliards d'euros au premier semestre 2014/2015, la marge opérationelle s'est dans le même temps améliorée de 30 points de base à 5 % (après coûts de structures) et le groupe industriel a enregistré un niveau record de commandes sur la période.

Pour mémoire, le CAC40 gagne +2% le jour même de la publication d'un nouveau recul de l'activité manufacturière et celle du secteur des services en France en octobre.
L'indice Markit composite qui les mesure a en effet cédé 0,2 point en séquentiel à 48,2 points, ce qui témoigne d'une poursuite de la détérioration de la conjoncture au sein du secteur privé.

Le volume des ventes du commerce de détail a en outre baissé de 1,3% dans l'eurozone en septembre, a fait savoir Eurostat en fin de matinée.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance