BFM Patrimoine

Paris: en retrait face à l'incertitude sur la Crimée.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - La crise ukrainienne incite les opérateurs parisiens à se montrer prudents ce mardi, en dépit de la progression des indices asiatiques ce matin et d'un début de séance attendu proche de l'équilibre à Wall Street. Vers 14h

(CercleFinance.com) - La crise ukrainienne incite les opérateurs parisiens à se montrer prudents ce mardi, en dépit de la progression des indices asiatiques ce matin et d'un début de séance attendu proche de l'équilibre à Wall Street.

Vers 14h10, le CAC40 perd 0,3% à 4.358 points tandis que le FTSE cède 0,1% à Londres, que le DAX gagne 0,5% à Francfort, et que les 'futures' annoncent une ouverture en très légère hausse outre Atlantique.

La tendance s'est pourtant montrée plus favorable à Tokyo (+0,7%) ce matin. 'Un vent d'optimisme a soufflé au sein des investisseurs qui ont bien accueilli le maintien de la politique monétaire accommodante par la Banque du Japon', explique Saxo Banque.

En Europe néanmoins, 'les courtiers se montrent réticents à prendre des positions acheteuses, alors que la crise de Crimée se poursuit : la crainte d'une guerre les force à rester sur la touche', estime David Madden, analyste marchés chez IG.

'La situation en Ukraine demeure très clairement sous le feu des projecteurs, et toute escalade dans ce dossier pourrait certainement produire certains mouvements sur les marchés', renchérit-on chez Valutrades.

La géopolitique figure d'autant plus au centre des attentions que le calendrier des statistiques se montre fort maigre ce mardi : seuls les stocks des grossistes américains pour janvier sont attendus dans l'après-midi.

De ce côté de l'Atlantique, on notera que l'excédent commercial allemand a légèrement baissé en janvier, à 17,2 milliards d'euros, tandis que la production industrielle au Royaume Uni a augmenté de 0,1%.

Côté valeurs, Vicat progresse de 1,5% à 58,1 euros et domine le SBF120, au lendemain de la présentation par le cimentier de résultats 2013 en ligne avec les attentes, avec notamment un EBITDA stable à 427 millions d'euros.

Numericable recule encore de 1,7% à 24,5 euros, alors que le câblo-opérateur a confirmé son offre sur SFR, valide jusqu'au 14 mars, malgré les chances grandissantes de son concurrent Bouygues Telecom sur ce dossier.

Manitou recule de 3,4% 12 euros : le fournisseur de matériel de manutention a vu son bénéfice net fondre à moins d'un million d'euros en 2013, ce qui l'amène à annoncer une absence de distribution de dividendes en 2014.

Cegedim chute de 5,3% à 25,8 euros, après la présentation par le groupe d'information médicale d'une nouvelle perte nette en 2013. Il anticipe pour 2014 au minimum une stabilité de son chiffre d'affaires et de sa marge opérationnelle courante.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance