BFM Patrimoine

Paris: chute avec la flambée du pétrole.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les pertes se stabilisent autour de -2% depuis 14H30 à Paris: l'ouverture en repli de Wall Street semblait donc 'dans les cours' dès 15H et les pertes du 'S&P' (-0,95%) ou du Nasdaq (-1,1%) sont conformes aux attentes. Le

(CercleFinance.com) - Les pertes se stabilisent autour de -2% depuis 14H30 à Paris: l'ouverture en repli de Wall Street semblait donc 'dans les cours' dès 15H et les pertes du 'S&P' (-0,95%) ou du Nasdaq (-1,1%) sont conformes aux attentes.

Le pétrole poursuit en revanche sa remontée depuis l'ouverture des marchés US et le baril grimpe de +2,75% vers 109$ (sur le NYMEX), l'Or prend +1,2% à 1.422$: ce sont des signes tout à fait évident du 'stress' induit par le sentiment qu'une opération militaire occidentale imminente à l'encontre du régime de Bachar Al Assad devient hautement probable.
Dans un tel contexte, le hausse de l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board pour août (à 81,5) passe inaperçu (il était attendu en repli à 79,3 après 81 en juillet).

Le CAC 40 lâche 2,25% à 3.976Pts tandis que le FTSE et le DAX se replient respectivement de 0,7% et 2,1%, l'Euro-Stoxx50 chute de -2,3% (à 2.757Pts) dans le sillage de Madrid (-2,4%) et Milan (-2,25%).

Pour Arnaud Poutier d'IG, une dégradation de la situation au Proche Orient risque d'alarmer les marchés 'dans la mesure ou le 'bloc' Russie-Syrie-Iran est solidaire', prévient-il.

'Si la probabilité d'une réponse militaire américaine s'accroît, elle risque d'attiser la tension au Moyen-Orient et d'affecter la stabilité de cette région', renchérit Saxo Banque.

Les opérateurs font également l'impasse sur l'amélioration du climat des affaires en Allemagne : l'indice Ifo ressort à 107,5 contre 106,2 le mois précédent, alors que le consensus tablait sur une amélioration plus modeste (un peu supérieure à 105).

La hausse de l'indice du climat des affaires de l'institut munichois Ifo en août confirme les solides progrès récemment effectués par l'économie allemande, estiment les analystes de Natixis.

Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, a quant à lui fait 'une intervention remarquée' pour Barclays Bourse, concernant les taux d'intérêt de la banque centrale européenne (BCE).

Les gérants soulignent que ce dernier a indiqué qu'ils n'avaient pas vocation à rester bas pendant de nombreuses années... mais cela n'affecte pas les Bunds dont le rendement se rendement détend nettement (-8Pts de base à 1,83%) vu le repli frileux des investisseurs vers les actifs 'de sécurité'.

Jens Weidmann estime par ailleurs que la politique de taux bas à un effet temporel limité sur l'économie et que cet effet décroît au fur et à mesure que les années passent entraînant au passage des risques accrus pour la stabilité financière.

Sur le front des valeurs, Total grappille 0,15% et Accor tente de préserver l'équilibre (contre +3% ce matin) après la nomination de Sébastien Bazin en tant que président-directeur général à l'issue d'un conseil d'administration présidé par Philippe Citerne qui s'est tenu ce matin.
Côté replis, les financières chutent de -4% en moyenne et Alcatel-Lucent puis Air France-KLM ferment la marche au sein du SBF-120 avec -5,2%, Eiffage chutant de -5% et Renault de -4,8%.

Peugeot reste soutenu vers 11,4E par une note favorable des analystes d'UBS qui a relevé sa recommandation sur le titre de 'neutre' à 'achat', avec un objectif de cours porté de six à 15 euros.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance