BFM Patrimoine

Marchés: les fusions-acquisitions en renfort?

La fusion Numéricable-SFR, finalisée en novembre dernier, fut la dernière opération à plusieurs dizaines de milliards d'euros à la Bourse de Paris. Mais de nouvelles sont à l'étude.

La fusion Numéricable-SFR, finalisée en novembre dernier, fut la dernière opération à plusieurs dizaines de milliards d'euros à la Bourse de Paris. Mais de nouvelles sont à l'étude. - Eric Piermont - AFP

Elles reviennent par cycles récurrents, quelques mois qu’on en avait plus beaucoup parlé, mais revoilà les fusions-acquisitions. En quelques heures, plusieurs pistes intéressantes dans plusieurs secteurs, et peut-être un catalyseur de plus à jouer sur les marchés.

1er étage de la fusée, la politique monétaire. 2ème étage, l’amélioration des perspectives d’entreprises. Assiste-t-on à l’allumage d’un 3ème moteur pour les marchés, de nature à pousser les CAC40 vers les 5.000 points ? En tout cas les fusions-acquisitions retrouvent les premières pages de l’actualité financière.

On a fini d’attendre le big-bang du secteur télécom français, cap sur une recomposition du paysage européen. Les déclarations d’intérêt d’Orange pour Telecom Italia accréditent cette hypothèse. On va aller regarder les prédateurs et les proies sur un marché qui pourrait bouger très rapidement, et voir la formation d’un nouveau co-leader, régnant aux côtés du réputé indétrônable Vodafone.

Conditions de financement optimales

Grosse opération aussi dans le domaine des semi-conducteurs, avec le néerlandais NXP qui reprend Freescale, ex filiale de Motorola. Rachat à 12 milliards de dollars, pour former un géant qui en pèse 40, nouveau leader mondial de la production de puces pour l’industrie automobile. Axe de développement majeur pour des voitures toujours plus connectées et communicantes.

Des opérations structurantes et majeures pour les sociétés en question, et structurantes aussi pour leur secteur. Opérations auxquelles on pense précisément maintenant, grâce à des capacités de financement qui paraissent tellement illimitées en ce moment… la politique de taux planchers des banques centrales favorisant au maximum les possibilités d’emprunt et de financement pour les entreprises.

High-Tech et secteurs cycliques dans le viseur

Les liquidités sont disponibles et n’attendent que ça. Elles pourraient même faire passer la pilule de valorisations peut-être un peu excessives ces derniers temps, au vu de l’extraordinaire rebond des marchés depuis près de 3 mois. Le tout dans un marché qui n'a pas peur de prendre des risques.

Industries cycliques, télécoms, high-tech, consommation, plusieurs secteurs vont être regardés de près, les analystes vont faire tourner leurs modèles et aller chercher les cibles potentielles et les grosses opérations, en sortant des dernières vagues qui étaient de taille plus réduite.

Encore des points pour les marchés européens

Certains fonds de capital-investissements, gros gérants et autres institutions financières seront aussi peut-être soucieux de reclasser leurs portefeuilles de participations en soutenant de telles grandes manœuvres, et en obtenant des tickets de sortie à de bons prix.

Vu que les conditions de financement sont optimales, qu’on sort d’une période difficile pour beaucoup de secteurs et d’entreprises qui étaient en mode défensif, on est en théorie partis pour de longs mois de scénarii d’union plutôt ambitieux, de nature à faire gagner encore des points a des marchés déjà sur des performances impressionnantes, surtout en Europe.

Antoine Larigaudrie