BFM Patrimoine

Marché: propos toujours offensifs de Mario Draghi.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Aussi limitée soit-elle, la déflation constitue toujours une menace, et la Banque centrale européenne travaille à l'ajustement de ses mesures de relance, ce qui devrait intervenir début 2015 : c'est en substance que Mario D

(CercleFinance.com) - Aussi limitée soit-elle, la déflation constitue toujours une menace, et la Banque centrale européenne travaille à l'ajustement de ses mesures de relance, ce qui devrait intervenir début 2015 : c'est en substance que Mario Draghi, le président de la BCE, a déclaré dans une interview publiée ce matin par le quotidien économique et financier allemand Handelsblatt. De quoi relancer les rumeurs d'extension des rachats d'actifs menés depuis l'automne.

'Le risque que (la BCE) ne puisse se conformer aux obligations de son mandat en termes d'inflation est plus élevé qu'il ne l'était voilà six mois', a ainsi déclaré M. Draghi.

Ses statuts confient à la BCE la mission de maintenir l'inflation de l'Eurozone (qui depuis hier compte 19 membres, après l'arrivée de la Lituanie), mesurée par l'indice des prix à la consommation, à un 'niveau inférieur à 2% mais proche de ce niveau à moyen terme'. Or selon les chiffres publiés par Eurostat le 17 décembre, l'inflation de la zone euro est, en novembre, tombée à 0,3%, après 0,4% en octobre.

La banque a déjà lancé mis en place nombre de mesures destinées à relancer le crédit, comme les programmes de refinancements bancaires ciblés à long terme (TLTRO), qui sont déjà en cours, mais un peu décevants, de l'avis majoritaire. Ce n'est pas tout : le 4 septembre 2014, la BCE a aussi abaissé son principal taux directeur de 0,15 à 0,05%, la taux de rémunération des dépôts des banques commerciales passant de - 0,10 à - 0,20%.

A cette date, la banque a aussi annoncé son intention d'accroître très sensiblement la taille de son bilan, en le faisant passer d'environ 2.000 à 3.000 milliards d'euros. Schématiquement, plus le bilan d'une banque centrale est lourd, plus la valeur relative de la devise dont elle a la charge, qui en est la contrepartie, tend à baisser sur le marché des changes.

A cette fin, la BCE avait annoncé une mesure supplémentaire : le lancement d'un programme de rachats d'actifs obligataires privés, qui a effectivement commencé mi-octobre. Au 26 décembre, il avait permis à la banque d'acquérir 31,4 milliards d'euros d'actifs de ce type.

Dans l'intervalle, M. Draghi a ensuite annoncé à plusieurs reprises qu'il pourrait étendre ses rachats à des créances souveraines, soit grosso modo des emprunts d'Etat. Notons que cette option 'non orthodoxe', qui rapprocherait les rachats de la BCE du 'quantitative easing' (QE) auquel la Réserve fédérale américaine a mis fin en octobre, ne fait guère recette en Allemagne.

Malgré tout, l'extension des rachats de la BCE pourrait se rapprocher à grands pas, M. Draghi ayant aussi déclaré au Handelsblatt : 'actuellement, nous menons les préparatifs techniques en vue modifier la taille, le rythme et la nature de nos mesures (de relance) au début de l'année 2015, si cela était nécessaire, et afin de répondre à une période prolongée de faible inflation.'

Et M. Draghi d'ajouter : 'le conseil des gouverneurs de la BCE est unanime à ce propos', ce qui a priori inclut le patron de la Bundesbank allemande, Jens Weidmann.

Toutefois, Mario Draghi se veut prudent : il a estimé aussi que le risque de déflation, s'il 'ne peut être entièrement exclu' et qu'il faut le contrer, est aussi 'limité', indique le Handelsblatt. Et il est resté évasif sur les emprunts d'Etat.

Comme d'habitude enfin, il a appelé les gouvernements des Etats de la zone a mener les réformes structurelles et fiscales nécessaires afin de doper la croissance. Tous les gouvernements, y compris celui d'Allemagne.

Par ailleurs, répondant à certaines rumeurs selon lesquelles il pourrait briguer la présidence de l'Italie, Mario Draghi a déclaré que son mandat à la BCE se terminera en 2019 et qu'il n'entendait pas devenir un homme politique.

Rappelons que la prochaine réunion 'monétaire' du conseil des gouverneurs, l'instance décisionnaire ultime de la BCE, sera organisée le 22 janvier prochain à Francfort. Elle sera suivie d'une conférence de presse animée par Mario Draghi.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance