BFM Patrimoine

LVMH franchit la barre symbolique des 100 milliards en Bourse

La capitalisation de LVMH dépasse les 100 milliards d'euros

La capitalisation de LVMH dépasse les 100 milliards d'euros - AFP

LVMH enchaîne les records en Bourse depuis le début d’année et se classe désormais 3ème plus grosse capitalisation du CAC 40 derrière Sanofi et Total. De quoi donner le sourire à Bernard Arnault, qui conforte ainsi son titre de première fortune de France.

LVMH fait désormais partie du club des 100. À savoir, les entreprises dont la valorisation excède les 100 milliards d’euros en Bourse. Et sur la place de Paris, elles ne sont pas nombreuses. Seuls les géants Sanofi (106 milliards) et Total (115 milliards) font mieux. Le franchissement de ce cap symbolique vient concrétiser les excellents résultats du géant français du luxe. En 2016, la société a vu son bénéfice net progresser de 11%, à 3,98 milliards d'euros, tandis que ses ventes sont ressorties à 37,6 milliards d'euros, en hausse de 5%, dopées par sa division phare, Mode et Maroquinerie.

En dépit d’un marché américain subissant la hausse du dollar et d'un marché européen pénalisé par les risques d'attentats, LVMH a su adapter sa stratégie en misant sur l'émergence d'une classe moyenne chinoise toujours plus nombreuse (246 millions de personnes) mais avec un pouvoir d'achat plus limité. Ainsi, "parmi tous les acteurs du secteur, Louis Vuitton offre la meilleure réponse aux besoins des classes moyennes montantes, notamment des jeunes, grâce à une offre plus étoffée de sacs et de petite maroquinerie d'entrée de gamme", écrivaient d’ailleurs les analystes de HSBC. Le rachat du spécialiste allemand du bagage Rimowa couplé au lancement des parfums Louis Vuitton s'intègrent parfaitement dans cette stratégie d'extension de gamme avec des produits de luxe à prix accessibles, chasse gardée autrefois des griffes américaines (Michael Kors, Coach).

Après LVMH, L'Oréal ?

Désormais au-dessus des 100 milliards, LVMH pourrait-il dépasser l'éternel champion français, Total? Sûrement pas dans les mois qui viennent. À plus long terme, en revanche, rien n’est exclu. D’autant que le secteur de luxe, malgré ses difficultés, reste bien plus prometteur et porteur que le marché pétrolier, qui souffre de la montée en puissance des énergies "vertes".

En plus de ravir ses actionnaires, l'envolée de l'action LVMH fait le bonheur de son propriétaire Bernard Arnault dont la fortune a grimpé de 7 milliards d'euros en 2016. Depuis le début de cette année son patrimoine continue de croître au même rythme puisque celui-ci a encore progressé de 2,3 milliards d'euros pour s'établir à 39 milliards d'euros, d'après les données compilées par Bloomberg.

Une belle envolée qui lui permet de prendre le large sur Liliane Bettencourt (héritière du groupe L'Oréal) dont les revenus ont progressé de 1,3 milliards d'euros depuis le 1er janvier (fortune de 35,2 milliards d'euros). Rien de grave pour la femme la plus riche au monde qui devrait profiter elle de l'entrée très probable de L'Oréal dans ce club des 100. Le géant français des cosmétiques n'est plus qu'à 1 milliard du bonheur.