BFM Patrimoine

Lloyds fait à nouveau rêver de dividendes - Plus Europe

BFM Patrimoine

Andrew Peaple THE WALL STREET JOURNAL LONDRES (Dow Jones)--Adieu Sydney! En vendant ses activités australiennes à Westpac (WBC.AU) pour 860 millions de livres sterling (1,01 milliard d'euros), Lloyds Banking Group (LLOY.LN) a mis fin à un épisode

Andrew Peaple

THE WALL STREET JOURNAL

LONDRES (Dow Jones)--Adieu Sydney!

En vendant ses activités australiennes à Westpac (WBC.AU) pour 860 millions de livres sterling (1,01 milliard d'euros), Lloyds Banking Group (LLOY.LN) a mis fin à un épisode malheureux de son histoire. Le groupe bancaire britannique poursuit ainsi son recentrage tout en se donnant plus de chances de pouvoir bientôt recommencer à verser des dividendes.

Lloyds, dont l'Etat britannique détient toujours un tiers du capital, ne devrait pas beaucoup regretter l'Australie. Ses activités dans le pays ont certes généré des bénéfices de 80 millions de livres l'an dernier, mais leurs performances n'ont dans l'ensemble jamais été extraordinaires. D'après Investec, cette division avait même accumulé des pertes d'environ 3 milliards de livres sous l'égide de HBOS, maintenant propriété de Lloyds.

Un core Tier 1 de 10% à portée de main

Le ratio core Tier 1 de Lloyds, qui se situait déjà à 9,6% à la fin juin, va encore s'améliorer de 0,2 point de pourcentage après la cession à Westpac. Le groupe est ainsi bien parti pour atteindre le seuil de 10% à la fin de l'année.

Cela pourrait constituer un argument suffisant pour que les autorités de régulation au Royaume-Uni autorisent Lloyds à verser de nouveau des dividendes. Voilà qui renforcerait l'attrait de Lloyds aux yeux des investisseurs. Et le gouvernement pourrait y voir une bonne raison de réduire encore sa participation dans le groupe. L'Etat britannique a déjà vendu en septembre 6% du capital de Lloyds à des investisseurs institutionnels.

Aide aux primo-accédants

L'accord avec Westpac ne représente pas la seule bonne nouvelle pour Lloyds cet automne. Au Royaume-Uni, le plan d'aide du gouvernement pour les primo-accédants à la propriété devrait jouer en faveur du groupe. Les investisseurs considèrent d'un oeil plus favorable un Lloyds à la structure simplifiée et prêt à profiter du redressement de l'économie britannique, ce qui a permis au titre de grimper de 59% depuis le début de l'année.

Lloyds est maintenant valorisé à 1,3 fois la valeur comptable des actifs corporels, un niveau supérieur à la moyenne des banques européennes. Mais si Lloyds se remet à verser des dividendes, cette valorisation n'en sera que plus justifiée.

-Andrew Peaple, The Wall Street Journal

(Version française Lydie Boucher)

(END) Dow Jones Newswires

October 14, 2013 06:51 ET (10:51 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-