BFM Patrimoine

Livret A: les banquiers se démènent pour faire baisser son taux

Le taux du Livret A est maintenu à un niveau artificiellement élevé.

Le taux du Livret A est maintenu à un niveau artificiellement élevé. - Joel Saget - AFP

Pour le gouverneur de la Banque de France, comme pour le patron du Crédit Agricole, le gouvernement doit cesser d'empêcher la baisse de la rémunération du livret A qui est supérieure à ce qu'elle devrait être.

Les banquiers pressent le gouvernement de baisser le taux de rémunération du livret A. Après la nouvelle mise en garde, mardi 5 mai, de Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, ce mercredi 6 mai, c'est Jean-Paul Chifflet, le patron du Crédit Agricole SA qui a appelé le gouvernement à prendre cette décision courageuse. Pour eux, il y a urgence à baisser le taux du Livret A.

Le gouverneur de la Banque de France use de tous les arguments pour tenter de convaincre le gouvernement. Au point de dire que le taux de rémunération trop élevé du livret A empêche la politique monétaire de la Banque centrale européenne de se diffuser à l'ensemble de l'économie.

Une posture que soutient Frédéric Oudéa. Sur BFM Business, le patron de Société Générale se dit "en phase" avec le gouverneur de la Banque de France.

Privilégier l'épargne au détriment de l'investissement

Même offensive de Jean-Paul Chifflet, le patron du Crédit-Agricole, qui reproche au gouvernement de privilégier ainsi l'épargne au détriment de l'investissement. Et donc au détriment du redémarrage de l'économie.

En effet, le gouvernement maintient le taux du Livret A un niveau artificiellement élevé: 1%, alors que la formule mathématique imposerait théoriquement de le ramener à 0,25%. Une décision purement politique. Une telle baisse aurait pourtant un impact extrêmement limité pour les épargnants. Ils y perdraient en moyenne 2 euros par mois. Pour autant, le gouvernement hésite toujours à toucher à ce symbole.

Caroline Morisseau