BFM Patrimoine

Lindt: la valorisation du titre apparaît excessive.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Lindt, le célèbre fabricant de chocolats de qualité qui s'est récemment démarqué grâce à l'acquisition du groupe familiale américain Russel Stover, a encore connu une année faste en Bourse en 2014 avec une progression

(CercleFinance.com) - Lindt, le célèbre fabricant de chocolats de qualité qui s'est récemment démarqué grâce à l'acquisition du groupe familiale américain Russel Stover, a encore connu une année faste en Bourse en 2014 avec une progression de l'ordre de 20%.

Sur trois ans, le titre affiche un gain boursier de 86%. Alors que le titre renoue actuellement avec ses plus hauts historiques, des prises de bénéfices pourraient néanmoins intervenir à court terme sur la valeur.

D'après une étude de Nielsen, la croissance des ventes de Lindt a ralenti au cours des derniers mois de 2014. Aux Etats-Unis, sa croissance a décéléré à 9% au second semestre après +16% au cours des six premiers mois. Ainsi, sur l'exercice 2014, la croissance organique pourrait s'élever à 8,3%, ce qui impliquerait une croissance de 7,2% au second semestre contre 9,2% au premier. Russell Stover a de son côté constaté une baisse de 7% de ses ventes au second semestre.

Concernant la valorisation, le titre se paie sur la base de PER 2014 et 2015 de respectivement 40,6 et 34, tandis que le bénéfice net du groupe est attendu en hausse de 17% et 10% pour 2015 et 2016.

Si les prévisions du groupe se réalisent, le PER du titre pour 2016 ressortirait encore à 31,3. Le ratio 'Valeur d'entreprise sur Ebitda' 2014 s'élève lui à 19,5 fois, ce qui constitue une prime conséquente par rapport aux acteurs du secteur.

A noter que la situation financière de l'entreprise s'est légèrement dégradée suite à l'acquisition du groupe américain: d'une positon excédentaire de trésorerie en 2013, le groupe disposait fin 2014 d'une dette nette de l'ordre de 280 millions de francs suisses.

Alors que les cours se rapprochent de la résistance de long terme des 59.000 francs, des prises de bénéfices pourraient se mettre en place à partir de cette zone. Le programme de rachat d'actions lancé par la société en novembre 2013, et qui s'est terminé à la mi-décembre constitue à court terme la fin d'un catalyseur haussier pour le titre.

Tout repli sur la valeur à proximité de la zone des 52.000 francs suisses pourrait cependant être mis à profit pour rentrer sur le dossier à meilleur prix.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Cercle Finance