BFM Patrimoine

Les Français ont placé beaucoup moins d'argent sur leur assurance vie en 2020

L'assurance vie a connu une décollecte record de 6,5 milliards d'euros en 2020

L'assurance vie a connu une décollecte record de 6,5 milliards d'euros en 2020 - pxhere

La crise du Covid-19 a bousculé les habitudes des Français concernant leur épargne. L'assurance vie a connu une décollecte record durant cette année de pandémie.

L'assurance vie a connu une décollecte record de 6,5 milliards d'euros en 2020, une année où la crise du Covid-19 a bousculé les habitudes des Français concernant leur épargne. A titre de comparaison, en 2019, 21,9 milliards d'euros nets avaient été engrangés. La collecte ou décollecte nette correspond à la différence entre les versements et les prestations versées. Les prestations sont constituées des sommes retirées par les assurés (les "rachats") et de celles versées aux ayants droits, suite à un décès.

Cette différence historique en 2020 est le résultat d'une baisse des dépôts des assurés, et non pas d'une hausse des sommes décaissées. Le public n'a déposé sur les contrats d'assurance vie "que" 116,3 milliards d'euros en 2020, contre 144,6 milliards d'euros l'année précédente. Soit une baisse de 19,6% sur un an.

Un Livret A plébiscité

En revanche, les prestations versées aux assurés sot particulièrement stables. Elles ont atteint 122,8 milliards d'euros, contre 122,7 milliards d'euros déboursés en 2019. Selon le directeur général de la Fédération française de l'assurance (FFA) Franck Le Vallois, cette baisse des versements est liée à la fermeture des lieux de distribution lors du premier confinement et à "une forme d'attentisme qui s'est exprimé" chez les Français concernant l'épargne, et qui les a fait préférer les placements les plus liquides.

Le contraste avec le Livret A est saisissant. L'épargne versée sur ce livret réglementé s'est envolée avec la crise: 26,4 milliards d'euros de collecte nette, deux fois plus qu'en 2019. Il faut dire que le Livret A affiche désormais un rendement proche (0,5%) de l'assurance-vie, avec des intérêts qui, eux, sont exonérés de toute fiscalité et une épargne disponible à tout moment sans frais.

Car, avec les politiques très accomodantes des banques centrales, les taux de rémunération des contrats en fonds euros pour l'assurance vie se sont effondrés. Good value for money s'attend ainsi à un rendement moyen de 1,08% pour 2020. Il était encore de 3,4% en 2010. Pour afficher des rendements plus attrayants, les assureurs poussent donc leurs clients à aller sur des contrats avec une part de leur assurance vie en unités de compte (actions, SCPI, etc.) mais sans capital garanti.

Un mouvement déjà terminé ?

Le mouvement de décollecte sur l'assurance vie pourrait cependant déjà être terminé. Alors que depuis le début de la crise sanitaire en mars les prestations versées aux assurés avaient dépassé chaque mois les versements collectés, la tendance s'est finalement inversée en décembre.

Pour le dernier mois de l'année, les compagnies d'assurance vie ont ainsi engrangé 12,8 milliards d'euros tandis que les décaissements ont atteint 12,3 milliards, conduisant à une collecte nette positive de l'ordre de 550 millions d'euros. Pour Franck Le Vallois, ce retour à l'équilibre "confirme la confiance des Français dans l'assurance vie", premier produit d'épargne financière en France en montant, avec 1.789 milliards d'euros d'encours à fin décembre.

PS avec AFP