BFM Patrimoine

LECTRA : 2013 : Hausse des résultats et poursuite des investissements d'avenir

BFM Patrimoine

Chiffre d'affaires : EUR 203,0 millions (+ 5 %)(*)Résultat opérationnel courant : EUR 17,5 millions (+4 %)(*)Résultat net : EUR 21,8 millionsCash-flow libre : EUR 17,6 millionsTrésorerie nette : EUR 28,6 millionsDividende(**) : EUR

Chiffre d'affaires : EUR 203,0 millions (+ 5 %)(*)

Résultat opérationnel courant : EUR 17,5 millions (+4 %)(*)

Résultat net : EUR 21,8 millions

Cash-flow libre : EUR 17,6 millions

Trésorerie nette : EUR 28,6 millions

Dividende(**) : EUR 0,22 par action

Cours de bourse : +75 % 

(*) à données comparables

(**) proposé à l'Assemblée Générale du 30 avril 2014

en millions d'euros
1er octobre -
31 décembre
1er octobre-
31 décembre
1er janvier -
31 décembre
1er janvier -
31 décembre

2013
2012
2013
2012
Chiffre d'affaires 
53,0
51,1
203,0
198,4
Variation à données comparables (en %)(1) 
+8%

+5%

Résultat opérationnel courant 
4,2
5,1
17,5
19,3
Variation à données comparables (en %)(1)
+0%

+4%

Marge opérationnelle courante
(en % du CA)
8,0%
10,0%
8,6%
9,7%
Résultat opérationnel(2)
3,5
5,1
27,9
19,3
Résultat net(2)
2,9
3,6
21,8
13,3
Cash-flow libre(2)
1,6
5,8
17,6
11,5
Capitaux propres(3)

83,8
65,0
Trésorerie nette(3)

28,6
14,2

(1) Données comparables : chiffres 2013 traduits aux cours de change 2012 

(2) En 2013, l'encaissement du solde de EUR11,1 millions du litige contre Induyco s'est traduit par un produit de EUR11,1 millions dans le résultat opérationnel, un produit net de EUR10,0 millions dans le résultat net et une augmentation de EUR11,1 millions du cash-flow libre et de la trésorerie nette

(3) Au 31 décembre

Paris, le 11 février 2014. Le Conseil d'Administration de Lectra, réuni ce jour sous la présidence d'André Harari, a examiné les comptes consolidés de l'exercice 2013.

(Sauf indication contraire, les variations entre 2013 et 2012 sont à données comparables).

Quatrième trimestre 2013

Toujours ralenties par une conjoncture dégradée, les commandes de nouvelles licences de logiciels et d'équipements de CFAO (EUR 17,1 millions) sont en recul de EUR 2,3 millions (- 12 %) par rapport au quatrième trimestre 2012. Elles s'étaient élevées à EUR 16,2 millions au premier trimestre, EUR 18,7 millions au deuxième trimestre et EUR 19,4 millions au troisième trimestre 2013, et ont été stables sur les neuf premiers mois.

Stabilité du résultat opérationnel

Le chiffre d'affaires (EUR 53,0 millions) est en croissance de 8 % (+ 4 % à données réelles). Le chiffre d'affaires des nouveaux systèmes (EUR 23,1 millions) progresse de 11 %, les revenus récurrents (EUR 30,0 millions) de 6 %.

Le résultat opérationnel courant (EUR 4,2 millions) est stable à données comparables. La marge opérationnelle courante est de 8,0 %, en retrait de 0,7 point compte tenu de l'augmentation des frais généraux fixes résultant principalement du plan de transformation.

Le résultat net (EUR 2,9 millions) diminue de EUR 0,7 million à données réelles.

2013

Le scénario le plus prudent communiqué par la société le 12 février 2013 anticipait pour l'exercice un chiffre d'affaires de l'ordre de EUR 203 millions et un résultat opérationnel courant d'environ EUR 15 millions.

A données réelles, le chiffre d'affaires est en ligne avec ce scénario. Le résultat opérationnel courant est, quant à lui, supérieur de EUR 2,5 millions.

Des commandes de nouvelles licences de logiciels et d'équipements de CFAO pénalisées par la situation économique en Europe

La croissance mondiale a été plus faible qu'anticipé et l'augmentation espérée de la confiance des entreprises ne s'est pas concrétisée. Les commandes de nouvelles licences de logiciels et d'équipements de CFAO (EUR 71,4 millions) diminuent de 3 % par rapport à 2012.

Géographiquement, la situation reste contrastée. Les commandes progressent de 4 % en Asie-Pacifique et de 2 % dans les Amériques. Elles baissent de 20 % en Europe. Dans les pays du reste du monde, elles augmentent de 33 %. Les commandes des pays émergents (57 % du total) sont en hausse de 2 %, celles des pays développés (43 % du total) en recul de 9 %. La part des pays émergents continue ainsi d'augmenter (54 % en 2012 et 41 % en 2007, dernière année d'avant-crise).

Dans l'automobile, les commandes sont en hausse de 5 %, passant de 37 % à 40 % du total. Les commandes progressent également dans l'ameublement (+ 4 %). Dans la mode et l'habillement en revanche, elles sont en recul de 6 % - leur part diminuant légèrement à 47 % du total -, et dans les autres industries de 37 %.

Hausse du chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires (EUR 203,0 millions) augmente de 5 % (+ 2 % à données réelles) par rapport à 2012. Il augmente de 14 % dans les Amériques et de 12 % en Asie-Pacifique, mais diminue de 5 % en Europe (- 13 % pour la France).

Le chiffre d'affaires des nouveaux systèmes (EUR 84,9 millions), fortement dépendant de l'économie, progresse de 3 % et représente 42 % du chiffre d'affaires total. Les revenus récurrents (EUR 118,1 millions) augmentent de EUR 8,5 millions (+ 7 %), résultant d'une progression de 5 % du chiffre d'affaires des contrats récurrents et de 11 % des pièces détachées et consommables. La part des revenus récurrents est de 58 % du chiffre d'affaires total.

Cette confirmation de l'accélération de la croissance des revenus récurrents constitue une performance remarquable. A elle seule, l'augmentation de la marge brute sur les revenus récurrents a couvert la totalité de l'augmentation des frais fixes de 2013.

Au 31 décembre, le carnet de commandes des nouvelles licences de logiciels et d'équipements de CFAO (EUR 9,6 millions) diminue de EUR 2,5 millions par rapport au 31 décembre 2012.

Le résultat opérationnel courant (EUR 17,5 millions) augmente de 4 % par rapport à celui de 2012.

Une marge opérationnelle courante de 8,6 %, malgré une croissance plus faible qu'anticipé et le poids des investissements d'avenir

La marge opérationnelle courante (8,6 %) est stable à données comparables. A données réelles, elle diminue de 1,1 point. Les dépenses correspondant aux investissements d'avenir liés au plan de transformation (EUR 5,9 millions) ont représenté la quasi-totalité de l'augmentation des frais fixes. Elles ont contribué à hauteur de 2,7 points à la baisse de la marge opérationnelle courante par rapport à 2012 et de 4,8 points par rapport à 2011, avant sa mise en place.

Après intégration des éléments non récurrents, notamment le produit de EUR 11,1 millions résultant de l'encaissement du solde du litige contre Induyco, le résultat opérationnel atteint EUR 27,9 millions.

Un résultat net et un cash-flow libre élevés

Le résultat net atteint EUR 21,8 millions (EUR 12,5 millions hors éléments non récurrents) et le cash-flow libre EUR 17,6 millions (EUR 6,5 millions hors éléments non récurrents).

Une entreprise sans dette, des capitaux propres et une trésorerie nette à nouveau renforcés

Les capitaux propres s'élèvent à EUR 83,8 millions (+ 29 %), la trésorerie disponible à EUR 29,5 millions (+ 41 %) et la trésorerie nette à EUR 28,6 millions (+ 100 %).

Maintien du dividende à EUR 0,22 par action

Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale de maintenir un dividende de EUR 0,22 par action au titre de l'exercice 2013. Le dividende total représente un taux de distribution de 52 % du résultat net hors éléments non récurrents (30 % du résultat net) et un rendement de 2,7 % sur la base du cours de clôture de l'action au 31 décembre 2013. Sous réserve de l'approbation des actionnaires, le dividende sera mis en paiement le 7 mai 2014.

Fort rebond du cours de bourse

Au 31 décembre 2013, le cours était de EUR 8,29, en hausse de 75 % sur l'année. Ce niveau n'avait pas été atteint depuis près de 10 ans. Les volumes ont été en forte augmentation : le nombre d'actions échangées de 92 % et les capitaux échangés de 141 %.

L'action Lectra a été transférée du Compartiment C au Compartiment B de NYSE Euronext depuis le 29 janvier 2014.

Feuille de route stratégique 2013-2015 : rapport d'étape

2013 constitue la deuxième année du plan de transformation et d'investissements d'avenir de EUR 50 millions, et la première année de la nouvelle feuille de route stratégique 2013-2015 communiquée le 12 février 2013.

Si les commandes et le chiffre d'affaires des nouveaux systèmes ont été en retard par rapport au plan de marche, les revenus récurrents ont, en revanche, enregistré une croissance plus forte qu'anticipé. Les frais généraux fixes ont été inférieurs, du fait du contrôle strict des frais autres que les investissements d'avenir et de certains retards dans la réalisation du plan de transformation. Enfin, tous les autres paramètres ont été conformes ou meilleurs que prévus.

Le plan de transformation conduit à un profond renouvellement des équipes commerciales et marketing - prioritairement au siège, en Amérique du Nord, en Chine et dans la région Allemagne / Europe de l'Est - et à un renforcement des équipes de R&D logiciels.

L'effectif des équipes commerciales et marketing au 31 décembre 2013 était de 277 (+ 63 depuis fin 2011), dont un tiers a intégré le Groupe en 2013 et 50 % depuis le lancement du plan. Celui des équipes de R&D était de 250 (+ 32 depuis fin 2011).

Compte tenu de ces éléments et du contexte économique, il semble prudent de considérer que la société n'atteindra qu'en 2016 les objectifs qu'elle s'était initialement fixés pour 2015.

Perspectives 2014

Comme 2013, 2014 s'annonce aussi imprévisible que difficile. Les nouvelles prévisions de croissance pour 2014 et 2015 confirment des signes de reprise partielle dans certains pays développés, en particulier les Etats-Unis et le Japon, alors que l'Europe continue de cumuler les difficultés structurelles et pourrait connaître une déflation. Parallèlement, la croissance de certains pays émergents a été revue à la baisse. Enfin, certains risques monétaires se sont amplifiés : resserrement graduel de la politique américaine, chute des devises émergentes.

Compte tenu de la faiblesse du carnet de commandes au 1er janvier et de l'activité commerciale du mois de janvier, le chiffre d'affaires du premier trimestre 2014 devrait être stable et le résultat opérationnel en baisse par rapport au premier trimestre 2013, et être respectivement d'environ EUR 48 millions et EUR 1,5 million.

Cependant, les projets clients en cours de négociation sont plus nombreux qu'en début d'année 2013 et la montée en puissance des équipes commerciales en place devrait commencer à produire des effets positifs à compter du second semestre.

La société a établi ses scénarios 2014 sur la base de parités arrêtées au 1er février, notamment $ 1,35 / EUR 1 (les variations sont à données comparables). La conversion des résultats 2013 aux cours de change 2014 retenus se traduit par une réduction du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel courant de EUR 2,6 millions et EUR 1,3 million respectivement, à EUR 200,4 millions et EUR 16,2 millions. La marge opérationnelle courante perd 0,5 point à 8,1 %.

A la date du présent communiqué, la société n'a pas couvert son exposition aux cours de change pour 2014.

Comme les années précédentes, la principale incertitude concerne le niveau du chiffre d'affaires des nouveaux systèmes. La visibilité reste limitée et l'exigence de prudence maintenue.

L'objectif de la société est de réaliser, au minimum, un chiffre d'affaires de l'ordre de EUR 214 millions (+ 7 % par rapport à 2013), un résultat opérationnel courant d'environ EUR 18 millions (+ 10 %), une marge opérationnelle courante de 8,3 % (en légère augmentation), et un résultat net de l'ordre de EUR 12,5 millions (stable à données réelles, hors éléments non récurrents de 2013).

Elle espère cependant dépasser ces chiffres et rattraper une partie du retard enregistré par rapport au plan initial. Chaque million d'euros de chiffre d'affaires des nouveaux systèmes supplémentaire se traduirait par une augmentation du résultat opérationnel d'environ EUR 0,45 million.

Le cash-flow libre devrait continuer d'être supérieur au résultat net diminué du montant net des crédits d'impôt recherche et compétitivité et emploi comptabilisés ou remboursés en 2014.

Confiance dans les perspectives de croissance à moyen terme

La société a abordé 2014 avec des fondamentaux opérationnels encore plus solides qu'en 2013 et une structure financière à nouveau renforcée.

Confortée par la solidité de son modèle économique et la pertinence de sa feuille de route stratégique, la société est confiante sur ses perspectives de croissance à moyen terme.

Les résultats financiers du premier trimestre 2014 seront publiés le 29 avril 2014. L'Assemblée Générale annuelle se réunira le 30 avril.

Le rapport du Conseil d'Administration et les états financiers du quatrième trimestre et de l'exercice 2013 sont disponibles sur www.lectra.com.Les procédures d'audit par les Commissaires aux comptes sur les comptes consolidés ont été effectuées ; le rapport de certification sera émis à l'issue du Conseil d'Administration du 25 février 2014.

Avec plus de 1 400 collaborateurs dans le monde, Lectra est leader mondial des logiciels, des équipements de CFAO et des services associés dédiés aux entreprises qui utilisent des tissus, du cuir, des textiles techniques et des matériaux composites. Lectra s'adresse à de grands marchés mondiaux : la mode et l'habillement, l'automobile (sièges et intérieurs de véhicules, airbags), l'ameublement ainsi qu'une grande variété d'autres industries (l'aéronautique, l'industrie nautique, l'éolien...).
Lectra (code ISIN FR0000065484) est cotée sur NYSE Euronext (compartiment B).
Pour plus d'informations sur Lectra : lectra.com

Lectra - World Headquarters et siège social : 16-18, rue Chalgrin · 75016 Paris · France

Tél. +33 (0)1 53 64 42 00 - Fax +33 (0)1 53 64 43 00 - www.lectra.com

Société anonyme au capital de EUR 29 131 257 · RCS Paris B 300 702 305

Copyright GlobeNewswire

Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien :

http://hugin.info/143494/R/1760972/596048.pdf

Information réglementaire

Ce communiqué de presse est diffusé par NASDAQ OMX Corporate Solutions. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.

[HUG#1760972]

Lectra: 2013 : Hausse des résultats et poursuite des investissements

Thomson Reuters ONE