BFM Patrimoine

Le test Oncotype DX® et l'oncologie de précision : Les nouvelles données présentées à l’ESMO continuent à démontrer l’approche réussie de Genomic Health pour comprendre la biologie de la tumeur

BFM Patrimoine

Présentation des résultats positifs d’une étude de validation clinique supplémentaire sur le cancer de la prostate Autres preuves de l’impact du changement des pratiques du test Oncology DX da
  • Présentation des résultats positifs d’une étude de validation clinique supplémentaire sur le cancer de la prostate
  • Autres preuves de l’impact du changement des pratiques du test Oncology DX dans le cancer du sein

En accord avec le thème de cette année pour le Congrès annuel de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO) - ‘Precision Medicine in Cancer Care’ (Médecine de précision dans les soins du cancer) - Genomic Health a présenté les résultats de plusieurs études à travers différents types de cancers qui démontrent comment son test génomique Oncotype DX a entraîné une meilleure compréhension du cancer au niveau moléculaire, permettant des décisions de traitement plus personnalisées.

Les données d’une étude de validation clinique supplémentaire sur le cancer de la prostate1 confirment que le Score génomique de la prostate (GPS) fourni par le test du cancer de la prostate de l’Oncotype DX est un indicateur important de l’agressivité de la maladie au moment du diagnostic, sur la base d’une évaluation des biopsies de la tumeur et fournit des informations, outre les facteurs de risque actuellement disponibles. En particulier, cette nouvelle étude confirme que l’Oncotype DX est un indicateur de la pathologie adverse de la biopsie, tel que précédemment démontré dans une étude de validation2 publiée, et démontre la capacité du test à prédire le risque de récidive après l’intervention chirurgicale.

« Chaque année, on diagnostique un cancer de la prostate chez plus de 400 000 hommes en Europe. Cependant, les méthodes existantes consistant à examiner des petites quantités de biopsies transcutanées de tissus ne sont pas adaptées pour prédire les cancers qui seront agressifs. Cet obstacle pousse de nombreux médecins et patients à poursuivre des traitements immédiats du cancer de la prostate, même si les patients présentent des aspects à faible risque avec un risque minimal de l’avancement du cancer de la prostate et ses séquelles connues, » a déclaré le Dr Jennifer Cullen, chercheuse principale de l’étude dans le cadre d’un Accord coopératif de recherche et développement avec l’Université des services en uniforme du Centre des Sciences de la Santé pour la recherche des maladies de la prostate (CPDR), Rockville, (Maryland, États-Unis). « Les résultats de cette étude confirment que les informations fournies par le test du cancer de la prostate de l’Oncotype DX peuvent aider les médecins et les patients à choisir l’approche thérapeutique la plus appropriée, en fonction d’une évaluation individualisée des risques. »

Le CPDR est un programme de recherche multi-disciplinaire sur le cancer de la prostate du Département de chirurgie à l’Université des services en uniforme des Sciences de la Santé, de l’Université fédérale des sciences de la santé du Département de la Défense. Le centre travaille en collaboration avec The Henry M. Jackson Foundation for the Advancement of Military Medicine, Inc., une organisation à but non lucratif autorisée par le Congrès à prendre en charge la recherche et l’éducation médicales à l’Université.

Le test du cancer de la prostate de l’Oncotype DX mesure le niveau d’expression de 17 gènes à travers quatre voies biologiques pour prédire l’agressivité du cancer de la prostate. Les résultats du test sont déclarés comme un Score génomique de la prostate (GPS) variant entre 0 et 100 et qui est associé à d’autres facteurs cliniques pour mieux préciser les risques des hommes avant l’intervention du traitement. Ce premier test de gènes multiples unique en son genre a été validé pour aider à prendre des décisions de traitement en utilisant l’échantillon de la biopsie transcutanée de la prostate prélevé avant d’enlever la prostate - permettant ainsi aux patients à faible risque d’éviter des traitements invasifs tels que la prostatectomie radicale ou la radiation.

Le test du cancer de la prostate de l’Oncotype DX est disponible dans le commerce, dans le monde entier.

Une quantité de données renforçant l’impact du changement des pratiques du test de l’Oncotype DX dans le cancer du sein

Les données supplémentaires présentées à l’ESMO incluent :

  • Les résultats de l’essai PACS013 démontrent que le test du cancer du sein de l’Oncotype DX prédit le risque de récidive et de survie chez les patientes préménopausées et postménopausées traitées à la chimiothérapie adjuvante contenant du taxane. Les résultats ont renforcé les preuves existantes4 et ont montré que le Recurrence Score (score de récidive) était un indicateur important de la récidive à distance et de la survie sans maladie avec une performance similaire pour les deux groupes de patientes (valeur-p
  • Une étude de comparaison5 avec 70 patientes montrant que les résultats de l’Oncotype DX et le risque du Recurrence Score (ROR) fournissent des informations différentes. Le niveau élevé de discordance entre le Recurrence Score (score de récidive) et le classement du risque ROR de l’Oncotype DX constaté dans cette étude démontre que ces tests ne sont pas interchangeables et renforce la valeur unique du test de l’Oncotype DX comme indicateur des bienfaits de la chimiothérapie.
  • Les résultats d’une vaste étude positive6 confirmant que les résultats du Recurrence Score et l’expression quantitative des récepteurs d’œstrogènes de l’Oncotype DX prédisent un risque de récidive à distance tardif (cinq à quinze ans) chez certaines patientes atteintes d’un cancer du sein invasif au stade précoce après un traitement initial au tamoxifène. Ces résultats suggèrent que le test de l’Oncotype DX peut aider à identifier les patientes qui présentent un plus grand potentiel de bénéficier d’un vaste traitement hormonal au-delà de cinq ans.

« Chez Genomic Health, nous avons pour mission d’améliorer la qualité des décisions de traitement du cancer en développant des diagnostics à forte valeur qui permettent des décisions plus personnalisées basées sur l’activité génomique dans la tumeur individuelle du patient. Les données présentées à l’ESMO abordent des questions cliniques importantes et continuent à souligner les fonctionnalités distinctives et la valeur de la plateforme de l’Oncotype DX dans le choix du traitement des cancers de stade précoce », a indiqué le Dr Christer Svedman, directeur des affaires médicales Europe chez Genomic Health.

À propos de Genomic Health

Genomic Health, Inc. est un fournisseur mondial leader de tests diagnostiques basés sur la génomique qui éclairent les décisions de traitement et contribuent à garantir à chaque patient de recevoir le traitement approprié pour les cancers de stade précoce. La société applique son expertise et son infrastructure commerciales et scientifiques de pointe pour traduire des quantités considérables de données génomiques en résultats cliniquement exploitables pour la planification du traitement au cours du parcours du patient atteint de cancer, depuis le dépistage et la surveillance, en passant par le diagnostic et le choix du traitement.

La société, située dans la ville de Redwood, Californie, a un siège social en Europe, à Genève, en Suisse. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.GenomicHealth.com. Pour en savoir plus sur Oncotype DX, veuillez visiter :www.OncotypeDX.com

Ce communiqué de presse contient des énoncés prospectifs au sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995, y compris des déclarations concernant les attributs et l’objectif du portefeuille de produits de la société ; l’applicabilité des résultats d’une étude clinique à des résultats concrets ; la capacité de tout test potentiel que la société peut développer pour optimiser le traitement du cancer ; et la capacité de la société à développer et à commercialiser des tests supplémentaires à l’avenir. Les énoncés prospectifs font l’objet de risques et d’incertitudes pouvant entraîner des résultats sensiblement différents, et les résultats déclarés ne devraient pas être considérés comme un indicateur de la performance future. Ces risques et incertitudes incluent, mais sans s’y limiter : les risques et les incertitudes associés à la réglementation sur les tests de la société ; les résultats des études cliniques ; l’applicabilité des résultats des études cliniques aux résultats concrets ; notre capacité à développer et à commercialiser de nouveaux tests et à nous développer sur de nouveaux marchés, au niveau national et international ; le risque que la société n’obtienne pas ou ne maintienne pas des niveaux suffisants de remboursement, dans le pays et à l’étranger, pour ses tests existants et tous les tests futurs qu’elle pourrait développer ; les risques de la concurrence ; des coûts ou des retards imprévus dans les efforts de recherche et développement ; la capacité de la société à obtenir des capitaux, si nécessaire, et les autres risques stipulés dans les documents déposés par la société auprès de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (SEC), y compris les risques stipulés dans le rapport trimestriel de la société sur le Formulaire 10-Q pour le trimestre prenant fin au 30 juin 2014. Ces énoncés prospectifs ne sont valables qu’à la date où ils sont exprimés. Genomic Health décline toute obligation de mettre à jour ces énoncés prospectifs.

REMARQUE : Le logo de Genomic Health, Oncotype, Oncotype DX et Recurrence Score sont des marques de commerce ou des marques déposées de Genomic Health, Inc. Toutes les autres marques de commerce et les marques de service appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

1 Cullen J. et al., Résumé LBA22 présenté à l’ESMO 2014
2 Klein EA et al., Eur Urol. 2014 ; 66:1: 550-60
3 Penault-Llorca F. et al., Résumé 174P présenté à l’ESMO 2014
4 Mamounas EP, Tang G, Paik S, et al : ASCO Breast Cancer Symposium 2012
5Alvarado M. et al., Résumé 287P présenté à l’ESMO 2014
6 Mamounas T. et al., Résumé 177P présenté à l’ESMO 2014

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Genomic Health
Federico Maiardi, +41-79-138-1326
fmaiardi@genomichealth.com

Business Wire