BFM Patrimoine

LA SEMAINE PROCHAINE: L'économie européenne face à une salve de résultats aux USA

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--L'année 2014 a démarré en trombe sur les marchés financiers et le rythme devrait encore s'accélérer la semaine prochaine. Il faudra tenir sur deux fronts car Europe et Etats-Unis ne vivront au même rythme dans les prochains

PARIS (Dow Jones)--L'année 2014 a démarré en trombe sur les marchés financiers et le rythme devrait encore s'accélérer la semaine prochaine. Il faudra tenir sur deux fronts car Europe et Etats-Unis ne vivront au même rythme dans les prochains jours. Le Vieux Continent sera raccordé à la macroéconomie, les opérateurs s'interrogeant sur la robustesse de la reprise, tandis qu'outre-Atlantique, ce sont les résultats d'entreprises qui animeront les séances boursières.

Le spectre de la déflation

La zone euro courre-t-elle un risque de déflation? Les dernières données provisoires sur l'évolution des prix à la consommation ont alimenté les inquiétudes: seulement 0,8% d'inflation annuelle en décembre dans l'Union monétaire. Le chiffre définitif sera connu jeudi, mais les analystes de Credit Suisse pensent que la première estimation devrait être confirmée.

On est loin de l'objectif d'un taux d'inflation légèrement inférieur à 2% fixé par la Banque centrale européenne (BCE). Pour l'heure, la BCE affirme ne pas discerner de risque déflationniste. Son président, Mario Draghi, a déclaré jeudi lors de sa conférence de presse mensuelle, que la zone euro ne situait pas dans un "scénario à la japonaise".

"Tant que la faiblesse de l'inflation sous-jacente ne montre pas de caractère durable ni ne se détériore, la banque centrale ne devrait pas réagir", indique Credit Suisse. Soit, mais les inquiétudes demeurent.

Allemagne contre pays périphériques

Après la confirmation de son 'AAA' par Standard & Poor's (S&P), l'Allemagne donnera une idée de sa puissance économique en Europe avec la publication mercredi de la première estimation de son produit intérieur brut (PIB) pour 2013. Les analystes de HSBC anticipent une croissance annuelle de 0,6%. Les investisseurs risquent néanmoins de rester sur leur faim, car ni le PIB du quatrième trimestre ni le détail des chiffres de 2013 ne sera publié. Il faudra patienter jusqu'en février.

En revanche, on peut raisonnablement s'attendre à quelques bonnes nouvelles du côté des pays périphériques de la zone euro. Les agences de notation vont à nouveau dégainer leur arsenal de notation, avec plusieurs avantages nouveaux pour les investisseurs: le calendrier des annonces est désormais publié, ce qui évitera les mauvaises surprises intempestives sur le marché. De plus, les pays périphériques vont beaucoup mieux, comme en témoigne le succès des dernières adjudications de l'Espagne, du Portugal et de l'Irlande.

Reste à savoir si cela se traduira dans les notations des agences. Moody's donnera le coup d'envoi avec la revue de la note du Portugal ce vendredi après la clôture des marchés européens. Ce sera au tour de S&P sur le Portugal et de Moody's sur l'Irlande la semaine prochaine. Pour rappel, S&P attribue la note "BB/B" au Portugal avec une perspective stable et Moody's note l'Irlande à "Ba1" avec une perspective stable également.

Quant à la France, S&P doit faire le point mardi, suivi le 24 janvier de Moody's. Les deux agences souligneront-elle le décrochage de l'Hexagone par rapport à la reprise dans le reste de la zone euro?

Le moteur des résultats

"Les soldes sont terminées: la valorisation des marchés boursiers est revenue à sa moyenne historique. Ce sont les résultats des entreprises qui seront les moteurs de la hausse". Cet avis des gérants d'Amplégest Gestion est partagé par beaucoup d'autres stratégistes. Autant dire que la saison des résultats qui va battre son plein la semaine prochaine aux Etats-Unis sera primordiale pour les marchés boursiers. Compte tenu de l'envol du secteur financier en 2013, les performances des banques, dont celles de JPMorgan et Wells Fargo mardi, sont particulièrement attendues.

Les indices américains ont touché des niveaux historiques en 2013 et connaissent désormais un début d'année plus contrasté. Gare donc aux déceptions sur les résultats et sur les discours des entreprises, qui pourraient favoriser un phénomène de consolidation sur les marchés d'actions. Pour l'heure, le consensus donne une hausse des bénéfices par action des sociétés américaines de 7% en 2013 et de 10% cette année.

-Blandine Hénault, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 53; blandine.henault@wsj.com

LUNDI

Marchés fermés au Japon

>Entreprises

Airbus Conférence de presse annuelle

> Economie

OCDE Indicateurs composites avancés en janvier Etats-Unis Budget fédéral

MARDI

> Entreprises

JP Morgan Chase Résultats du 4e trimestre Wells Fargo Résultats du 4e trimestre Casino Chiffre d'affaires du 4e trimestre

> Economie

France Conférence annuelle de S&P sur les notes

MERCREDI

> Entreprises

Bank of America Résultats du 4e trimestre

> Economie

Allemagne PIB 2013 - 1ère estimation

JEUDI

> Entreprises

Citigroup Résultats du 4e trimestre Goldman Sachs Résultats du 4e trimestre Intel Résultats du 4e trimestre

> Economie

Zone euro Inflation en décembre (définitif)

VENDREDI

> Entreprises

General Electric Résultats du 4e trimestre Morgan Stanley Résultats du 4e trimestre Schlumberger Résultats du 4e trimestre

> Economie

Portugal Revue de S&P sur les notes Irlande Revue de Moody's sur les notes

(END) Dow Jones Newswires

January 10, 2014 10:02 ET (15:02 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-