BFM Patrimoine

La dette française reste attractive

Le marché obligataire français est profond, liquide et sûr

Le marché obligataire français est profond, liquide et sûr - -

L’écart de taux avec l’Allemagne se réduit. En six mois, le taux français à dix ans est passé d'environ 3% à 2%.

Les réactions se multiplient après la Une de The Economist présentant la France comme "Une bombe à retardement au cœur de l'Europe". Pour le gouvernement, la France n'est pas l'homme malade de l'Europe. L'exemple mis en avant par Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement: les marchés obligataires.

Depuis l'élection de François Hollande, la France a réduit l'écart de taux avec l'Allemagne. En six mois, le taux français à dix ans est passé d'environ 3% à 2%. C'est une forte baisse. Au-delà des commentaires politiques, y a-t-il eu un réel effet Hollande sur le marché de la dette française ?

La dette française était attractive avant l'élection de François Hollande. Elle l'est toujours aujourd'hui. C'est le sentiment général du côté des gérants obligataires.

Le marché obligataire français, un refuge

Le nouveau président n'a donc pas dégradé "le risque France". L'Agence France Trésor place la dette française sans aucun problème sur les marchés, à des taux historiquement bas. C'est clairement un signe de confiance. Pas sûr toutefois qu'il s'adresse à l'équipe Hollande. C'est surtout la structure du marché obligataire français qui attire: un marché profond, liquide et sûr. C'est donc un refuge idéal pour les investisseurs qui veulent diversifier leur portefeuille.

Exemple: la Banque centrale suisse. Elle achète massivement de la dette française, mais aussi allemande, depuis plusieurs mois pour écouler ses réserves de change colossales. 80 milliards d'euros auraient été investis en obligations d'Etat européennes au premier semestre, selon Standard & Poor's. Cela fait mécaniquement baisser les taux français. L'effet Hollande sur les marchés, ce sera plutôt pour 2013. Si l'économie française décroche réellement, estime un expert, la sanction sur les marchés sera immédiate.

Alexis Pluyette