BFM Patrimoine

L'OTEZLAMD (apremilast) administré par voie orale a mené à une amélioration durable et significative sur le plan clinique de l'état de la peau, des ongles et du cuir chevelu chez des patients adultes atteints de psoriasis en plaques modéré ou grave

BFM Patrimoine

L'amélioration de la réponse PASI attribuable au traitement à l'OTEZLA a persisté jusqu'à la semaine 52 de l'essai ESTEEM 1 Le traitement à l'OTEZLA, comparativement à un placebo, a mené à une atténuation si

L'amélioration de la réponse PASI attribuable au traitement à l'OTEZLA a persisté jusqu'à la semaine 52 de l'essai ESTEEM 1

Le traitement à l'OTEZLA, comparativement à un placebo, a mené à une atténuation significative des signes et symptômes de psoriasis, y compris sur le cuir chevelu et les ongles, à la semaine 16 de l'essai ESTEEM 2, ce qui est conforme aux données de l'essai ESTEEM 1 déjà publiées.

Le profil d'innocuité et de tolérabilité à long terme établi lors de l'essai ESTEEM 1 était conforme aux données publiées à la suite d'autres programmes d'essais cliniques sur l'OTEZLA

Aucun changement significatif comparativement au placebo n'a été constaté dans les analyses cliniques effectuées en laboratoire pour les essais ESTEEM 1 et 2

Celgene Corporation (NASDAQ : CELG) a annoncé aujourd'hui à la 72 e réunion annuelle de l'American Academy of Dermatology (AAD) à Denver, CO, de nouveaux résultats de recherche sur l'OTEZLAMD (apremilast), l'inhibiteur sélectif de la phosphodiestérase 4 (PDE4) de la société, découlant des essais de phase III ESTEEM 1 et 2 chez des patients atteints de psoriasis en plaques modéré ou grave.

Durant les essais ESTEEM 1 et 2, les patients ont reçu 30 mg d'OTEZLA ou un placebo deux fois par jour pendant les 16 premières semaines, suivies d'une phase de maintien jusqu'à la semaine 32 durant laquelle on a donné de l'OTEZLA aux patients qui avaient reçu un placebo auparavant. À la semaine 32, les patients à qui on avait donné 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour depuis le début de l'étude et qui affichaient alors une réponse PASI 75 (diminution d'au moins 75 % de l'indice d'étendue et de gravité du psoriasis) ont été répartis à nouveau en deux groupes à qui on a donné soit 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour soit un placebo par la suite.

Les résultats de l'essai ESTEEM 1 démontrent une amélioration stable de la réponse PASI de 81 à 88 % entre les semaines 32 et 52 pour les patients traités avec 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour pendant 52 semaines et ayant affiché une réponse PASI 75 à la semaine 32 (n=77). Ces données concordent avec l'amélioration moyenne de la réponse PASI 75 observée entre les semaines 16 à 32.

Dans ce même groupe de patients prenant 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour, on a constaté une amélioration de l'état de régions atteintes difficiles à traiter. Parmi les patients dont les ongles étaient atteints au début du traitement (n=46), une majorité affichait une amélioration significative. L'indice de gravité de l'atteinte psoriasique de l'ongle (NAPSI) avait diminué de 60,2 % à la semaine 52. Parmi les patients dont l'atteinte du cuir chevelu était modérée ou grave au début du traitement (n=49), une amélioration significative a été constatée. Chez la majorité, 72,9 %, les symptômes affectant le cuir chevelu avaient été éliminés ou presque éliminés à la semaine 52.

Au cours de l'essai ESTEEM 2, un pourcentage significativement plus élevé de patients recevant 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour ont obtenu une réponse PASI 75 à la semaine 16 (paramètre primaire) comparativement aux patients qui recevaient un placebo (28,8 % comparativement à 5,8 %; p

Les effets bénéfiques de l'OTEZLA sur les régions touchées par le psoriasis qui sont difficiles à traiter, comme le cuir chevelu, les ongles, les paumes et la plante des pieds ont également été démontrés au cours de l'essai ESTEEM 2. Après 16 semaines de traitement à 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour, le taux de réponse pour les diverses régions touchées était significativement plus élevé que chez les patients ayant reçu un placebo : cuir chevelu (ScPGA 0-1 : 40,9 % comparativement à 17,2 %; p

« Il est très difficile de traiter le psoriasis lorsqu'il touche les ongles, le cuir chevelu et la région des paumes et de la plante des pieds et la maladie peut être débilitante pour les individus qui en sont affectés, a déclaré Jennifer Cather, MD, Modern Research Associates, Dallas, Texas. Les résultats du programme ESTEEM, d'une durée de 52 semaines, indiquent que selon plusieurs paramètres d'efficacité, non seulement les patients atteints de psoriasis en plaques réagissent rapidement au traitement à l'OTEZLA, même lorsque la région touchée est difficile à traiter, mais aussi que les effets sont durables. Compte tenu du fait que le profil d'innocuité et de tolérabilité à long terme observé est conforme aux données publiées à la suite d'autres programmes d'essais cliniques, ces résultats sont encourageants.

Une analyse séparée des données d'innocuité et de tolérabilité à long terme (52 semaines) de l'essai ESTEEM 1 n'a permis pas de recenser des effets indésirables nouveaux ou inattendus chez les patients traités avec l'OTEZLA comparativement aux données recueillies à la semaine 16. Les effets indésirables les plus souvent signalés durant la période contrôlée par placebo et la période de 52 semaines d'exposition à l'OTEZLA étaient les suivants : diarrhée, infection des voies respiratoires supérieures, nausées, rhinopharyngite, céphalée de tension et maux de tête. Le taux d'arrêt de traitement pour cause de diarrhée ou de nausées était inférieur à 2 % dans le groupe recevant 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour jusqu'à la semaine 52. Aucun épisode préoccupant de diarrhée ou de nausées n'a été signalé pendant les 52 semaines et pour l'ensemble des groupes. Au cours des 16 premières semaines, les effets indésirables préoccupants qui ont été observés étaient similaires chez les patients recevant un placebo et chez ceux recevant de l'OTEZLA, et leur taux d'apparition n'a pas changé durant la période de 52 semaines d'exposition à l'OTEZLA. Aucun changement significatif n'a constaté dans les analyses cliniques effectuées en laboratoire durant la période de 52 semaines d'exposition à l'OTEZLA.

Aucun effet indésirable nouveau ou inattendu n'a été constaté chez les patients traités avec l'OTEZLA dans l'essai ESTEEM 2.

Une analyse des résultats regroupés des essais ESTEEM 1 et 2 a montré que le taux d'incidence d'incidents cardiovasculaires majeurs et d'infections graves, notamment des infections opportunistes, et de lymphomes et d'autres cancers, par 100 années-personnes d'exposition, était comparable pour les groupes recevant un placebo et ceux recevant de l'OTEZLA.

L'OTEZLA n'est indiqué pour le traitement des patients atteints de psoriasis dans aucun pays.

Le 21 mars 2014, l'OTEZLA a été approuvé par l'U.S. Food and Drug Administration (FDA) pour le traitement des adultes atteints de polyarthrite psoriasique évolutive. Une présentation de drogue nouvelle basée sur les données combinées des essais PALACE 1, 2 et 3 sur la polyarthrite psoriasique a été soumise aux autorisés sanitaires du Canada au deuxième trimestre de 2013. Au cours du quatrième trimestre de 2013, une présentation de drogue nouvelle pour le psoriasis a été présentée aux autorités sanitaires du Canada et des États-Unis et un dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché pour l'arthrite et le psoriasis a été présenté aux autorités sanitaires de l'Europe.

À propos des essais ESTEEM 1 et 2

Les essais ESTEEM 1 et 2 sont deux grandes études pivots randomisées de phase III contrôlées par placebo qui évaluent l'OTEXLA chez des sujets ayant reçu un diagnostic de psoriasis en plaques modéré ou grave au moins 12 mois avant la sélection des sujets et étant également candidats à la photothérapie ou à la thérapie générale. Environ 1 250 patients patients ont été répartis de façon aléatoire selon un rapport 2:1 pour recevoir, après une première période d'ajustement de 5 jours, 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour ou un placebo pendant les 16 premières semaines. Cette première phase a été suivie d'une phase de maintien au cours de laquelle, pendant les seize semaines suivantes, on a donné aux sujets sous placebo 30 mg d'OTEZLA deux fois par jour, et d'une phase de sevrage randomisée s'étalant de la semaine 32 à 52 pour les patients ayant répondu au traitement selon la randomisation initiale (OTEZLA ou placebo) et la réponse PASI 75 (c.-à-d. la diminution du score d'au moins 75 % par rapport au début du traitement).

À propos de l'OTEZLA

L'OTEZLA est un inhibiteur oral à petite molécule de la phosphodiestérase 4 (PDE4) visant l'adénosine monophosphate cyclique (AMPc). L'inhibition de la PDE4 augmente le niveau intracellulaire de l'AMPc.

INDICATION ET RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS EN MATIÈRE D'INNOCUITÉ POUR LES ADULTES ATTEINTS DE POLYARTHRITE PSORIASIQUE

INDICATION

L'OTEZLAMD (apremilast) est indiqué pour le traitement des patients adultes atteints de polyarthrite psoriasique évolutive.

RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS EN MATIÈRE D'INNOCUITÉ

Contre-indications

L'OTEZLA est contre-indiqué chez les patients qui présentent une hypersensibilité connue à l'apremilast ou à tout excipient contenu dans sa formulation.

Mises en garde et précautions

Dépression : Le traitement à l'OTEZLA est associé à une augmentation des effets indésirables de la dépression. Au cours des essais cliniques, 1,0 pour cent (10/998) des patients traités avec l'OTEZLA ont signalé une dépression ou une humeur dépressive comparativement à 0,3 pour cent (4/1441) des patients recevant un placebo et 0,3 pour cent (4/1441) des patients traités avec l'OTEZLA ont arrêté le traitement pour cause de dépression ou d'humeur dépressive comparativement à aucun des patients recevant un placebo (0/495). Des symptômes graves de dépression ont été signalés chez 0,2 % (3/1441) des patients exposés à l'OTEZLA, comparativement à aucun des patients recevant un placebo (0/495). Des pensées et des comportements suicidaires ont été observés chez 0,2 % (3/1441) des patients prenant de l'OTEZLA, comparativement à aucun des patients recevant un placebo (0/495). Deux patients qui recevaient un placebo se sont suicidés, comparativement à aucun des patients qui prenaient de l'OTEZLA.

Il importe de peser soigneusement les risques et les avantages d'un traitement à l'OTEZLA pour les patients ayant des antécédents de dépression ou de pensées ou comportements suicidaires, ou les patients présentant de tels symptômes pendant qu'ils prennent le médicament. Les patients, les personnes soignantes et les familles des patients doivent être informés de la nécessité d'exercer de la vigilance vis-à-vis de l'apparition ou de l'aggravation des symptômes de dépression, de pensées suicidaires ou de sauts d'humeur et, le cas échéant, de communiquer avec leur fournisseur de soins de santé.

Perte de poids : Une perte de poids de 5 à 10 % a été signalée chez 10 % des patients traités par OTEZLA et chez 3,3 % des patients recevant un placebo. Il faut surveiller le poids régulièrement, évaluer les pertes de poids importantes inexpliquées ou cliniquement significatives, et envisager l'arrêt du traitement à l'OTEZLA.

Interactions médicamenteuses : L'exposition à l'apremilast est réduite lorsque l'OTEZLA est administré conjointement avec la rifampicine, un fort inducteur du CYP450 ; dans ce cas, OTEZLA peut être moins efficace. L'utilisation concomitante de l'OTEZLA et d'inducteurs du CYP450 enzyme (p. ex., rifampicine, phénobarbital, carbamazépine, phénytoïne) n'est pas recommandée.

Effets indésirables

Les effets indésirables signalés chez au moins 2 % des patients traités par OTEZLA, survenant à une fréquence d'au moins 1 % plus élevée que chez les patients recevant un placebo, pendant jusqu'à 16 semaines (après une première période d'ajustement de 5 jours) se déclinent comme suit (% pour l'OTEZLA, % pour le placebo) : diarrhée (7,7, 1,6); nausées (8,9, 3,1); maux de tête (5,9, 2,2); infection des voies respiratoires supérieures (3,9, 1,8); vomissements (3,2, 0,4); rhinopharyngite (2,6, 1,6); douleurs abdominales supérieures (2,0, 0,2).

Utilisation auprès de populations particulières

Femmes enceintes et allaitantes : L'OTEZLA est classé Grossesse catégorie C; les effets du médicament n'ont pas été étudié chez les femmes enceintes. Il est recommandé de ne l'utiliser pendant la grossesse que si les avantages potentiels l'emportent sur les risques posés au foetus. On ne sait pas si l'apremilast ou ses métabolites sont présents dans le lait maternel. Il faut toutefois faire preuve d'une certaine prudence lorsque l'OTEZLA est administré à une femme allaitante.

Insuffisance rénale : Le dosage d'OTEZLA doit être réduit chez les patients souffrant d'insuffisance rénale sévère (taux d'épuration de la créatinine sérique est < 30 mL/min); voir la section Posologie et administration, section 2 des informations posologiques complètes

Cliquez ici pour obtenir des informations posologiques complètes.

À propos du psoriasis

Le psoriasis est un trouble dermatologique inflammatoire chronique non contagieux d'origine inconnue à médiation immunitaire. Le trouble est récurrent et ses manifestations varient en gravité, allant de plaques mineures localisées à un recouvrement complet du corps. Le psoriasis en plaques est le type de psoriasis le plus répandu. Environ 80 pour cent des personnes qui développent un psoriasis ont un psoriasis en plaques, qui se présente sous forme de plaques de peau rougeâtre et soulevée couvertes de squames blanc argenté. Ces plaques se forment souvent sur les coudes, les genoux, le bas du dos et le cuir chevelu. Le psoriasis affecte presque également les hommes et les femmes. On croit que le psoriasis est légèrement plus prévalent chez les individus de race blanche que dans les autres groupes ethniques. À l'échelle mondiale, le psoriasis est plus fréquent en Scandinavie et dans d'autres régions d'Europe du Nord. On estime que 125 millions de personnes dans le monde souffrent de psoriasis. Pour en savoir plus sur le rôle de la PDE4 dans les maladies inflammatoires, visitez le site www.discoverpde4.com.

À propos de Celgene

Celgene Corporation, basée à Summit, dans l'État du New Jersey, est une société pharmaceutique internationale intégrée qui se consacre principalement à la découverte, au développement et à la commercialisation de médicaments novateurs pour le traitement du cancer et des maladies inflammatoires au moyen de la régulation des gènes et des protéines. Pour de plus amples renseignements, visitez le site www.celgene.com.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs qui relatent généralement des faits non historiques. Les énoncés prospectifs se caractérisent par l'emploi de termes comme « s'attend à », « anticipe », « croit », « cherche à », « estime », « prévoit », « perspectives » et d'expressions similaires au présent, au futur et au conditionnel. Les énoncés prospectifs s'appuient sur les projets, estimations, suppositions et projections actuels de la direction et ne sont valables qu'à la date de leur formulation. Nous n'assumons aucune obligation de mise à jour d'un quelconque énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou d'événements futurs, sauf dans la mesure où la loi l'exige. Les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques inhérents, dont la plupart sont difficilement prévisibles et qui sont généralement en dehors de notre contrôle. Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux qui sont sous-entendus dans les énoncés prospectifs en raison de l'impact d'un certain nombre de facteurs. Bon nombre de ces facteurs sont évoqués plus en détail dans notre rapport annuel sur le formulaire 10-K et dans d'autres rapports déposés auprès de la Securities and Exchange Commission.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Celgene Corporation
Investisseurs :
Patrick E. Flanigan III, 908-673-9969
Vice-président, Relations avec les investisseurs
ou
Médias :
Catherine Cantone, 732-564-3592
Directrice des communications

Business Wire