BFM Patrimoine

L’inquiétante euphorie de la Bourse chinoise

L'ouverture en novembre dernier du "Connect", qui relie désormais les bourses de Shanghai et Hong Kong, aura été l'un des facteurs-clés de la fièvre acheteuse qui entoure les marchés chinois

L'ouverture en novembre dernier du "Connect", qui relie désormais les bourses de Shanghai et Hong Kong, aura été l'un des facteurs-clés de la fièvre acheteuse qui entoure les marchés chinois - Isaac Lawrence - AFP

La frénésie des marchés autour des grandes places financières chinoises commence à donner le tournis aux investisseurs. Des progressions spectaculaires qui font craindre à beaucoup la formation d’une immense bulle spéculative.

Entre euphorie et malaise… Les derniers chiffres en provenance des marchés financiers chinois n’en finissent pas d’alimenter la chronique boursière ces derniers jours. Ce matin, c’est de Hong Kong que provenaient les données les plus spectaculaires.

Un bond de 5% pour l’indice Hang Seng à l’ouverture, on se retrouve au plus haut depuis janvier 2008, et des chiffres de volumes spectaculaires, en progression de 157% par rapport à leur moyenne mensuelle!

Les petits porteurs aux avant-postes

Et ce n’est sans doute pas fini, puisque Hong Kong accuse un retard certain par rapport à l’autre place majeure du pays, Shanghai. L’indice SSE Composite y gagne quasiment 100% depuis l’été dernier, alors que Hong Kong ne fait "que"… +16%.

Il est clair que depuis l’année dernière, et le processus d’ouverture des marchés boursiers chinois à un nombre plus large d’investisseurs, on assiste à une véritable fièvre acheteuse. Les particuliers, petits épargnants chinois, n’hésitant pas à y placer leurs économies, et ouvrant pour cela un nombre très impressionnant de compte-titres.

Des marchés congestionnés

Rien que sur la dernière semaine du mois de mars, les chinois ont ouvert 1,7 million de comptes-titres pour aller jouer sur les marchés. Ce qui constitue un record absolu. Beaucoup d’investisseurs internationaux, jugeant le marché de Shanghai monté trop vite et trop fort, ont soldé leurs positions fin mars, 262 millions de dollars en une semaine. Mais beaucoup désormais ont tendance à se raviser et revenir, grossissant encore les volumes d’échanges.

Résultat le marché action de Chine continentale se retrouve congestionné. Trop de demande, trop de mouvement, et du coup des investisseurs qui cherchent des solutions alternatives pour jouer la Chine en Bourse.

Hong Kong, la bourse la mieux valorisée du Monde

Solution toute trouvée depuis novembre dernier, le système Connect. Un lien permanent entre les Bourses de Shanghai et de Hong Kong. On peut désormais échanger, vendre et acheter des actions des deux places financières indifféremment, en utilisant un canal commun. Résultat: les deux places prennent un peu le relais l’une de l’autre dans ce climat d’achat massif.

Une bonne opération pour les opérateurs boursiers initiateurs de ce système. Que ce soit pour acheter ou vendre, cela fait les affaires des teneurs de marché et accroît leur chiffre d’affaires. A tel point que l’action du Hong Kong Exchange, la bourse locale, grimpe de 15% après une première hausse de 14% hier. Il est désormais le plus gros opérateur boursier au monde du point de vue de la capitalisation, devant Euronext, Deutsche Börse et les autres.

La Banque Centrale Chinoise en renfort 

Un flux bouillonnant et grossissant qui était souhaité par les autorités chinoises. Elles ont oeuvré pendant plusieurs années pour ouvrir de plus en plus le marché boursier à la fois aux investisseurs étrangers mais aussi aux particuliers pour soutenir l’économie.

Les derniers commentaires de politique monétaire de la Banque du Peuple, la banque centrale du pays, n’ont d’ailleurs fait qu’accentuer le mouvement. Elle se dit désormais préoccupée par une dynamique pouvant s’apparenter à de la déflation au sein de l’économie chinoise.

Bulle spéculative macro-économique ?

Situation qui pourrait conduire la banque à elle aussi entrer dans la danse des différents programmes de rachats d’actifs menés par les banques centrales à travers le monde, BCE et Banque Centrale Japonaise en tête.

De quoi alimenter encore un peu plus cet énorme afflux de capitaux difficilement quantifiable et maîtrisable, car on l’a vu avec les derniers chiffres des investissements internationaux en actions: ils visent en priorité les zones alimentées par les politiques monétaires les plus accommodantes, BCE et BOJ en première ligne.

Si la Banque Du Peuple entre dans ce mouvement, on pourrait assister à une accélération de ces investissements déjà de nature frénétique. De quoi confirmer les doutes et les inquiétudes de beaucoup d’observateurs du secteur, car ce mouvement spectaculaire en Chine a quelque chose d’excessif, et fait craindre l’explosion d’une bulle spéculative de taille galactique, qui pourrait tout emporter sur son passage.

Antoine Larigaudrie