BFM Patrimoine

L’IFALPA soutient l'APU lors de l'audience d'investigation du NTSB relative au vol Asiana 214

BFM Patrimoine
Mercredi, la Fédération internationale des associations de pilotes de ligne (IFALPA) et l'Association internationale des pilotes de ligne (ALPA-I) ont soutenu le Syndicat des pilotes d'Asiana (APU) en participant à l'au

Mercredi, la Fédération internationale des associations de pilotes de ligne (IFALPA) et l'Association internationale des pilotes de ligne (ALPA-I) ont soutenu le Syndicat des pilotes d'Asiana (APU) en participant à l'audience d'investigation du Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) concernant l'accident du vol Asiana 214, qui s'est produit le 6 juillet 2013 lors de l'atterrissage à l'aéroport international de San Francisco, causant la mort de trois personnes et faisant plus de 180 blessés. C'est la première fois en plus de 20 ans que l'IFALPA participe à une audition en soutien à une association membre.

L'audition d'aujourd'hui s'est concentrée sur la compréhension qu'avait le pilote de la conception de la fonction de contrôle automatique de la vitesse du Boeing 777 ainsi que sur la formation de la compagnie aérienne, les facteurs humains et les services d'intervention d'urgence de l'aéroport. Il a été évoqué des documents indiquant des responsabilités à propos des contrôles automatiques, en particulier la fonction « autothrottle wake up » (activation automanette), ces contrôles ont été identifiés comme un éventuel danger pour la sécurité à cause d'une possible interprétation erronée par le pilote ; l'un de ces documents était la note de l'EASA sur le B787 publiée en mai 2011. L'IFALPA estime que pour les avions modernes sophistiqués des compagnies aériennes, la combinaison de la capacité d'automatisation, de la conception de l'appareil, de la certification et de la formation subséquente des pilotes sur les systèmes cruciaux doivent être soigneusement développées et validées afin d'être complètes et ainsi garantir que nous maintenions le haut niveau de sûreté que notre secteur a atteint.

L'IFALPA reconnait que le travail du pilote dans le cockpit a évolué au fil du temps pour devenir de plus en plus dépendant de la précision de l'automatisation. Bien que les outils d'automatisation permettent au pilot de consacrer davantage de temps aux tâches intellectuelles associées au pilotage, le pilote doit rester vigilant vis-à-vis des « menaces » éventuelles de l'environnement, cet aspect peut potentiellement amener l'équipage à être moins impliqué dans la manipulation physique de l'appareil.

L'IFALPA rejette systématiquement l'assertion selon laquelle les pilotes « ne savent plus piloter ». « Les systèmes automatiques exigent en fait que le pilote assure davantage son rôle mais aussi qu'il soit un gérant de systèmes de systèmes. Les connaissances et compétences des pilotes ont en réalité augmenté du fait de l'automatisation plus poussée », a déclaré le Capitaine Dave McKenney, Président du comité Facteurs humains à l'IFALPA. Le Dr Kathy Abbott de la FAA a également attesté de la valeur d'un pilote de ligne bien formé comme un moyen essentiel pour identifier et atténuer les dangers dans les opérations du poste de pilotage moderne. Utilisées correctement et conjointement avec une formation approfondie, à la fois en pilotage manuel et en utilisant l'automatisation comme avec tous les systèmes de l'appareil, les fonctionnalités de cockpit informatisé peuvent grandement profiter au pilote et aux passagers de l'avion. « Nous utilisons l'automatisation comme un outil pour aider le pilote, pas pour le remplacer », a affirmé le Capitaine John Cashman, témoin et chef pilote sur Boeing B777 à la retraite. Comme tout outil, l'automatisation doit être utilisée correctement, et son utilisation peut différer d'un vol à l'autre.

Suite au discours d'ouverture de Deborah A.P. Hersman, Présidente du NTSB, les témoins entendus, parmi lesquels figurent des représentants de la Direction générale de l'aviation civile (FAA), de Boeing, d'Asiana Airlines et du Bureau coréen de l'aviation civile, ont été présentés. Quatre comités techniques ont été formés pour répondre aux questions des membres du NTSB, du personnel technique et des parties à propos des concepts et caractéristiques de la construction du poste de pilotage, de la formation des pilotes sur les systèmes automatiques et aux procédures d'approche visuelle, de la sensibilisation des pilotes dans les avions à haut niveau d'automatisation, de la réponse aux urgences et de la sécurité en cabine.

Le Capitaine Fanie Coetzee, Vice-présidente exécutive des affaires professionnelles à l'IFALPA, et le Capitaine Paul McCarthy, ancien représentant de l'IFALPA auprès de l'ICAO, ainsi que des représentants d'ALPA-Korea et d'ALPA-I ont soutenu l'équipe de l'APU durant les procédures, tandis que le Capitaine Dave McKenney a fait office de témoin dans le comité 3 : Effets et influence de l'automatisation sur les performances humaines dans la séquence de l'accident.

Suite à l'audition, l'IFALPA réitère son fort soutien en faveur d'un processus d'enquête sur l'accident objectif grâce à la collecte de tous les faits nécessaires pour établir une analyse précise des événements susceptibles de provoquer un accident dans le contexte opérationnel concerné.

L'IFALPA apprécie l'occasion de participer à cette audition et tient à remercier le NTSB pour avoir reconnu la valeur de la voix du pilote international en proposant à l'APU de faire partie de l'audition, et remercie l'APU de nous avoir permis de l'aider durant cette procédure. Il est important que l'APU et l'IFALPA soient impliqués dans cette audition ; en effet, nous sommes en mesure d'apporter une vaste expérience de l'aviation dans les procédures. Les ressources de l'IFALPA sont à la disposition du NTSB ou de toute agence d'investigation d'État, et nous proposons gracieusement notre assistance pour recueillir ces faits et toute autre information pouvant être pertinente dans cette affaire ou toute autre affaire.

Note aux rédacteurs : La Fédération internationale des associations de pilotes de ligne représente plus de 100 000 pilotes dans plus de 100 pays à travers le monde. La mission de l'IFALPA est d'être la voix mondiale des pilotes de ligne ; à cette fin, elle assure la promotion du plus haut niveau de sûreté et de sécurité aérienne dans le monde entier et fournit des services, un soutien et une représentation à toutes ses associations membres.

Site Web de la Fédération : www.ifalpa.org

Pour plus d'informations, veuillez contacter Valerie McLeod, Coordinatrice des communications à l'IFALPA par téléphone au +1 514 419 1191 ou par courriel à valeriemcleod@ifalpa.org.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

IFALPA
Valerie McLeod, Coordinatrice des communications
+1 514-419-1191
valeriemcleod@ifalpa.org

Business Wire