BFM Patrimoine

L'action Arkema recule en réaction à la demande de dommages et intérêts de Klesch

BFM Patrimoine

PARIS (Dow Jones)--L'action Arkema (AKE.FR) se replie lundi alors que le groupe suisse Klesch, qui estime avoir été trompé lors du rachat du pôle produits vinyliques du chimiste français, lui réclame 310 millions d'euros de dommages et intérê

PARIS (Dow Jones)--L'action Arkema (AKE.FR) se replie lundi alors que le groupe suisse Klesch, qui estime avoir été trompé lors du rachat du pôle produits vinyliques du chimiste français, lui réclame 310 millions d'euros de dommages et intérêts.

Klesch a demandé une procédure d'arbitrage et réclame 310 millions d'euros de dommages et intérêts en réparation des "manquements" sur le bilan et le compte de résultats du pôle vinyliques d'Arkema, rebaptisé Kem One depuis la transaction. Le groupe "se réserve également le droit de demander l'annulation de la transaction liée à Kem One SAS".

Le groupe industriel suisse a fait état de "divergences significatives" entre les informations financières présentées par Arkema lors de la cession du pôle vinyliques et les performances financières actuelles de la division.

Arkema n'a payé que 73 millions d'euros sur le montant convenu, a retenu 70 millions d'euros de fonds de roulement de l'activité et a fourni des informations trompeuses concernant les revenus attendus de la propriété intellectuelle du groupe, a déclaré Gary Klesh lors d'un entretien. "Dans les trois semaines, nous avons connu une crise de trésorerie. L'activité était techniquement insolvable", a-t-il expliqué.

"Si Klesch avait eu connaissance de ces inexactitudes au moment des négociations, le groupe n'aurait pas accepté la transaction dans les termes présentés", a déclaré le groupe dans un communiqué lundi.

Au moment de la transaction, les deux groupes avaient annoncé que Klesch ferait l'acquisition du pôle déficitaire de produits vinyliques d'Arkema et qu'il obtiendrait un versement de 100 millions d'euros de la part du chimiste français. Dans le cadre de cet accord, Arkema a convenu de conserver toute la dette liée à l'activité vinylique. En conséquence, le groupe français a annoncé l'enregistrement d'une perte comptable d'environ 470 millions d'euros liée à l'activité en 2011.

Dans un communiqué faisant suite au communiqué de Klesh, Arkema s'est dit "profondément choqué par ces allégations graves et mensongères" et a tenu à "y opposer le démenti le plus formel".

Le groupe français a souligné que Klesch n'avait signalé aucun problème depuis le rachat de son pôle vinylique il y a huit mois. Gary Klesch a déclaré avoir été en discussions constantes avec Arkema depuis le rachat de l'activité.

Arkema "récuse vigoureusement ces accusations sans fondement aucun" et "engage dès à présent toutes initiatives afin de défendre ses droits et prouver sa bonne foi devant les autorités compétentes", a ajouté le chimiste dans son communiqué.

L'action du chimiste français a clôturé lundi en baisse de 3% à 74,46 euros.

-Inti Landauro, Dow Jones Newswires

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

March 04, 2013 11:39 ET (16:39 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-