BFM Patrimoine

L'ABRAXANE® démontre une amélioration statistiquement significative de la survie chez les patients atteints de cancer du pancréas avancé dans une étude de phase III

BFM Patrimoine
Celgene International Sàrl, une filiale de Celgene Corporation (NASDAQ : CELG) a annoncé aujourd'hui que son étude de phase III de l'ABRAXANE® (particules de paclitaxel liées aux protéines en suspension injectable) (

Celgene International Sàrl, une filiale de Celgene Corporation (NASDAQ : CELG) a annoncé aujourd'hui que son étude de phase III de l'ABRAXANE® (particules de paclitaxel liées aux protéines en suspension injectable) (liées à l'albumine) en association avec la gemcitabine chez les patients naïfs de traitement atteints de cancer du pancréas avancé avait satisfait à son critère d'évaluation principal de survie globale. Au cours de l'étude, l'ABRAXANE, en association avec la gemcitabine, a démontré une amélioration statistiquement significative de la survie globale, par rapport aux patients traités par la seule gemcitabine.

Au cours de l'étude MPACT (essai clinique sur l'adénocarcinome pancréatique métastatique), une étude internationale ouverte, randomisée et sponsorisée par Celgene, 861 patients atteints d'un cancer métastatique du pancréas ont été randomisés pour recevoir soit l'ABRAXANE associé à la gemcitabine (125 mg/m2 suivi par 1000 mg/m2 de gemcitabine pendant 3 semaines, suivi par une semaine de repos), soit la gemcitabine seule (1000 mg/m2 administrée chaque semaine pendant 7 semaines, suivi par une semaine de repos, suivi par des cycles d'administration hebdomadaire pendant 3 semaines, suivi par une semaine de repos).

Le critère d'évaluation principal de l'étude est l'amélioration de la survie globale. Les critères secondaires comprennent l'évaluation de la survie sans progression, le taux de réponse tumorale objective ainsi que l'évaluation de l'innocuité et de la tolérabilité de cette association chez cette population de patients.

Le profil d'innocuité de l'ABRAXANE en association avec la gemcitabine observé dans l'étude est comparable à celui observé dans d'autres essais cliniques sur le traitement du cancer du pancréas par ABRAXANE. Un abrégé provisoire de dernière minute pour cette étude a été présenté dans le cadre du Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de 2013 de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui s'est tenu à San Francisco du 24 au 26 janvier 2013.

À partir des résultats de l'étude MPACT, la société prévoit soumettre des dossiers d'enregistrement aux États-Unis, en Europe et dans d'autres marchés.

Ces résultats sont ceux d'une étude clinique expérimentale de phase III. L'ABRAXANE n'est pas actuellement approuvé pour le traitement du cancer du pancréas avancé.

À propos du cancer du pancréas avancé

Le cancer du pancréas avancé est une forme de cancer difficile à traiter, présentant les taux de survie les plus faibles de tous les types de cancers. Parmi tous les patients atteints de cancer du pancréas, le taux de survie relative à 5 ans est de 5,5 %. Il existe deux types principaux de cancer du pancréas - les adénocarcinomes, qui représentent environ 95 % de toutes les formes de cancer du pancréas, et les tumeurs neuroendocrines. Le cancer du pancréas est relativement rare, les nouveaux cas ne représentant que 2,1 % de tous les cas de cancers nouvellement diagnostiqués. Néanmoins, le cancer du pancréas est la quatrième cause la plus courante de mortalité due au cancer aux États-Unis et dans le monde entier.

À propos d'ABRAXANE®

L'ABRAXANE est une forme de paclitaxel liée à l'albumine qui est fabriquée au moyen de la technologie brevetée nab® . L'ABRAXANE est formulé avec de l'albumine, une protéine humaine, et ne contient aucun solvant.

L'ABRAXANE a d'abord été approuvé aux États-Unis, en janvier 2005, pour le traitement du cancer du sein après échec d'une association de chimiothérapie pour maladie métastatique ou rechute dans les six mois suivant une chimiothérapie adjuvante. Un traitement préalable devrait avoir inclus une anthracycline, sauf en cas de contre-indication clinique. L'ABRAXANE est également disponible en Europe, au Canada, en Russie, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, au Japon, en Corée du Sud, au Bhoutan, au Népal, aux Émirats arabes unis et en Chine pour le traitement du cancer du sein métastatique.

En octobre 2012, l'ABRAXANE a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour le traitement de première intention du cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique, en association avec le carboplatine, chez les patients pour qui une chirurgie curative ou une radiothérapie n'est pas possible.

Pour prendre connaissance des informations posologiques complètes concernant l'ABRAXANE, veuillez consulter le site http://www.abraxane.com.

L'ABRAXANE en est actuellement à différents stades de recherche pour le traitement de plusieurs cancers (cancer du pancréas, mélanome métastatique, cancer de la vessie, cancer des ovaires), ainsi que pour des applications élargies pour le cancer du sein.

L'ABRAXANE® en suspension injectable (particules de paclitaxel liées aux protéines en suspension injectable) est indiqué pour le traitement du cancer du sein après échec de la chimiothérapie combinée pour une maladie métastatique ou après une rechute dans les six mois qui suivent une chimiothérapie adjuvante. Un traitement préalable devrait avoir inclus une anthracycline, sauf en cas de contre-indication clinique.

L'ABRAXANE est indiqué pour le traitement de première intention du cancer du poumon non à petites cellules localement avancé ou métastatique, en association avec le carboplatine, chez les patients pour qui une chirurgie curative ou une radiothérapie n'est pas possible.

Informations importantes de sécurité

MISE EN GARDE - NEUTROPÉNIE

  • Ne pas administrer de traitement par ABRAXANE aux patients dont le nombre de neutrophiles au début du traitement est inférieur à 1 500 cellules/mm3. Pour détecter une dépression médullaire osseuse, principalement la neutropénie, qui peut être sévère et entraîner une infection, il est conseillé d'effectuer fréquemment des numérations globulaires périphériques sur tous les patients traités par ABRAXANE
  • Remarque : une forme albuminique de paclitaxel peut affecter considérablement les propriétés fonctionnelles d'un médicament par rapport à celles d'un médicament en solution. NE PAS REMPLACER PAR D'AUTRES FORMULATIONS DE PACLITAXEL

CONTRE-INDICATIONS

Nombre de neutrophiles

  • L'ABRAXANE ne doit pas être utilisé chez les patients présentant un nombre de neutrophiles inférieur à 1 500 cellules/mm3

Hypersensibilité

  • Les patients qui présentent une réaction d'hypersensibilité grave à l'ABRAXANE ne doivent pas être réexposés à ce médicament

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Effets hématologiques

  • La dépression médullaire osseuse (principalement la neutropénie) est liée à la dose et constitue une toxicité limitant la dose d'ABRAXANE
  • Pour contrôler l'apparition de la myélotoxicité, il est recommandé d'effectuer fréquemment des numérations globulaires périphériques, y compris avant l'administration le jour 1 pour le cancer du sein métastatique (CSM), et les jours 1, 8, et 15 pour le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC).
  • Ne pas administrer de traitement par ABRAXANE aux patients ayant au départ un nombre absolu de neutrophiles inférieur à 1 500 cellules/mm3
  • En cas de neutropénie sévère (< 500 cellules/mm3 pendant sept jours ou plus) lors d'un cycle de traitement à base d'ABRAXANE, réduire la dose lors des cycles de traitement ultérieurs chez les patients atteints de CSM ou de CBNPC
  • Chez les patients atteints de CSM, reprendre le traitement selon des cycles de 3 semaines d'ABRAXANE dès que le NAN est redevenu supérieur à 1500 cellules/mm3 et le nombre de plaquettes est supérieur à 100 000 cellules/mm3
  • Chez les patients atteints de CBNPC, reprendre le traitement s'il est recommandé, à des doses réduites en permanence, à la fois pour la dose hebdomadaire d'ABRAXANE et pour la dose de carboplatine administrée toutes les 3 semaines, dès que le NAN est redevenu excède 1500 cellules/mm3 et le nombre de plaquettes dépasse 100 000 cellules/mm3 le jour 1, ou dès que le NAN est redevenu supérieur à 500 cellules/mm3 et le nombre de plaquettes supérieur à 50 000 cellules/mm3 le jour 8 ou 15 du cycle

Système nerveux

  • La neuropathie sensitive est liée à la dose et à la fréquence
  • L'apparition de la neuropathie sensitive de type 1 ou 2 ne nécessite généralement pas de modification de dose
  • Si une neuropathie sensitive de type ≥ 3 se développe, le traitement doit être différé jusqu'à une résolution à un type 1 ou 2 pour le CSM, ou jusqu'à une résolution à un type ≤ 1 pour le CBNPC, suivi d'une réduction des doses pour tous les cycles de traitement ultérieurs par ABRAXANE

Hypersensibilité

  • Des réactions d'hypersensibilité sévère, voire fatale, y compris des réactions anaphylactiques, ont été signalées
  • Les patients qui présentent une réaction d'hypersensibilité sévère à l'ABRAXANE ne doivent pas être réexposés à ce médicament

Insuffisance hépatique

  • Du fait qu'une insuffisance hépatique peut augmenter les risques et la toxicité du paclitaxel, l'administration d'ABRAXANE à des patients présentant une insuffisance hépatique doit être réalisée avec prudence
  • La dose de départ doit être réduite pour les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère

Albumine (humaine)

  • ABRAXANE contient de l'albumine (humaine), une substance dérivée du sang humain

Utilisation pendant la grossesse : grossesse de catégorie D

  • L'ABRAXANE peut nuire au fœtus en cas d'administration au cours de la grossesse
  • En cas d'utilisation pendant la grossesse ou si la patiente entame une grossesse en cours de traitement, la patiente doit être informée des risques potentiels encourus par le fœtus
  • Les femmes en âge de procréer doivent être informées qu'il convient d'éviter toute grossesse lors du traitement par ABRAXANE

Utilisation chez les hommes

  • Il faut conseiller aux patients de sexe masculin traités par ABRAXANE de ne pas concevoir d'enfant pendant le traitement

EFFETS INDÉSIRABLES

Étude randomisée sur le cancer du sein métastatique (CSM)

  • Les effets indésirables les plus courants (≥ 20 %) avec le recours uniquement à l'ABRAXANE en cas de cancer du sein métastatique étaient l'alopécie (90 %), la neutropénie (ensemble des cas 80 %, dont 9 % de cas graves), la neuropathie sensitive (ensemble des symptômes 71 %, dont 10 % de symptômes sévères), un électrocardiogramme anormal (ensemble de patients 60 %, patients avec un électrocardiogramme initial normal 35 %), la fatigue/l'asthénie (ensemble des cas 47 %, dont 8 % de cas graves), la myalgie/arthralgie (ensemble des cas 44 %, dont 8 % de cas graves), l'augmentation des taux d'enzymes hépatiques AST (SGOT) (ensemble des cas 39 %), augmentation des taux des phosphatases alcalines (ensemble des cas 36 %), anémie (ensemble des cas 33 %, dont 1 % de cas graves), nausée (ensemble des cas 30 %, dont 3 % de cas graves), diarrhée (ensemble des cas 27 %, dont
  • 3 % des patients (7 sur 229) ont interrompu l'utilisation d'ABRAXANE du fait d'une neuropathie sensitive
  • Parmi les autres effets indésirables figurent les vomissements (ensemble des cas 18 %, dont 4% de cas graves), le dysfonctionnement rénal (ensemble des cas 11 % ; 1 % de cas graves), la rétention d'eau (ensemble des cas 10 % ; 0 % de cas graves) ; la mucosité (ensemble des cas 7 %, dont < 1 % de cas graves), le dysfonctionnement hépatique (augmentation de la bilirubine 7 %), les réactions d'hypersensibilité (ensemble des cas 4 % ; 0 % de cas graves), la thrombocytopénie (ensemble des cas 2 % ; < 1 % de cas graves) et les réactions au niveau du point d'injection (< 1 %). Chez tous les patients traités à l'ABRAXANE (n=366), des perturbations oculaires/visuelles ont été rapportées (ensemble des cas 13 %, dont 1 % de cas graves). Des cas de déshydratation et de pyrexie ont également été signalés
  • Des événements cardiovasculaires graves susceptibles d'être liés à l'agent unique ABRAXANE se sont produits chez environ 3 % des patients. Parmi ces événements, l'ischémie cardiaque/l'infarctus, les douleurs thoraciques, les arrêts cardiaques, la tachycardie supraventriculaire, l'œdème, la thrombose, la thromboembolie pulmonaire, l'embolie pulmonaire et l'hypertension
  • Des cas d'accident vasculaire cérébral (AVC) et des accidents ischémiques transitoires ont été signalés

Étude sur le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC)

  • Les effets indésirables présentant une différence de ≥ 2 %, de type 3 ou supérieur du traitement en association ABRAXANE/carboplatine pour le CBNPC étaient l'anémie (28 %), la neutropénie (47 %), la thrombocytopénie (18 %), et la neuropathie périphérique (3 %)
  • Les effets indésirables les plus courants (≥ 20 %) du traitement en association ABRAXANE/carboplatine pour le CBNPC étaient l'anémie, la neutropénie, la thrombocytopénie, l'alopécie, la neuropathie périphérique, la nausée et la fatigue
  • Les effets indésirables graves les plus courants du traitement en association ABRAXANE/carboplatine pour le CBNPC étaient l'anémie (4 %) et la pneumonie (3 %)
  • Les effets indésirables les plus courants avec pour conséquence l'arrêt permanent de l'ABRAXANE étaient la neutropénie (3 %), la thrombocytopénie (3 %) et la neuropathie périphérique (1 %)
  • Les effets indésirables les plus courants avec pour conséquence une réduction de la dose d'ABRAXANE étaient la neutropénie (24 %), la thrombocytopénie (13 %) et l'anémie (6 %)
  • Les effets indésirables les plus courants entraînant le refus ou le report de l'administration de l'ABRAXANE étaient la neutropénie (41 %), la thrombocytopénie (30 %) et l'anémie (16 %)
  • Les effets indésirables courants suivants (incidence ≥ 10 %) observés ont montré une incidence similaire chez les patients traités par ABRAXANE plus carboplatine et chez les patients traités par injection de paclitaxel plus carboplatine : l'alopécie (56 %), la nausée (27 %), la fatigue (25 %), la baisse d'appétit (17 %), l'asthénie (16 %), la constipation (16 %), la diarrhée (15 %), les vomissements (12 %), la dyspnée (12 %) et l'éruption cutanée (10 %) (les taux d'incidence se rapportent au groupe traité par ABRAXANE plus carboplatine)

Période de surveillance post-commercialisation de l'ABRAXANE et d'autres formulations de Paclitaxel

  • Des réactions d'hypersensibilité sévère et parfois fatale ont été signalées avec l'ABRAXANE. L'utilisation de l'ABRAXANE chez les patients ayant précédemment montré une hypersensibilité au paclitaxel en injection ou à l'albumine humaine n'a pas été étudiée
  • Des cas de défaillance cardiaque et de dysfonctionnement du ventricule gauche ont été relevés, principalement parmi les personnes présentant des antécédents cardiaques sous-jacents ou une exposition préalable aux médicaments cardiotoxiques
  • Des cas d'extravasation d'ABRAXANE ont été signalés. Étant donné la possibilité d'extravasation, il est recommandé de surveiller étroitement le point de perfusion d'ABRAXANE afin de prévenir toute infiltration éventuelle lors de l'administration du médicament

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

  • La prudence est de rigueur lorsque l'on administre l'ABRAXANE simultanément avec des médicaments connus pour inhiber ou induire le CYP2C8 ou le CYP3A4

UTILISATION CHEZ DES POPULATIONS SPÉCIFIQUES

Femmes allaitantes

  • On ignore si le paclitaxel est excrété dans le lait humain. Étant donné que de nombreux médicaments sont excrétés dans le lait humain et à cause du potentiel d'effets indésirables graves chez les nourrissons, il convient d'interrompre l'allaitement ou le traitement, en tenant compte de l'importance du médicament pour la mère

Pédiatrie

  • L'innocuité et l'efficacité de l'ABRAXANE chez les patients pédiatriques n'ont pas été évaluées

Gériatrie

  • Aucune toxicité plus fréquente n'a été relevée chez les patients de plus de 65 ans traités par ABRAXANE pour le CSM
  • La myélosuppression, la neuropathie périphérique et l'arthralgie ont été plus fréquentes chez les patients de plus de 65 ans traités par ABRAXANE et par carboplatine pour le CBNPC

Insuffisance rénale

  • L'utilisation de l'ABRAXANE n'a pas été étudiée chez les patients atteints d'insuffisance rénale

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

  • Il est conseillé d'ajuster la posologie pour les patients souffrant d'insuffisance hépatique modérée à sévère et pour ceux atteints de neutropénie sévère ou de neuropathie sensitive sévère au cours du traitement à base d'ABRAXANE
  • Ne pas administrer d'ABRAXANE si l'AST est > 10 x LSN ou si la bilirubine est > 5 x ULN
  • Des réductions de dose ou l'arrêt peuvent s'avérer nécessaires en cas de toxicité hématologique ou neurologique sévère
  • Une surveillance étroite des patients s'impose

Veuillez consulter les informations posologiques complètes, y compris les MISES EN GARDE, LES CONTRE-INDICATIONS, LES MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS et LES EFFETS INDÉSIRABLES accompagnant ce médicament.

À propos de Celgene International Sarl

Celgene International Sàrl, une société basée à Boudry, dans le Canton de Neuchâtel, en Suisse, est à la fois une filiale à part entière de Celgene Corporation et son siège international. Celgene Corporation, dont le siège se trouve à Summit, dans le New Jersey, est une société pharmaceutique internationale intégrée spécialisée dans la découverte, le développement et la commercialisation de traitements novateurs de lutte contre le cancer et les maladies inflammatoires au moyen de la régulation génique et protéinique. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site de la société à www.celgene.com.

Énoncés prospectifs

Ce communiqué de presse contient des énoncés prospectifs qui relatent généralement des faits non historiques. Les énoncés prospectifs peuvent être identifiés par l'utilisation des termes « s'attend à », « anticipe », « pense que », « envisage », « estime », « prévoit », « perspectives » et par l'emploi d'expressions similaires et du futur. Les énoncés prospectifs s'appuient sur les projets, estimations, suppositions et projections actuels de la direction et ne sont valables qu'à la date de leur formulation. Nous n'assumons aucune obligation de mise à jour d'un quelconque énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou d'événements futurs, sauf dans la mesure où la loi l'exige. Les énoncés prospectifs impliquent des risques et des incertitudes inhérents, dont la plupart sont difficilement prévisibles et qui sont généralement en dehors de notre contrôle. Les résultats ou issues réels peuvent différer sensiblement de ceux sous-entendus dans les énoncés prospectifs en raison de l'impact d'un certain nombre de facteurs. Bon nombre de ces facteurs sont évoqués plus en détail dans notre rapport annuel sur le formulaire 10-K et dans nos autres rapports déposés auprès de la SEC (la commission américaine de contrôle des opérations boursières).

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Pour Celgene International Sàrl
Investisseurs : +41 32 729 8303
ir@celgene.com
ou
Médias : +41 32 729 8304
media@celgene.com

Business Wire