BFM Patrimoine

Kraft Foods et Heinz fusionnent

Le groupe Kraftfoods, après une décennie d'histoire tourmentée, va sans doute se retrouver au coeur du développement d'un empire agro-alimentaire en devenir.

Le groupe Kraftfoods, après une décennie d'histoire tourmentée, va sans doute se retrouver au coeur du développement d'un empire agro-alimentaire en devenir. - Tim Boyle - Getty Images North America - AFP

Heinz et Kraft vont fusionner, avec le soutien de Warren Buffett et du brésilien 3G.

Il va falloir apprendre à connaitre 3G. Il est vrai que ces dernières décennies, quand il était question de rachats à plusieurs dizaines de milliards de dollars, les noms les plus souvent cités étaient KKR, Blackstone, ou Berkshire Hathaway, la holding de Warren Buffett.

3G est justement un de ses partenaires historiques. Dirigé par l’homme le plus riche du Brésil, Jorge Paulo Lemann, dont la fortune est estimée à 25 milliards de dollars par le magazine Forbe’s, le fonds a été aux côtés de Berkshire Hathaway lors de plusieurs opérations majeures, notamment le rachat de Burger King, celui de la chaîne de cafés américaine Tim Horton’s pour 11 milliards de dollars l’année passée, et celui du ketchup Heinz il y a 2 ans pour 23 milliards de dollars.

Petit empire deviendra grand

Autant d’opérations conjointes et fructueuses menées à deux, qui ont rapidement fait de 3G un petit empire du secteur agroalimentaire. Cet investissement dans KraftFoods en fait un des acteurs majeurs.

Cette nouvelle entreprise aura un chiffre d'affaires combiné de quelques 28 milliards de dollars, avec huit marques pesant plus d'un milliard de dollars. Buffett et 3G vont investir 10 milliards de dollars dans la compagnie fusionnée Kraft Heinz. Les actionnaires de Kraft détiendront 49% du capital du
nouvel ensemble et ceux de Heinz 51% à l'issue de l'opération.

KraftFoods, une histoire tourmentée

KraftFoods est né de la dislocation de l’empire Altria en 2007, la maison mère de Kraft mais aussi du cigarettier Philip Morris, à une époque où il était devenu difficile de concilier les activités agro-alimentaire et tabac, surtout que Kraft était en plein processus d’ "assainissement" de sa gamme de produits, jugés trop gras, trop caloriques, trop "malbouffe".

KraftFoods a donc volé de ses propres ailes, pendant 5 ans, avant de connaître un nouveau bouleversement : une scission en 2 pôles, avec la création de Mondelez, entité qui regroupe les activités snacking et biscuits, notamment le chocolat Milka, ou encore LU, racheté à Danone en 2007, au prix d’une longue bataille sur fond de patriotisme économique, ainsi que celui du britannique Cardbury qui avait suscité un émoi similaire en Grande-Bretagne en 2009.

Changements de périmètres multiples

De l’autre côté KraftFoods a pu développer le reste de sa gamme généraliste, notamment le fromage Philadelphia, la moutarde Grey Poupon, et d'autres marques essentiellement connues sur le continent américain.

Une histoire tourmentée, entre cession et scissions, qui pourrait donc marquer un point d’orgue avec l’entrée de KraftFoods dans l’orbite 3G. 

Une aubaine pour Kraft qui va enfin trouver des points de stabilité pour peaufiner son développement, une aubaine également pour 3G qui se taille une place de choix dans les empires de l’agroalimentaire mondial. 

Antoine Larigaudrie