BFM Patrimoine

INDICES: Le CAC 40 chute de 2,7% en raison des craintes liées à l'Ukraine

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--Les valeurs françaises ont clôturé en forte baisse lundi, les investisseurs redoutant une escalade du conflit entre l'Ukraine et la Russie. Dans ce contexte, les bons indicateurs d'activité parus aux Etats-Unis et en Europe son

PARIS (Dow Jones)--Les valeurs françaises ont clôturé en forte baisse lundi, les investisseurs redoutant une escalade du conflit entre l'Ukraine et la Russie. Dans ce contexte, les bons indicateurs d'activité parus aux Etats-Unis et en Europe sont passés inaperçus.

L'indice CAC 40 a reculé de 2,7%, à 4.290,87 points. Le SBF 120 a cédé 2,5%, à 3.355,70 points.

L'Ukraine s'est déclarée dimanche "au bord de la catastrophe" à la suite de la "déclaration de guerre" de la Russie, alors que le pays semble avoir perdu le contrôle de la Crimée. Face à cette situation, les Occidentaux du G7 ont fait bloc contre Moscou. Les Etats-Unis ont réclamé lundi l'envoi "immédiat" en Ukraine d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Par ailleurs, une équipe d'experts du Fonds monétaire international (FMI) se rendra en Ukraine du 4 au 14 mars pour évaluer l'économie et engager des négociations sur un plan de sauvetage financier.

Les tensions géopolitiques ont relégué au second plan la publication de plusieurs indicateurs d'activité PMI encourageants en zone euro et aux Etats-Unis.

Dans l'Union monétaire, l'expansion de l'activité manufacturière a légèrement ralenti au mois de février, mais moins qu'estimé initialement, tandis que l'activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis a progressé en février de façon plus marquée que prévu. En revanche, l'activité manufacturière en Chine a de nouveau montré des signes de faiblesse en février, d'après les données publiées lundi par la banque britannique HSBC. L'indice des directeurs d'achat a glissé en février à 48,5, contre 49,5 en janvier.

A Paris, toutes les valeurs du CAC 40 ont clôturé dans le rouge. Les valeurs cycliques, industrielles et financières ont été délaissées, en particulier Société Générale (-5,4% à 45,75 euros) et Renault (-5,4% à 68,30 euros). Les deux groupes sont très présents en Russie via leurs filiales respectives Rosbank et Avtovaz.

A l'inverse, les secteurs considérés commes les plus défensifs ont résisté. Safran n'a cédé que 1% à 50,51 euros, EDF a perdu 1,1% à 28,49 euros et Unibail-Rodamco a abandonné 1,4% à 188,30 euros.

Seules une poignée de valeurs du SBF 120 ont tiré leur épingle du jeu. Soitec a notamment poursuivi son rebond et progressé de 4,4% à 2,37 euros, après avoir évolué en forte baisse dans la journée. Le titre s'était envolé de 35,9% vendredi à la faveur d'une note favorable d'Exane BNP Paribas.

Eurofins Scientific a grappillé 0,02% à 211,85 euros, alors que le groupe d'analyse des produits pharmaceutiques et alimentaires a relevé son dividende annuel de 20% après avoir vu ses résultats progresser davantage que prévu en 2013.

Les investisseurs devraient rester attentifs aux événements en Ukraine mardi. Ils suivront également la publication des prix à la production en zone euro en janvier ainsi que l'annonce des résultats du groupe de chimie Arkema. (blandine.henault@wsj.com)

(END) Dow Jones Newswires

March 03, 2014 11:46 ET (16:46 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-