BFM Patrimoine

GDF Suez a envisagé de réduire sa participation dans Bonaparte LNG - sources

BFM Patrimoine

SYDNEY (Dow Jones)--GDF Suez (GSZ.FR) a envisagé de vendre une partie de sa participation dans un important projet d'infrastructures d'exportation de gaz en Australie, ont indiqué deux sources proches du dossier. Le groupe a engagé Bank of America

SYDNEY (Dow Jones)--GDF Suez (GSZ.FR) a envisagé de vendre une partie de sa participation dans un important projet d'infrastructures d'exportation de gaz en Australie, ont indiqué deux sources proches du dossier.

Le groupe a engagé Bank of America Merrill Lynch ces derniers mois pour le conseiller sur une réduction de sa participation de 60% dans le projet de coentreprise de gaz naturel liquéfié (GNL) Bonaparte avec le groupe australien Santos (STO.AU), selon ces mêmes sources.

GDF Suez, le premier groupe de services collectifs d'Europe en termes de capitalisation boursière, cherche à vendre pour 11 milliards d'euros d'actifs d'ici à la fin de 2014 afin de renforcer son bilan, à un moment où les difficultés économiques dans la zone euro pèsent sur la demande d'énergie, tandis que sa capacité à augmenter les prix du gaz naturel en France sont restreintes pour des raisons de régulation.

Les discussions initiales avec les parties intéressées n'ont abouti à aucun accord et GDF Suez ne mène pas actuellement de négociations actives sur la vente d'une partie de sa participation, selon les sources. Le coût élevé du développement du projet Bonaparte LNG pourrait cependant pousser GDF Suez à étudier à nouveau l'accueil d'un nouveau partenaire, en particulier en provenance d'Asie, ont-elles ajouté. Des porte-parole de GDF Suez et de Santos n'ont pas souhaité faire de commentaire.

En 2010, GDF Suez a versé à Santos 370 millions de dollars pour entrer dans le projet Bonaparte LNG. L'opération comprenait un versement initial en numéraire de 200 millions de dollars pour 60% des champs gaziers de Petrel, Tern et Frigate dans le bassin de Bonaparte, situé à environ 170 kilomètres au large des côtes.

Le groupe a ensuite payé à Santos un montant supplémentaire de 170 millions de dollars, lorsqu'une décision d'investissement définitive a été prise concernant le site flottant de production de GNL, qui doit traiter du gaz provenant des trois champs. Santos a indiqué que la construction du site devrait démarrer en 2014 et que les prmeières livraisons étaient prévues en 2018.

Le projet de GDF Suez et de Santos devrait produire entre 2 millions et 3 millions de tonnes de GNL par an. Les partenaires n'ont pas encore réalisé d'estimation de coût.

-David Winning et Ross Kelly, The Wall Street Journal

(Géraldine Amiel, à Paris, a contribué à cet article.)

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

April 16, 2013 02:45 ET (06:45 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-