BFM Patrimoine

Forte baisse à la Bourse de Paris

Le CAC 40 a lourdement chuté ce lundi, de plus de 2,5%.

Le CAC 40 a lourdement chuté ce lundi, de plus de 2,5%. - Daniel Roland - AFP

Le CAC 40 a clôturé ce 15 décembre en perte de plus de 2,5% pour une sixième séance consécutive de baisse. Une contre-performance peu habituelle en cette période de l'année.

Le CAC 40 a lourdement chuté ce lundi 15 décembre. L'indice parisien a clôturé en baisse de 2,52%, à peine au-dessus des 4.000 points, à 4.005,38, alors que les cours du pétrole ont continué de plonger. C'est la sixième séance de baisse consécutive. Vendredi, le CAC 40 avait déjà lâché 2,77%.

Le marché parisien a tenté de rebondir mais cette tentative a tourné court, les investisseurs s'inquiétant de la baisse continue des prix du pétrole, qui s'ajoute à l'incertitude politique en Grèce à deux jours du coup d'envoi de l'élection présidentielle dans le pays.

Une période de l'année pourtant favorable

Ailleurs en Europe, les clôtures dans le rouge étaient de mise: Francfort a perdu 2,27%, Londres 1,87%, Milan 2,81%. En France, les valeurs bancaires ont tiré l'indice vers le bas. BNP Paribas a perdu 3,62% à 46,45 euros, Crédit Agricole 2,58% à 10,18 euros et Société Générale 2,79% à 34,37 euros.

Cette contre-performance est d'autant plus étonnante que cette période de l'année est généralement favorable à un bond de l'indice parisien.

Des marchés "complètement hors-normes"

"Sur les vingt dernières années, la troisième semaine du mois de décembre est normale la plus haussière de toutes, avec une performance du CAC 40 de 1,7% en moyenne, que l'on appelle le rally de Noël", explique Nicolas Chéron, analyste devise chez Daily FX dans Intégrale bourse.

"Ces marchés sont très dangereux, et complètement hors-normes", estime l'analyste qui attend de voir si les investisseurs ont cherché, ce lundi "à se faire peur ou si l'on assiste au commencement d'une période d'aversion au risque historique".

Parmi les causes de cette chute: l'effondrement du cours du pétrole. "Depuis juin, sa valeur a été divisée par deux, explique Philippe Gudin, chef économiste chez Barclays. Un choc extrêmement violent qui accentue l'incertitude sur les conséquences macroéconomiques". 

Problèmes techniques chez Euronext

Une très mauvaise journée pour les marchés européens, mais aussi pour Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris. La plateforme a relancé la négociation des futures ce lundi soir à Paris et Amsterdam. Un peu, la plateforme avait suspendu ces produits dérivés qui se négocient à des horaires plus large que les actions du CAC, entre 8 heures et 22 heures, en raison de problèmes techniques.

L'ouverture des marchés dérivés d'Euronext a déjà subi des retards de plus d'une heure ce lundi en raison de problèmes techniques. 

N.G.