BFM Patrimoine

Europe: les vendeurs l'emportent, forts doutes sur un 'QE3'.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les vendeurs l'emportaient sur une majorité de places européennes, de nombreux opérateurs craignant que le comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) préfère adopter une posture relativement attentiste ce soir. A une

(CercleFinance.com) - Les vendeurs l'emportaient sur une majorité de places européennes, de nombreux opérateurs craignant que le comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) préfère adopter une posture relativement attentiste ce soir.

A une demi-heure de la clôture, Madrid lâchait 1,4%, Milan 1,3% et Francfort 0,6%, alors que Londres prenait 0,5% et Zurich 0,3%. Sur Euronext, Paris perdait 1,1%, Amsterdam, Lisbonne et Bruxelles reculaient de 0,6%. Au même moment, Wall Street grignotait 0,2%.

'C'est une extension de la période de taux extrêmement bas que nous sommes susceptibles de voir, mais nous aurions besoin de quelque chose d'assez impressionnant si la Fed veut éviter de créer une vague de déception', affirmait un trader londonien.

Selon Aurel BGC, un 'QE3' centré sur des achats de RMBS est loin d'être acquis. 'Les discours des différents membres du comité sont très divergents et certains d'entre eux semblent encore loin d'être convaincus de l'utilité d'une telle opération', soulignait-il.

'La réunion du mois d'octobre semble plus propice à l'annonce d'un nouveau tour d'assouplissement quantitatif, car le ralentissement de l'économie à la fin du troisième trimestre sera devenue encore plus évidente', jugeait Natixis.

'A moins de deux mois des élections présidentielles américaines, la Fed pourrait ne pas annoncer de plan de grande ampleur afin de ne pas engager le futur président sur des mesures avant même qu'il n'ait été élu', prévenait de son côté Barclays Bourse.

Au chapitre des données économiques américaines, les inscriptions au chômage ont augmenté de 15.000 la semaine dernière, à 382.000, et les prix à la production industrielle ont grimpé de 1,7% en août, propulsés par les prix de l'énergie.

L'approche de la fin du FOMC a éclipsé la bonne nouvelle de la nuit sur le front du dossier des dettes européennes, à savoir le succès des partis pro-européens aux élections législatives néerlandaises, en particulier le parti libéral qui a décroché 41 sièges sur 150.

Du côté des valeurs, c'est surtout la chute d'EADS (-9,6% à 25,3 euros à Paris) qui monopolisait l'attention, les analystes se montrant peu enthousiastes à l'idée d'un rapprochement avec BAE Systems, qui abandonnait de son côté 7% à 338 pence à Londres.

Avec des pertes de 5,1% à moins de 3,8 euros, Finmeccanica accusait la plus forte baisse à Milan, les investisseurs voyant dans le conglomérat industriel italien une victime collatérale du projet de rapprochement EADS/BAE Systems.

Alcatel-Lucent surperformait le CAC40 et avançait de 0,2% à 95 centimes d'euro, l'équipementier télécoms ayant remporté un contrat auprès de Telefonica (-1,8% à 11,2 euros à Madrid) pour la révision complète de ses systèmes de gestion réseau.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance