BFM Patrimoine

Europe: le rouge domine les marchés, sauf à Londres.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - A part Londres qui profite des derniers chiffres de l'inflation, l'heure reste aux prises de bénéfices sur les marchés européens, les opérateurs préférant plutôt s'alléger alors que des propos de Charles Evans font crai

(CercleFinance.com) - A part Londres qui profite des derniers chiffres de l'inflation, l'heure reste aux prises de bénéfices sur les marchés européens, les opérateurs préférant plutôt s'alléger alors que des propos de Charles Evans font craindre un durcissement monétaire de la Fed.

Madrid s'affaisse de 1,1%, Milan, Lisbonne et Bruxelles de 0,7%, Paris et Amsterdam perdent 0,3%, Francfort 0,2%, Zurich moins de 0,1%, alors que Londres avance de 0,3%. A Wall Street, le Dow Jones grignote moins de 0,1%.

'Les investisseurs restent prudents dans l'attente du discours du patron de la Fed Ben Bernanke, tandis que de nombreux opérateurs anticipent un probable changement de cap de la politique monétaire', explique Saxo Banque.

La crainte d'une réduction des injections de liquidités sur les marchés s'est renforcée avec des propos de Charles Evans : ce membre votant du FOMC a déclaré que si les conditions sur le marché du travail continuent à s'améliorer, la Fed devra réduire ses achats d'obligations.

'Charles Evans anticipe une amélioration de la conjoncture économique américaine, même si des 'vents contraires' persistent. La réaction de l'économie au durcissement budgétaire sera un élément clef dans l'action du Fed', rapporte Aurel BGC.

De ce côté de l'Atlantique, le taux d'inflation a ralenti à un rythme annuel de 2,4% au Royaume Uni en avril, contre 2,8% le mois précédent, de quoi inciter la Banque d'Angleterre à prendre de nouvelles mesures pour soutenir l'économie britannique.

'La méthode offensive de Shinzo Abe ayant apparemment fait ses preuves au Japon, peut-être la Grande-Bretagne pourrait-elle s'en inspirer pour sortir de son malaise actuel', estime un trader basé à Londres.

Du côté des valeurs, Vodafone gagne 0,8% à 199 pence et surperforme ainsi légèrement le FTSE100, après l'annonce de résultats au titre de son exercice clos fin mars largement grevés par la situation économique en Europe du Sud.

L'action Marks & Spencer s'adjuge 4,9% à 462 pence : la chaine de grands magasins est parvenu à défendre ses marges sur son exercice et a abaissé, pour celui en cours et le suivant, ses prévisions de budget d'investissement.

De même, le titre Burberry grimpe de 5% à 1540 pence, à la suite de la publication des résultats de la maison de luxe britannique pour son exercice 2012-2013, soutenus par des ventes de détail vigoureuses.

Carnival plonge de 6% à 2260 pence, sanctionné pour un abaissement d'objectifs de résultats : le leader mondial des vacances en croisières anticipe désormais un BPA compris entre 1,45 et 1,65 dollar sur l'année en cours.

Sur l'OMX, Ericsson cède 1% à 78,6 couronnes suédoises, l'équipementier ayant annoncé la fermeture de son activité de câbles pour les télécommunications face à la concurrence des pays asiatiques et à l'écroulement de la demande en Europe.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance