BFM Patrimoine

Europe: l'Italie et les Etats-Unis préoccupent les marchés.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Dans l'attente de la réunion de politique monétaire de la BCE jeudi prochain, les Bourses européennes commencent la semaine du mauvais pied, préoccupées par les blocages politiques en Italie et aux Etats-Unis. Milan déviss

(CercleFinance.com) - Dans l'attente de la réunion de politique monétaire de la BCE jeudi prochain, les Bourses européennes commencent la semaine du mauvais pied, préoccupées par les blocages politiques en Italie et aux Etats-Unis.

Milan dévisse de 1,1%, Francfort de 0,5%, Londres et Lisbonne de 0,4%, Amsterdam et Bruxelles cèdent 0,3%, Zurich 0,2% et Paris moins de 0,1%, tandis que Madrid grappille 0,1%. Wall Street a progressé de 0,3% vendredi soir.

La prudence reste de mise alors que les investisseurs cherchent à être rassurés sur les moyens que les banques centrales sont prêtes à mettre en oeuvre pour faire face aux incertitudes entourant la croissance mondiale.

'La BCE pourrait préparer le terrain à une baisse de taux par le biais de ses nouvelles prévisions de croissance et d'inflation', indique Crédit Suisse, qui dit tabler sur une réduction des taux directeurs dans le courant du deuxième trimestre.

Outre ce rendez-vous prévu jeudi prochain, la communauté financière sera attentive cette semaine à nombre de données économiques, avec en point d'orgue le rapport américain sur l'emploi en février, à paraître vendredi.

Pour l'heure, les opérateurs se montrent préoccupés par le blocage politique en Italie, qui pourrait remettre en cause l'assainissement financier et maintient donc le taux obligataire italien à 10 ans aux environs de 4,8%.

'Beppe Grillo, leader du mouvement politique Cinq Etoiles (M5S), veut renégocier la dette de l'Italie, selon des déclarations faites à l'hebdomadaire Focus', souligne Aurel BGC, estimant donc que 'la mise en place d'une coalition stable s'annonce difficile avant le 15 mars'.

Les Etats-Unis aussi inquiètent les marchés : le président Obama a déclenché les coupes budgétaires, en en imputant la responsabilité aux républicains, après avoir averti qu'elles devraient peser lourdement sur la croissance de l'économie.

HSBC recule de 3% à 706 pence à Londres, à la suite de la publication de résultats annuels en repli, grevés notamment par l'évolution de la juste valeur de la dette propre et par des éléments notables tels que les pénalités convenues avec les autorités américaines.

France Télécom prend la tête du CAC40 parisien avec un gain de 5,5% à 7,7 euros, soutenu par Morgan Stanley qui passe de 'sous-pondérer' à 'surpondérer' et relève l'objectif de cours de 8,9 à 9,6 euros, arguant notamment d'une valorisation attractive.

Merck KGaA figure dans le haut du classement sur le DAX de Francfort, grignotant 0,2% à 110 euros, aidé par des propos favorables d'UBS qui réitère sa recommandation 'achat' et rehausse son objectif de cours de 111 à 120 euros.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance