BFM Patrimoine

Et si l'affaire du Libor vous avait porté préjudice...

Les répercussions du scandale du Libor sont incalculables, et s'étendent bien au-delà de la sphère financière

Les répercussions du scandale du Libor sont incalculables, et s'étendent bien au-delà de la sphère financière - -

Ce scandale de manipulation des taux interbancaires ne concerne pas que les traders et leur établissement. Les comptes des entreprises et des particuliers pourraient en avoir directement pâti.

Selon le Wall Street Journal du 20 décembre, Fannie Mae et Freddie Mac, deux organismes américains de prêts, auraient perdu plus de trois milliards de dollars dans le cadre de l’affaire du Libor.

Cette manipulation de taux interbancaires est susceptible d’avoir pénalisé des entreprises, des actionnaires, et même des particuliers. Parce que cet indice de référence de l’économie mondiale ne sert pas qu’à déterminer le coût des prêts interbancaires.

De nombreux produits dérivés sont indexés sur le Libor, ainsi que les taux d’intérêt de certains prêts aux entreprises et aux particuliers. Des "milliards d’opérations" se basent sur cet indice affirme Serge Maître, le président de l’Association française des usagers des banques (Afub).

Le Libor est fixé chaque jour à partir des déclarations d’analystes financiers de 18 banques, britanniques et étrangères. Ils sont censés communiquer à la Banque d’Angleterre (BOE) le taux auquel leur établissement emprunte sur les marchés. La BOE compile toutes ces données, en fait la moyenne: c’est le Libor.

Or le taux donné par certains banquiers n’était pas fidèle à la réalité.

Des prêts plus chers qu'ils n'auraient dû l'être

Pour se justifier, les banques fautives jurent qu’elles n’ont fait que sous-estimer ce taux, jamais l’inverse. Elles affirment que leur but était de se procurer de la liquidité moins cher, et surtout de ne pas effrayer les marchés. Elles tentaient de cacher qu’elles avaient de plus en plus de mal à emprunter, ce qui aurait eu pour effet d’ajouter de l’inquiétude à l’inquiétude et de tendre encore plus le marché interbancaire.

Si c’était vraiment le cas, si elles s'étaient contentées de faire paraître le Libor le plus faible possible, alors ceux qui ont contracté des crédits dont les taux dépendent de cet indice en ont bénéficié. Ils ont payé moins d’intérêts sur leur crédit que ce qu’ils auraient dû normalement verser.

Mais le président de l’Association française des usagers des banques met en doute la bonne foi des banquiers. Il constate que, certes entre 2010 et 2012, les taux interbancaires ont baissé, mais avant cela, depuis 2008, ils ne cessaient d’augmenter de manière totalement artificielle.

Ainsi, comme la justice des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, Serge Maître soupçonne qu’à cette époque, les banques manipulaient le Libor à la hausse, donc à la défaveur des détenteurs de crédit.

Les directeurs financiers projetés dans le monde du fantasme

"L’augmentation ou la minoration du Libor agit directement sur le coût de financement, qui augmente ou baisse en même temps", souligne-t-il. Les particuliers auraient donc payé leur crédit plus cher. Tout comme les entreprises. Avec un préjudice en plus pour ces dernières.

L’indexation sur le Libor devait apporter une estimation fiable du prix de l’argent. Cela n’a pas été le cas, et toute la sphère financière s’est retrouvée dans ce que le président de l’Afub appelle "le monde du fantasme". Ainsi, indique-t-il, les directeurs financiers des grands groupes se fiaient à un taux fantaisiste pour anticiper les coûts de financement de leur société. Ce qui a aussi pu peser sur les investissements des entreprises concernées.

Le défenseur des usagers des banques met donc en cause la méthode de fixation du Libor. "C’est comme si on laissait les Français déclarer leurs impôts sans, à aucun moment, vérifier la véracité des informations données", s’insurge Serge Maître.

La Bank of England semble en avoir pris conscience. L’institution travaille actuellement à une remise à plat de la méthode de calcul du Libor. Ce sera le grand chantier de son nouveau gouverneur en 2013.

Nina Godart