BFM Patrimoine

Essilor : Résultats 2013

BFM Patrimoine

Une année en croissance soutenue par l'innovation et les acquisitions Marge de contribution en hausse à 18,1 % du chiffre d'affaires Progression du poids des pays à forte croissance à 21 % du chiffre d

Une année en croissance soutenue par l'innovation et les acquisitions

Marge de contribution en hausse à 18,1 % du chiffre d'affaires

Progression du poids des pays à forte croissance à 21 % du chiffre d'affaires

Confiance en l'avenir marquée par un dividende de 0,94 euro, en hausse de 6,8 %

Regulatory News:

  • Le Conseil d'administration d'Essilor International (Paris:EI), qui s'est réuni le 26 février 2014, a arrêté les comptes de l'exercice 2013. Les comptes ont été audités par les commissaires aux comptes dont le rapport de certification est en cours d'émission.

Chiffres clés

En millions d'euros 2013 2012(3) Variation Chiffre d'affaires 5 065 4 989 + 1,5 % Contribution de l'activité ((1)) 917 893

  • + 2,6 %

(en % du CA)

18,1 %

  • 17,9 %

Résultat opérationnel 843 831 + 1,5 % Résultat net part du groupe 593 584 + 1,6 % Bénéfice net par action (en €) 2,82 2,80 + 0,6 % Bénéfice net par action retraité(2) (en €) 2,82 2,72 + 3,5 %

(1) R ésultat opérationnel avant paiement en actions, frais de restructuration, autres produits et charges, et avant dépréciation des écarts d'acquisition.
(2) Le bénéfice net par action en 2012 est retraité du gain exceptionnel réalisé dans le cadre du changement de gouvernance de Nikon Essilor et d'Essilor Korea.
(3) Les chiffres ont été ajustés des retraitements en application de la norme IAS 19 révisée.

Commentant ces résultats, Hubert Sagnières, Président-Directeur Général d'Essilor, a déclaré :

«Essilor a consolidé ses positions en 2013 après deux années de forte croissance. Le groupe a progressé sur tous ses indicateurs, a posé de nombreux jalons dans des domaines d'avenir structurants tels que la santé visuelle, la stratégie solaire, le développement des marques et a réalisé de nouvelles avancées dans les pays à forte croissance. Ces initiatives renforcent notre confiance dans l'avenir et vont contribuer à l'augmentation de notre croissance organique au cours des prochaines années.»

Faits marquants

En 2013, dans un contexte d'évolution défavorable des taux de change, le chiffre d'affaires en base homogène et acquisitions organiques combinées progresse de 5,4 % et la contribution de l'activité ressort à 18,1 % du chiffre d'affaires.

L'exercice est caractérisé par plusieurs faits marquants :

Une nouvelle augmentation de la part de marché du groupe dans les verres à 37 % en volume ;

Une nette hausse du poids des pays à forte croissance qui atteint désormais 21 % du chiffre d'affaires consolidé ;

Le lancement du verre Crizal® Prevencia™ qui confirme la forte dynamique d'innovation du groupe et marque son entrée dans le segment prometteur de la prévention et de la santé visuelle ;

L'accélération de la stratégie d'acquisitions avec l'annonce de la plus grosse opération du groupe à ce jour, l'acquisition de Transitions Optical pour 1,8 milliards de dollars américains, et la signature de 28 partenariats représentant 254 millions d'euros de chiffre d'affaires en année pleine ;

La montée en puissance d'une offre solaire combinant l'expertise d'Essilor et de FGX International dans la prescription solaire, la polarisation, la protection anti-UV et la distribution avec les positions et les marques des sociétés nouvellement acquises en 2013 (Polycore, Xiamen Yarui Optical / Bolon® et Suntech Optics) et au début de 2014 (Costa Inc.) sur les segments du milieu de gamme et de la performance solaire.

Dividende

Pour marquer sa confiance dans l'avenir du groupe, le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée générale du 7 mai 2014 la distribution d'un dividende de 0,94 euro par action, en hausse de 6,8 % par rapport à l'an passé. Le dividende sera mis en paiement à partir du 27 mai 2014.

Perspectives

Dans un marché tiré par de puissants moteurs structurels, plusieurs évolutions se confirment : segmentation de la distribution, structuration des réseaux de soin, développement de la vente en ligne, exigences plus fortes des consommateurs. Ces mouvements créent de nombreuses opportunités et conduisent à des différences de plus en plus marquées dans le potentiel de croissance des grandes régions du monde.

Le groupe répond à ces changements en renforçant son positionnement sur plusieurs segments porteurs: les pays à forte croissance, les lunettes solaires, les marques consommateur, la vente en ligne. Ce redéploiement va contribuer à l'augmentation de notre croissance organique au cours des prochaines années.

Pour 2014, le groupe vise une croissance comprise entre 10 % et 12 % de son chiffre d'affaires hors effets de change. La marge de contribution devrait se situer entre 18,2 % et 18,6 % (hors nouvelles acquisitions stratégiques) en fonction de la date effective de consolidation de Transitions Optical et des ajustements IFRS finaux.

Informations pratiques

Une réunion d'analystes se tiendra ce jour, 27 février, à 10h00, à Paris.

La retransmission de la réunion sera accessible en direct et en différé par le lien suivant : http://hosting.3sens.com/Essilor/20140227-E5EAF0AE/fr/

La présentation sera accessible par le lien suivant : http://www.essilor.com/fr/Investisseurs/Pages/Publications.aspx

Prochains rendez-vous

29 avril 2014 : Chiffre d'affaires du 1er trimestre 2014

7 mai 2014 : Assemblée générale des actionnaires à 10h30 au Palais de Congrès, Porte Maillot, Paris.

A propos d'Essilor

Essilor est le numéro un mondial de l'optique ophtalmique. De la conception à la fabrication, le groupe élabore de larges gammes de verres pour corriger et protéger la vue. Sa mission est de permettre à toute personne dans le monde d'avoir une bonne vision grâce à des verres adaptés à ses besoins. Ainsi le groupe consacre plus de 150 millions d'euros par an à la recherche et à l'innovation pour proposer des produits toujours plus performants. Les marques phares sont Varilux®, Crizal®, Definity®, Xperio®, Optifog™, Foster Grant®, Bolon® et Costa®. Essilor développe et commercialise également des équipements, des instruments et des services destinés aux professionnels de l'optique.

Essilor a réalisé un chiffre d'affaires net consolidé de plus de 5 milliards d'euros en 2013 et emploie plus de 55 000 collaborateurs. Le groupe, qui déploie ses activités dans plus d'une centaine de pays, dispose de 28 usines, plus de 450 laboratoires de prescription et centres de taillage-montage ainsi que plusieurs centres de recherche et développement dans le monde.

Pour plus d'informations, visitez le site www.essilor.com.

L'action Essilor est cotée sur le marché Euronext à Paris et fait partie des indices Euro Stoxx 50 et CAC 40.

Codes : ISIN : FR0000121667 ; Reuters : ESSI.PA ; Bloomberg : EI:FP.

EXTRAİTS DU RAPPORT DE GESTİON
DU CONSEİL D'ADMİNİSTRATION DU 26 FÉVRİER 2014

ACTİVİTÉ EN HAUSSE DE 5,4 % HORS CHANGE Chiffre d'affaires consolidé

Chiffre d'affaires
En millions d'euros

2013 2012 (1)

Variation
réelle

Croissance
en base
homogène

Effet de
périmètre

Effet de
change

Verres et matériel optique 4 505 4 445 + 1,3 % + 1,8 % + 3,5 % - 4,0 % Amérique du Nord 1 770 1 775 - 0,3 % + 0,5 % + 2,8 % - 3,6 % Europe 1 572 1 570 + 0,1 % + 0,5 % + 0,4 % - 0,8 %

Asie / Océanie /

Moyen - Orient / Afrique

812 778 + 4,5 % + 4,2 % + 8,2 % - 7,9 % Amérique latine 351 322 + 8,9 % + 9,7 % + 10,7 % - 11,5 % Equipements 205 199 + 2,9 % + 7,3 % - 1,5 % - 2,9 % Readers 355 345 + 3,0 % + 2,7 % + 3,7 % - 3,4 % TOTAL 5 065 4 989 + 1,5 % + 2,1 % + 3,3 % - 3,9 %

(1) Les ventes de Nikon-Essilor en Amérique du Nord (39,5 millions d'euros en 2012) et en Europe (11,5 millions d'euros) étaient auparavant comptabilisées dans la région Asie / Océanie / Moyen-Orient / Afrique.

La croissance du chiffre d'affaires 2013 reflète :

Une progression en base homogène du chiffre d'affaires de 2,1 %, montrant une amélioration des ventes entre le premier semestre (+ 1,2 %) et le second semestre (+ 3,0 %).

Un effet de périmètre de 3,3 % traduisant une contribution croissante, trimestre après trimestre, de la stratégie d'acquisition du groupe.

Un effet de change négatif (- 3,9 %) imputable à l'appréciation de l'euro face à la plupart des monnaies de facturation du groupe.

En 2013, la vitalité de l'innovation du groupe s'est traduite par le déploiement de produits majeurs, dont le verre progressif Varilux S series, le verre antireflet Crizal UV et, en fin d'année, Crizal Prevencia, le premier verre filtrant les effets nocifs de la lumière bleue. Le succès de ces produits auprès des professionnels de l'optique ainsi que le dynamisme de la stratégie d'acquisition du groupe ont permis à Essilor de renforcer ses positions mondiales.

Néanmoins, une forte intensité concurrentielle et, dans certaines régions, une conjoncture économique peu porteuse se traduisant par un ralentissement du marché de l'optique, ont pesé sur la croissance organique du groupe.

Activité par régions et divisions

VERRES ET MATÉRİEL OPTİQUE

Amérique du Nord

En 2013, le chiffre d'affaires en Amérique du Nord a légèrement progressé de 0,5 % en base homogène. Au cours de l'année, le groupe a réussi à compenser plusieurs effets ponctuels défavorables survenus dans la région grâce à une dynamique clients et produits porteuse.

Aux Etats-Unis, l'année 2013 a été marquée par un bon niveau d'activité avec les grandes chaînes d'optique. L'un des principaux acteurs américains de la grande distribution a ainsi fortement bénéficié de l'offre NikonEyes, alors que le nouveau contrat d'approvisionnement signé l'an dernier avec une autre grande enseigne nationale a poursuivi sa montée en puissance. Dans le segment des laboratoires indépendants, le groupe a imprimé une nouvelle dynamique à sa force de vente qui a porté ses fruits. Chez les mutuelles d'assurance, un nouveau contrat d'approvisionnement avec le numéro deux du secteur a démarré au cours des derniers mois de l'année. Ces éléments ont permis de compenser le non-renouvellement, au cours de l'année, de deux contrats d'approvisionnement avec des chaînes de taille moyenne ainsi qu'un effet de base défavorable dû aux livraisons de machines et technologies antireflet à la chaîne LensCrafters en 2012.

En ce qui concerne les offres produits, l'année a été marquée par une bonne croissance de la gamme de verres polarisants Xperio, qui a bénéficié des effets positifs de sa campagne média. Le lancement de Crizal Prevencia en fin d'année a contribué à la redynamisation de l'ensemble de la gamme de verres antireflet Crizal. Dans la catégorie des verres progressifs Varilux, le lancement de la nouvelle génération Varilux S series reçoit un accueil très positif mais ne s'est pas déployé à la vitesse prévue en raison de facteurs techniques. Cette situation s'est résolue en fin d'année.

  • Au Canada, le réseau des opticiens indépendants a retrouvé une dynamique positive grâce au succès du Varilux Club et des campagnes média. Chez les chaînes, les efforts pour promouvoir le « multi-paire » ont partiellement compensé le changement de politique commerciale entamé en 2012 par un grand client. L'activité dans l'ensemble des réseaux a profité du succès des grandes innovations produits (Varilux S Series, Crizal UV, Crizal Prevencia et la ligne de produits de vision intermédiaire e-Life de Nikon Essilor). Enfin, le groupe s'est renforcé dans le milieu de gamme grâce à l'acquisition de Riverside, un ensemble de laboratoires de prescription au Québec et dans l'Ontario.
  • Europe
  • Le chiffre d'affaires en Europe affiche une légère croissance en base homogène (+ 0,5 %), qui traduit le succès des innovations produits malgré une faiblesse persistante de la demande et une intensité concurrentielle accrue. Celle-ci s'est notamment traduite par la perte d'un contrat avec une grande chaîne d'optique, qui a significativement impacté la performance du quatrième trimestre.
  • Dans ce contexte difficile, le nouveau verre progressif Varilux S series a connu un vif succès dans la plupart des pays, dont la France et l'Allemagne. De même, le verre antireflet Crizal UV a continué de se déployer, atteignant un taux de substitution dans la gamme de 100 % dans la plupart des pays d'Europe. Enfin, les verres polarisants Xperio ont poursuivi leur forte croissance. L'ensemble de ces innovations a permis à Essilor de renforcer ses parts de marché dans le haut de gamme.
  • Par ailleurs, Essilor a poursuivi le développement d'offres intégrées de fournitures d'équipements complets (verres et montures) dans le cadre de contrats à forte valeur ajoutée avec des grandes chaînes d'optique.

Par pays, cette performance recouvre des situations contrastées. Après un bon début d'année, les ventes en France ont été affectées par un contexte économique et réglementaire difficile en fin d'exercice. Le Royaume-Uni, la Suisse et certains pays de l'Est, notamment la Russie, ont affiché de bonnes performances. Pour sa part, l'Italie a progressivement retrouvé le chemin de la croissance. En revanche, la situation a été plus difficile dans la péninsule ibérique, l'Allemagne et les pays du Benelux.

Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique

La croissance du chiffre d'affaires de la région Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique ressort à 4,2 % en base homogène. Cette performance reflète la poursuite d'une croissance soutenue sur les marchés domestiques chinois et indien ainsi que l'amélioration du mix produits, partiellement compensés par une baisse de l'export et de l'activité dans les pays développés de la zone.

En Chine, l'activité domestique profite du lancement de nombreux nouveaux produits, notamment les verres Crizal UV et les verres anti-fatigue dans le milieu de gamme. Ceux-ci se traduisent par de nets gains de parts de marché. La baisse de l'activité export reflète quant à elle des tendances exogènes à la Chine et plus conjoncturelles.

En Inde, l'ensemble des réseaux affiche une croissance à deux chiffres. La performance est tirée par les gammes Crizal et Varilux, qui profitent du lancement de Crizal UV et de Varilux S series, mais dont les bons résultats dépassent largement l'effet nouveaux produits.

Les pays d'Asie du Sud Est enregistrent des croissances positives, à l'exception de la Thaïlande qui se redresse néanmoins en fin d'année.

En ce qui concerne les pays développés, le Japon termine l'année en légère baisse mais avec un net redressement au dernier trimestre, qui reflète à la fois des changements dans l'environnement concurrentiel, un effet de base plus favorable et des gains de part de marché liés aux nouveaux produits. En Australie/Nouvelle-Zélande, le groupe souffre d'une baisse d'activité dans le réseau des optométristes indépendants, partiellement compensée par les chaines.

Plusieurs pays ont pénalisé la performance d'ensemble de la zone et ont nécessité une attention particulière au cours de l'exercice. Ainsi des résultats décevants en Afrique du Sud et en Indonésie ont conduit à un changement d'organisation. En Corée, le marché pâtit de l'allongement du délai de renouvellement des lunettes, qui fut longtemps l'un des plus courts du monde. Le groupe réussit néanmoins à compenser partiellement cet effet par un meilleur mix produit lié aux efforts de montée en gamme de nombreux opticiens.

Amérique latine

Malgré une conjoncture économique plus difficile en 2013 qu'en 2012, le groupe a poursuivi son développement rapide en Amérique latine et enregistre une croissance de son chiffre d'affaires de 9,7 % en base homogène. Cette performance reflète le succès des nouveaux produits et notamment de Varilux S series ainsi que la conversion de l'ensemble de la gamme Crizal à la nouvelle génération Crizal UV au cours de l'exercice. Par ailleurs, la région a bénéficié de la mise en place d'une organisation plus offensive, permettant une meilleure segmentation du marché entre les différents partenaires du groupe et une plus grande attention aux grands comptes et aux chaines.

Au Brésil, le groupe a renforcé son réseau de laboratoires de prescription avec 3 nouveaux partenariats au cours de l'année, lui permettant notamment de couvrir les Etats du Minas Gerais et du District Federal (Brasilia). La croissance a été tirée par le dynamisme des ventes de verres Varilux et Crizal. Crizal UV a notamment fait l'objet d'un déploiement très rapide sur l'ensemble de la gamme. Le groupe a également introduit en fin d'année Crizal Prevencia sur le haut de gamme et les verres de marque Kodak qui constituent son offre de référence pour le milieu de gamme. L'attrait et la notoriété des marques du groupe ont été renforcés auprès des professionnels de l'optique par une activité promotionnelle bien ciblée et auprès des consommateurs par plusieurs campagnes média et télévisuelles.

La Colombie est devenue le deuxième pays de la zone suite à l'acquisition de Servioptica, le premier distributeur domestique. Au cours de l'exercice, le groupe s'est employé à optimiser son offre de produits entre ses différents réseaux de distribution et a accéléré la commercialisation des marques Varilux et Crizal. Le lancement des verres Nikon dans le pays s'est ajouté à ce mouvement.

Au Mexique, le groupe enregistre une croissance à deux chiffres, en dépit d'un ralentissement lié à la conjoncture en fin d'année. Il profite des lancements de nouveaux produits sur les gammes de verres progressifs Varilux et antireflet Crizal, d'une forte demande pour les verres à valeur ajoutée, ainsi que des opportunités d'optimisation créées par le partenariat avec Crystal y Plastico.

L'activité en Argentine a été fortement impactée par les restrictions drastiques à l'importation.

Enfin, le groupe est entré au Chili en signant un partenariat avec un leader local, Megalux, qui dispose d'une bonne franchise auprès des opticiens indépendants et qui permet au groupe de capitaliser sur la forte sous-pénétration des verres à valeur ajoutée.

Instruments

Malgré une économie européenne toujours difficile, région qui représente la majeure partie de son activité, la division Instruments a renoué avec un bon niveau de croissance (+ 5,5 % en base homogène), notamment au second semestre. Les quatre lignes de produits de la division – les instruments de finition (meuleuses notamment), les appareils de prises de mesure, l'optométrie et les petits outillages et consommables, sont en progression par rapport à 2012.

Le déploiement de Mr Mix, un instrument de finition du verre qui combine le lecteur de Mr Blue et la meuleuse de Mr Orange, a permis à Essilor de renforcer ses parts de marché en Europe. Le groupe a également tiré les premiers bénéfices de son accord avec la société Topcon au Japon, portant sur la distribution de meuleuses. En Chine et au Brésil, la croissance a été très dynamique. Le groupe a enfin travaillé au renouvellement de son offre milieu de gamme avec le lancement de NeKsia, qui propose de nouvelles interfaces et intègre les dernières générations de centreurs et de bloqueurs du verre.

L'activité d'appareils de mesure a été tirée par le succès de la gamme M'EyeFit, notamment en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Enfin, l'offre d'instruments d'optométrie est en croissance partout dans le monde. Aux Etats-Unis, Stereo Optical a obtenu une très bonne performance sur les appareils de dépistage et de mesure de la performance visuelle.

EQUİPEMENTS

La division Equipements enregistre une croissance de 7,3 % de son chiffre d'affaires en base homogène et dépasse ainsi l'année record réalisée en 2012, malgré une base de comparaison défavorable due à des livraisons exceptionnelles à un grand compte asiatique au cours de 2012.

L'activité « Traitements de surface » a progressé fortement aux Etats-Unis dans les chaînes d'optique grâce à l'automatisation des opérations de traitement antireflet dans leurs propres laboratoires. La nouvelle offre « On-Block Manufacturing », qui permet cette plus grande automatisation de l'ensemble du processus de production, connaît un succès croissant auprès des chaines tant en Europe qu'Outre-Atlantique. L'activité « Surfaçage » a été stable hors effet des ventes exceptionnelles de 2012 en Asie.

Par région, la division a amélioré ses parts de marché en Amérique du Nord et dans certains pays d'Europe ainsi qu'en Amérique latine, notamment grâce à la bonne performance de CMSatisloh, société acquise par le groupe et principalement active dans le surfaçage.

READERS

La division Readers a connu un exercice contrasté (croissance en base homogène de 2,7 %) avec des ventes dans les magasins nettement plus dynamiques dans la seconde partie de l'année. L'activité de distribution de lunettes prémontées a été robuste, bénéficiant de gains de parts d'espace chez un grand compte ainsi que d'importants renouvellements de collection. En revanche, l'activité de vente de lunettes de soleil a pâti de conditions météorologiques défavorables aux Etats-Unis, notamment dans les régions où les grands clients de FGX International disposent d'une forte présence.

A l'international, l'activité a été dynamique en dépit du ralentissement économique dans certaines régions en fin d'année. FGX International a débuté la commercialisation de son offre en Equateur, en Pologne ainsi qu'en Algérie. L'activité a rebondi en Europe, avec une solide croissance au Royaume-Uni et surtout en Italie où Polinelli a gagné des parts de marché. La situation a été plus difficile au Canada.

2013 a également été marquée par la fin de l'intégration de Stylemark dans FGX International et l'exécution du plan de synergies qui a contribué à renforcer le leadership de FGX et à améliorer sa performance opérationnelle. FGX a poursuivi sa stratégie d'acquisitions avec deux opérations importantes réalisées en Chine et au Canada.

28 nouveaux partenariats dans le monde en 2013

En 2013, Essilor a poursuivi sa stratégie d'acquisitions et de partenariats. Le groupe a pris ou augmenté sa participation dans 28 sociétés, représentant un chiffre d'affaires cumulé d'environ 254 millions d'euros en base annuelle. 15 de ces opérations ont été réalisées dans des pays à forte croissance, permettant notamment à Essilor de s'implanter au Chili et au Népal, deux nouveaux pays.

COMPTE DE RÉSULTAT

En millions d'euros 2013 2012(3) Variation Chiffre d'affaires 5 065 4 989 + 1,5 % Marge Brute 2 838 2 784 + 2,0 %

En % du CA

56,0

55,8

--- Contribution de l'activité((1)) 917 893 + 2,6 %

En % du chiffre d'affaires

18,1

17,9

--- Autres produits / Autres charges - 73 - 62 + 17,2 % Résultat opérationnel 843 831 + 1,5 % Résultat financier - 21 - 18 + 17,3 % Impôt sur les sociétés - 199 - 207 - 4,0 %

Taux d'impôt (%)

24,2

25,5

--- Résultat des sociétés mises en équivalence 22 24 - 6,2 % Part des minoritaires - 53 - 46 + 15,0 % Résultat net part du groupe 593 584 + 1,6%

En % du chiffre d'affaires

11,7

11,7

Bénéfice net par action 2,82 2,80 + 0,6 % Bénéfice net par action ajusté(2) 2,82 2,72 + 3,5 %

(1) Résultat opérationnel avant paiement en actions, frais de restructuration, autres produits et charges, et avant dépréciation des écarts d'acquisition.
(2) Le bénéfice net par action en 2012 est ajusté à la baisse du gain exceptionnel réalisé dans le cadre du changement de gouvernance de Nikon Essilor et d'Essilor Korea.
(3) Les chiffres ont été ajustés des retraitements en application de la norme IAS 19 révisée.

Marge brute : en hausse de 55,8 % à 56 % du chiffre d'affaires

En 2013, le ratio de marge brute (chiffre d'affaires – coût des produits vendus) sur chiffre d'affaires augmente de 20 points de base à 56 % du chiffre d'affaires. Cette progression traduit, d'une part, une amélioration du mix produit dû au succès des innovations et, d'autre part, les gains d'efficacité industrielle.

Charges d'exploitation

Les charges d'exploitation représentent 1 921 millions d'euros et sont stables en pourcentage du chiffre d'affaires à 37,9 %. L'effort déployé en terme de forces de vente et de dépenses marketing, ainsi que le renforcement des structures dans les pays à forte croissance, a été compensé par la maîtrise des frais de distribution. Les coûts de recherche et développement progressent de 2 millions à 164 millions d'euros, et continuent de représenter 3,2 % du chiffre d'affaires.

Au total, la contribution de l'activité (1) s'élève à 917 millions d'euros, en hausse de 2,6 %. Cela traduit une progression de 20 points de base de la marge de contribution à 18,1 % du chiffre d'affaires. Hors impacts non cash du traitement comptable des acquisitions (allocation du prix des actifs notamment) et de l'application de la norme IFRS 3 révisée notamment, la contribution de l'activité ressort à 18,8 %.

Autres produits / autres charges opérationnelles

Le solde du poste Autres produits / autres charges affiche un total de 73 millions d'euros. Il recouvre notamment :

- 32 millions de charges liées aux paiements en actions (contre 28 millions en 2012), dont 27 millions au titre des charges liées aux plans d'options de souscription d'actions et des plans d'actions de performance auxquels s'ajoutent 4 millions d'euros de charges sociales. Le solde est composé des frais liés à la décote accordée dans le cadre du Plan d'Epargne Entreprise ;

- 22 millions d'euros de charges de restructuration principalement liées à la rationalisation du réseau de laboratoires de prescription. Ces dépenses s'inscrivent en baisse par rapport à 2012 ;

- un montant de 11 millions d'honoraires versés aux sociétés de conseils dans le cadre des procédures d'acquisitions. La majeure partie de ce montant concerne l'acquisition de Transitions.

Ajusté du gain sur cessions d'actifs lié au changement de méthode de consolidation des co-entreprises Nikon-Essilor et Essilor Korea et enregistré en 2012, le poste « Autres produits / autres charges » s'améliore de 6 millions d'euros.

Résultat opérationnel

En 2013, le résultat opérationnel (Contribution de l'activité – Autres produits et autres charges) atteint 843 millions d'euros, soit 16,6 % du chiffre d'affaires, comme en 2012.

Charges et produits financiers

Le résultat financier ressort à - 21 millions d'euros, contre - 18 millions en 2012. L'écart résulte de l'augmentation des intérêts d'emprunt liée à une augmentation du montant moyen de la dette nette ainsi qu'à la préparation du financement de l'acquisition de Transitions Optical.

Impôt sur les bénéfices

Le montant des impôts sur les bénéfices représente 199 millions d'euros. Ce montant traduit une amélioration du taux effectif de l'impôt, qui atteint 24,2 % du résultat avant impôt, reflétant une évolution favorable du mix géographique des résultats réalisés par les différentes entités du groupe ainsi que des reprises de provisions.

Résultat des sociétés mises en équivalence

Le résultat des sociétés mises en équivalence provient essentiellement de la quote-part du résultat de Transitions Optical (encore détenue à 49 % par Essilor en 2013) avec les manufacturiers autres qu'Essilor. La baisse de 6,2 % de cette ligne, qui ressort à 22 millions d'euros, résulte d'une légère contraction de l'activité de Transitions avec ces clients ainsi que de l'impact négatif de la dépréciation du dollar américain par rapport à l'euro.

Résultat net part du groupe et bénéfice net par action

La part des minoritaires dans le résultat d'Essilor augmente de 15,0 % à 53 millions d'euros. Cette progression reflète essentiellement la croissance des résultats des partenariats existants grâce, notamment, aux programmes de synergies mis en place.

Le résultat net part du groupe est en croissance de 1,6 % à 593 millions d'euros, soit 11,7 % du chiffre d'affaires, un niveau identique à celui de 2012.

En raison d'une légère augmentation du nombre moyen d'actions en circulation, le bénéfice net par action progresse de 0,6 % seulement à 2,82 euros.

Retraité du gain exceptionnel lié au changement de méthode de consolidation des co-entreprises Nikon-Essilor et Essilor Korea en 2012, la progression du bénéfice net par action ressort à 3,5 % en 2013.

BİLAN & CASH FLOW1

Ecarts d'acquisitions et autres immobilisations incorporelles

Le poste « Ecarts d'acquisitions » a augmenté de 389 millions d'euros à 2 476 millions d'euros à fin 2013. Cette hausse procède pour l'essentiel des principales nouvelles acquisitions. Le poste des actifs intangibles s'inscrit, pour sa part, en hausse de 110 millions, principalement sous l'effet de l'augmentation de la valeur des marques détenues en portefeuille.

Stocks

A fin 2013, les stocks s'élevaient à 869 millions d'euros, en augmentation de 39 millions d'euros par rapport à fin 2012, dont une grande partie liée aux acquisitions. A périmètre constant, les stocks ont progressé légèrement plus vite que l'activité, en raison du lancement d'une nouvelle génération de produits Transitions.

Investissements

Dans le domaine industriel, l'année 2013 a été marquée par la réalisation d'un certain nombre de projets d'envergure, dont la poursuite de la construction et la livraison du Centre d'Innovation et de Technologie à Créteil (France), l'ouverture d'une nouvelle usine de production de verres en polycarbonate au Laos ainsi que l'extension des capacités d'Essilor Korea avec un nouveau site de production au Vietnam. Le groupe a également réalisé des investissements immatériels dont, notamment, l'acquisition de la licence de production et de distribution des verres correcteurs de marque Kodak, pour une durée de 16 ans et un montant équivalent à 27 millions d'euros.

Au total, les investissements (nets de cessions) qui représentent 285 millions d'euros, soit 5,6 % du chiffre d'affaires, témoignent de la confiance d'Essilor dans les perspectives de croissance de son marché.

Cash flow libre2

Le modèle d'Essilor a continué à démontrer sa forte génération de trésorerie au cours de l'exercice 2013. Les flux provenant des opérations (hors variation du BFR) se sont élevés à 912 millions d'euros, en progression de 7,5 % par rapport à 2012.

Le besoin en fonds de roulement augmente de 69 millions. Il est stable en pourcentage du chiffre d'affaires (environ 20 %). Etant donné le caractère exceptionnel du programme de dépenses d'investissement (corporels et incorporels), le cash flow libre (Ressources d'exploitation moins variation du BFR moins investissements corporels et incorporels nets) s'établit à 546 millions d'euros. Il a contribué à financer :

Des investissements financiers nets(b) de 375 millions d'euros, en forte augmentation ;

Une augmentation des dividendes versés aux actionnaires d'Essilor et aux actionnaires minoritaires des co-entreprises, soit 218 millions d'euros ;

Des achats d'actions propres pour un montant global de 169 millions d'euros permettant de racheter près de 2,2 millions de titres sur le marché dans le cadre de la politique de limitation de la dilution.

Tableau de variation de l'endettement net

En millions d'euros Flux d'exploitation (hors BFRa) 912 Investissements industriels 297 Augmentation de capital 68 Variation BFR 69 Augmentation de l'endettement net 132 Dividendes 218 Divers 16 Investissements financiers netsb 375 Achats d'actions propres 169

(a) Besoin en fonds de roulement
(b) Investissements financiers nets de trésorerie acquise plus dettes à l'entrée de périmètre des sociétés acquises.

Capitaux propres

Les capitaux propres consolidés s'élèvent à 4 041 millions d'euros à fin 2013, en hausse de 3,2 % par rapport à fin 2012. L'endettement net du groupe a progressé de 132 millions à 369 millions, soit un niveau d'endettement inférieur à 10 % des capitaux propres.

ÉVÉNEMENTS SURVENUS APRÈS LA CL

Business Wire