BFM Patrimoine

ENTRETIEN: Total a du mal à comprendre pourquoi l'Ouganda veut une vaste raffinerie

BFM Patrimoine

NEW YORK (Dow Jones)--Le directeur financier de Total (FP.FR), Patrick de La Chevardière, a signalé lundi que la compagnie pétrolière française restait opposée à la construction d'une vaste raffinerie en Ouganda, indiquant que le besoin de dis

NEW YORK (Dow Jones)--Le directeur financier de Total (FP.FR), Patrick de La Chevardière, a signalé lundi que la compagnie pétrolière française restait opposée à la construction d'une vaste raffinerie en Ouganda, indiquant que le besoin de disposer d'un site d'une capacité de 150.000 barils par jour était "difficile à comprendre".

"Nous essayons de les convaincre qu'une raffinerie de taille moyenne serait appropriée pour eux", a déclaré Patrick de La Chevardière lors d'un entretien avec Dow Jones Newswires.

L'Ouganda a approuvé cette année une transaction, longtemps reportée, permettant à Tullow Oil (TLW.LN) de partager ses licences pétrolières avec le groupe chinois Cnooc (0883.HK) et Total. Mais le pays bloque désormais les projets de développement des trois groupes, en raison notamment de la volonté ougandaise de contribuer au financement d'une vaste raffinerie.

Les trois entreprises avaient initialement accepté de financer en partie une raffinerie d'une capacité de 20.000 barils par jour afin de permettre au jeune secteur pétrolier ougandais de se développer et de répondre aux besoins du pays.

Patrick de La Chevardière a déclaré lundi qu'une raffinerie "un peu plus grande" que 20.000 barils par jours serait faisable.

-Jerry A. DiColo, Dow Jones newswires

(Dan Strumpf a contribué à cet article)

(Version française Valérie Venck)

(END) Dow Jones Newswires

October 01, 2012 13:08 ET (17:08 GMT)

© 2012 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-