BFM Patrimoine

EcoPlanet Bamboo se fixe un objectif de 405 000 hectares

BFM Patrimoine

La demande croissante en bois et en fibre continue de faire pression sur les forêts à l'échelle mondiale, et bien que les problématiques relatives au développement durable constituent un sujet d'actualité, l'économi

La demande croissante en bois et en fibre continue de faire pression sur les forêts à l'échelle mondiale, et bien que les problématiques relatives au développement durable constituent un sujet d'actualité, l'économie de marché finit par remporter la bataille contre les forêts. Au cours des trois dernières années, EcoPlanet Bamboo a conduit le développement de plantations commerciales de bambous tropicaux non envahissants autour d'un axe stratégique : graver dans le marbre les standards et le cadre de l'industrialisation du bambou en tant que fibre alternative, d'une manière qui appréhende les problématiques sociale et environnementale.

La première phase de croissance récemment conclue par EcoPlanet Bamboo, à savoir la reforestation stratégiquement localisée de plus de 4 000 hectares de terres fortement dégradées, au sein de quelques unes des régions les plus pauvres et les moins développées d'Amérique centrale et du sud de l'Afrique, a privilégié un caractère démonstratif : prouver que le bambou pouvait être produit avec succès à une échelle commerciale quels que soit les climats et les espèces, à la fois à partir de graines et de cultures tissulaires de plants ; démontrer que des avancées pouvaient être réalisées en matière de changement climatique (accréditées par le Verified Carbon Standard), ainsi qu'à l'égard de la biodiversité et de la sphère sociale (accréditées par le Climate, Community, Biodiversity Alliance) ; et enfin démontrer que le bambou pouvait être produit de manière véritablement durable à travers la récente obtention de la certification de gestion forestière du FSC (Forest Stewardship Council) par les plantations de Rio Siquia et Rio Kama.

Outre ces certifications, les plantations d'EcoPlanet Bamboo ont obtenu une accréditation indépendante auprès de diverses institutions, de la Banque mondiale au World Wildlife Fund (WWF). L'obtention de ces accréditations démontre la possibilité pour une société à but lucratif de générer d'importants retours financiers de manière durable et transparente, tout en impactant positivement les conditions de vie des plus pauvres, ainsi qu'en améliorant l'environnement et en protégeant la planète. EcoPlanet Bamboo espère que cette réussite établira un nouveau standard mondial en faveur de l'industrialisation du bambou.

Une fois ce cadre de travail solidement ancré en direction du développement de chaque nouvelle plantation, EcoPlanet Bamboo a concentré son attention sur la deuxième phase de sa croissance, consistant à aboutir à la reforestation de près de 405 000 hectares de terres fortement dégradées afin d'en faire des forêts de bambous opérationnelles sur le plan commercial, avec un accent particulier sur l'Asie du Sud-Est, le Brésil et l'Afrique. Divisées en unités exploitables de 10 100 hectares à 40 500 hectares, il s'agit là de plantations dédiées ; chacune étant codéveloppée aux côtés de sociétés fabricantes dépendant du bois au sein d'emplacements stratégiques à travers le monde, leur offrant la possibilité de générer un avantage tarifaire concurrentiel à long terme, de sécuriser l'approvisionnement et de répondre aux objectifs de durabilité de chacune de ces entités.

« Bien que nos progrès soient à ce jour encore loin de satisfaire à l'objectif de 405 000 hectares, ils ont prouvé que nous étions non seulement capables, mais également déterminés à procéder à l'industrialisation du bambou d'une manière qui bénéficie à la communauté locale, qui ait un impact positif sur l'environnement, et qui apporte la sécurité de matières premières dont les sociétés multinationales ont besoin, afin de s'extraire de pratiques d'abattage forestier peu viables pour s'orienter vers une fibre alternative, » a déclaré Troy Wiseman, PDG d'EcoPlanet Bamboo Group.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

EcoPlanet Bamboo
Kristena Blume, (847) 387-3609 kblume@ecoplanetbamboo.com

Business Wire