BFM Patrimoine

Devises: l'euro/dollar continue de dégringoler après la Fed.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - En piqué ! Les séances de baisse semblent devoir se suivre autant que se ressembler pour la monnaie unique européenne, du moins face à sa contrepartie américaine. Ce midi sur le marché des changes, l'euro perd encore ce mi

(CercleFinance.com) - En piqué ! Les séances de baisse semblent devoir se suivre autant que se ressembler pour la monnaie unique européenne, du moins face à sa contrepartie américaine. Ce midi sur le marché des changes, l'euro perd encore ce midi 0,59% à 1,1767 dollar, emportant ainsi les 1,18 dollar pour la première fois depuis le tournant des années 2005 et 2006.

Les tendances des marchés de devises semblent être déterminées par les anticipations des cambistes quant à l'action des grandes banques centrales. Avec, par ordre d'importance : la Fed d'abord, la BCE ensuite.

A propos de la Réserve fédérale américaine, que retenir du compte-rendu publié hier soir du dernier FOMC, le comité de politique monétaire de la Fed organisé les 16 et 17 décembre derniers ? 'La banque centrale devrait durcir sa politique monétaire cette année, mais elle n'est pas 'pressée'. Clairement, les banquiers centraux américains ont peur que les marchés sur-réagissent et ils se veulent très prudents dans leur communication', commente Aurel BGC.

Mais selon Natixis, le ton du FOMC semble légèrement plus 'faucon' (terme qui désigne les partisans d'un durcissement monétaire, par opposition aux 'colombes') que prévu. En effet, 'la perception qu'a le FOMC de l'économie américaine et du marché du travail paraît clairement s'être améliorée. De plus, bien que le risque de voir l'inflation se maintenir durablement sous la barre des 2% se soit accru, le comité a évoqué l'éventualité de normaliser la politique monétaire (en clair, de relever les taux courts, ndlr) même si les indices des prix à la consommation sous-jacents restaient inférieurs à l'objectif de 2%', commente Natixis.

Bref, les analystes anticipent toujours un premier relèvement de ses taux par la Fed en juin prochain, voir un peu plus tard. Reste que la tendance est inchangée : les taux courts américains devraient remonter cette année alors que ceux d'Europe demeureront “scotchés” vers zéro.

De ce fait, le rendement des produits de taux libellés en dollar devrait continuer à monter, suscitant l'appétit pour les actifs libellés dans la monnaie américaine.

A l'inverse en Europe, la BCE pourrait continuer de peser sur des taux longs qui ne cessent de baisser. “La Banque centrale européenne devrait prendre des mesures de stimulus fortes alors que les données de l'inflation montrent que la zone euro est tombée en déflation”, résument les analystes de RTFX en vue de la réunion du conseil des gouverneurs du 22 janvier.

Attention cependant, nuancent prudemment les analystes de Saxo Banque : “les opérateurs de marché attendent beaucoup de la prochaine réunion de la BCE”. En sachant que les législatives grecques interviendront le 25 janvier.

De ce côté de l'Atlantique, les ventes du commerce de détail ont augmenté de 0,6% dans la zone euro, en novembre par rapport à octobre, alors que les prix à la production industrielle ont reculé de 0,3%.

Les commandes à l'industrie allemande ont diminué de 2,4% en novembre, alors que le consensus n'anticipait qu'une baisse d'un peu moins de 1%. Cette contraction intervient avec une révision de la hausse de 2,9% en octobre.

Principale statistique figurant sur l'agenda américain de l'après-midi : les inscriptions hebdomadaires au chômage, attendues vers 290.000.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance