BFM Patrimoine

CAC40: vers une clôture stable, WStreet cale sous le sommet

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - On risque encore de s'ennuyer ferme d'ici la clôture avec un marché dont les évolutions sont strictement encadrées par des logiciels algorithmiques: le support des 4.350Pts a été testé au point près vers 14H puis de nouv

(CercleFinance.com) - On risque encore de s'ennuyer ferme d'ici la clôture avec un marché dont les évolutions sont strictement encadrées par des logiciels algorithmiques: le support des 4.350Pts a été testé au point près vers 14H puis de nouveau vers 15H, la résistance court terme des 4.385Pts l'a été dans la foulée une heure plus tard... avant un retour à l'équilibre.
Le marché parisien avait bénéficié d'une ouverture positive de Wall Street qui semble toujours aussi immunisé contre les préoccupations au sujet des tensions internationales autour de la Crimée.
La tension monte entre Moscou et Washington, le dialogue entre John Kerry et Sergeï Lavrov semble rompu, le référendum en Crimée est maintenu pour dimanche, Viktor Ianoukovitch continue de se revendiquer comme le seul dirigeant légal de l'Ukraine... mais les indices US s'attaquaient d'entrée de jeu à leurs records annuels dès 14H35 avant de marquer un peu le pas.

Vers 16h30, le CAC40 est revenu stable que le FTSE grappille 0,1% à Londres, que le DAX s'adjuge 0,9% à Francfort.

'La première résistance significative est à 4500 points', précisent les chartistes de Barclays Bourse, estimant en outre que le support important à préserver pour rester haussier à court terme se situe à 4340 points.

'La problématique posée en Ukraine est avant tout politique. L'erreur majeure serait de l'aborder d'abord sur un plan économique', juge Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis.

'Pour les prochaines semaines, même s'il est extrêmement difficile de prévoir quels seront les prochains développements de cette crise, nous tablons sur un scénario lent de sortie de crise (à l'image de celui qui avait prévalu pour la crise avec la Géorgie)', ajoute-t-il.

La question ukrainienne figure d'autant plus au centre des attentions que le calendrier des statistiques se montre fort maigre ce mardi : seuls les stocks des grossistes américains pour janvier ont été annoncés cet après-midi, en hausse de 0,6% par rapport à décembre 2013.

De ce côté de l'Atlantique, on notera que l'excédent commercial allemand a légèrement baissé en janvier, à 17,2 milliards d'euros, tandis que la production industrielle au Royaume Uni a augmenté de 0,1%.

Côté valeurs, Vicat progresse de 0,8% à 57,7 euros, au lendemain de la présentation par le cimentier de résultats 2013 en ligne avec les attentes, avec notamment un EBITDA stable à 427 millions d'euros.

Numericable recule encore de 4% à 23,9 euros, alors que le câblo-opérateur a confirmé son offre sur SFR, valide jusqu'au 14 mars, malgré les chances grandissantes de son concurrent Bouygues Telecom sur ce dossier.

Manitou recule de 3% 12 euros : le fournisseur de matériel de manutention a vu son bénéfice net fondre à moins d'un million d'euros en 2013, ce qui l'amène à annoncer une absence de distribution de dividendes en 2014.

Cegedim chute de 5,5% à 25,7 euros, après la présentation par le groupe d'information médicale d'une nouvelle perte nette en 2013. Il anticipe pour 2014 au minimum une stabilité de son chiffre d'affaires et de sa marge opérationnelle courante.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance