BFM Patrimoine

CAC40: trébuche en l'absence de catalyseur.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris trébuche lourdement ce mardi matin, dans le sillage de Wall Street la veille : en l'absence de catalyseur, les opérateurs préfèrent consolider dans l'attente d'une vague de données économiques mercredi.

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris trébuche lourdement ce mardi matin, dans le sillage de Wall Street la veille : en l'absence de catalyseur, les opérateurs préfèrent consolider dans l'attente d'une vague de données économiques mercredi.

En milieu de matinée, le CAC40 abandonne 1,2% à 4.235 points, sous-performant ainsi nettement le DAX de Francfort et le FTSE de Londres qui perdent 0,4% chacun. La veille à Wall Street, le Dow Jones a cédé près de 0,5% et le Nasdaq, moins de 0,4%.

Selon Saxo Banque, les investisseurs outre Atlantique n'ont pas trouvé de nouveaux catalyseurs pour faire monter encore les actions, et la publication d'indicateurs meilleurs que prévu a relancé pour la énième fois les craintes d'un 'tapering' dès janvier plutôt qu'en mars.

'Sur les marchés actions, une fois de plus, la majorité des places financières mondiales ont privilégié la prudence dans ce genre de situation. La fin de la semaine s'annonce riche en événements économiques et personne ne préfère prendre de risque', explique-t-il par ailleurs.

Seuls les prix à la production industrielle dans la zone euro sont attendus ce mardi au calendrier statistique, mais le programme s'intensifiera mercredi avec notamment les indices PMI et ISM des services, ainsi que l'enquête ADP sur l'emploi privé.

Du côté des valeurs, AXA (+0,1% à 19,3 euros) parvient presque seul à surnager dans le vert sur le CAC40, aidé par une note de Barclays qui passe de 'sous-pondérer' à 'surpondérer' et relève son objectif de cours de 18 à 22 euros sur le titre de l'assureur.

Orange (ex-France Telecom) essuie la plus forte baisse de l'indice en cédant 3,5% à 9,2 euros, après que son concurrent Free Mobile ait annoncé que l'accès à la téléphonie mobile de quatrième génération serait intégré sans surcoût à ses forfaits mensuels.

Sur le SBF120, Neopost abandonne 2,7% à 56,9 euros, le fournisseur d'équipements pour salles de courrier ayant dévoilé lundi soir un chiffre d'affaires quasiment atone pour le troisième trimestre de son exercice 2013.

Parmi les valeurs plus modestes, Oeneo grimpe de 6% à 3,7 euros, saluée pour les résultats semestriels de l'acteur de la filière viticole, résultats marqués par une amélioration sensible de sa marge opérationnelle courante.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance