BFM Patrimoine

CAC40: séance de rebond, WStreet relativise bonne stat hebdo

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Le CAC40 n'a pu se maintenir au contact du zénith du jour (inscrit vers 3.420Pts) car Wall Street avait commencé à donner des signes de faiblesse à partir de 17H20. Le CAC40 affiche tout de même +1,4% à 3.413Pts, dans des

(CercleFinance.com) - Le CAC40 n'a pu se maintenir au contact du zénith du jour (inscrit vers 3.420Pts) car Wall Street avait commencé à donner des signes de faiblesse à partir de 17H20.
Le CAC40 affiche tout de même +1,4% à 3.413Pts, dans des volumes qui ont bondi de 2Mds à 2,7MdsE au moment du 'fixing'.
Il y a bien eu rebond, mais dans des volumes 'light' et la clôture n'est pas significative.

Les marchés donnent l'impression de finir la journée dans l'euphorie, suivant un scénario qui n'est sans rappeler celui du 1er octobre: après avoir flirté ce matin avec des seuils de rupture bien identifiés (3.350 à Paris, 2.455 sur l'E-Stoxx50, 1.430 sur le 'S&P'), les indices s'en éloignent brutalement ce soir avec des écarts que personne n'anticipait en début de journée.

Les commentateurs reviennent en boucle sur l'espoir que l'Espagne annonce son recours au MES (après une dégradation par Standard & Poors) puis sur la 'bonne surprise' constituée par les chiffres hebdomadaires du chômage.
Mais le recul hebdomadaire de -30.000 demandeurs -qui tombe une nouvelle fois au meilleur moment pour l'administration Obama- est complètement biaisé (voir faussé) par la Californie qui aurait omis d'inclure (!) des dizaines de milliers de dossiers 'en attente' en fin de 3ème trimestre.
Alors gare à la révision à la hausse ces prochaines semaines... à moins qu'il ne faille attendre jusqu'à début novembre pour que le décompte soit suffisamment exact pour être diffusé.

Mais pour qui ne se soucie pas de ce genre de 'petits détails anodins', la 'réalité' qui transparait, c'est que le chômage est au plus bas depuis 4 ans (entrée en fonction de Barack Obama).

Et pas un mot dans la plupart des commentaires sur le creusement de -4,5% du déficit commercial américain au mois d'août.
Wall Street avait très bien entamé la journée (effaçant en quelques minutes ses pertes de la veille) mais les gains ont fondu de plus de moitié à 18H avec un 'S&P' à +0,36% et un Nasdaq qui grappille +0,25% et un Dow Jones hésitant (+0,15% à 13.370Pts).

L'Euro-Stoxx50 a repris +1,25% tandis que le FTSE, l'IBEX, avancent de +0,9, le DAX de +1% et le Mibtel de +1,26%.

Madrid affiche le plus spectaculaire renversement de tendance du jour (de -1,5%, +1,35% au plus vers 17H15) alors que Standard & Poor's a abaissé la note souveraine de l'Espagne à 'BBB-', contre 'BBB+' précédemment.
Mais les marchés considèrent que c'est un non-évènement puisque 'S&P' n'a fait que s'aligner sur Moody's. Mais cela met la pression sur Mariano Rajoy dans l'optique d'un recours au fonds de sauvetage européen.

De son côté, Aurel BGC souligne que 'le dernier Beige Book apporte peu d'éléments supplémentaires par rapport à celui du mois d'août', précisant que 'les entreprises et les ménages sont clairement affectés par les incertitudes liées au 'fiscal cliff', les embauches et les investissements sont reportés après les élections présidentielles, les incertitudes économiques sont importantes et, globalement, le message reste le même, à savoir que l'économie américaines croît sur un rythme faible'.

Pour la Fed, ce Beige Book confirme que le rythme de croissance de l'économie reste insuffisant et confortera les membres dans la nécessité du 'QE3'.

Sur le front des valeurs, c'est le secteur bancaire qui tire le CAC40 au-delà des 3.400Pts avec Sté Générale (+4,85%) et Crédit Agricole (+4,35%), BNP-Paribas à +3% (peut être faut-il y voir l'anticipation d'un appel à l'aide de l'Espagne via un recours au MES).

Carrefour gagne 3,7% à 16,6 euros, après avoir fait état de ventes en hausse de 2,1% pour le 3ème trimestre, portées notamment par l'Amérique latine. Sa performance dépasse légèrement les prévisions des analystes.

Les valeurs du luxe, à l'instar de LVMH (+3,84% à 123 euros) et Hermès (+1,4% à 216,5 euros), sont bien orientées, suite au point d'activité semestriel de Burberry ('moins pire que prévu').

A la baisse, Alcatel Lucent (-1,7%) a inscrit un nouveau plancher historique à 0,71E, EADS lâche 1,1%, après son bond de la veille, consécutif à l'abandon du projet de rapprochement avec BAE Systems. UBS a abaissé ce matin son objectif de cours de 39 à 37 euros pour des questions de change.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance