BFM Patrimoine

CAC40: s'enfonce dans le rouge.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les vendeurs l'emportent nettement à la Bourse de Paris ce mardi, dans un contexte marqué notamment par le regain de tensions russo-ukrainiennes qui contribue à raviver l'aversion au risque des investisseurs. Vers 13h45, le C

(CercleFinance.com) - Les vendeurs l'emportent nettement à la Bourse de Paris ce mardi, dans un contexte marqué notamment par le regain de tensions russo-ukrainiennes qui contribue à raviver l'aversion au risque des investisseurs.

Vers 13h45, le CAC40 abandonne 0,8% à 4400 points, une tendance en ligne avec celles observées à Londres et à Francfort. Les 'futures' annonce une ouverture en retrait à Wall Street, après un recul de 1% du Dow Jones lundi.

'Que cela s'explique par une déception après la réunion de la Banque du Japon, les inquiétudes persistantes au sujet de l'Ukraine ou simplement la poursuite du courant vendeur de vendredi, le marché continue de perdre du terrain', résume-t-on chez IG.

'Un coup d'oeil au marché actions et aux valeurs refuges comme le yen et l'or permet de montrer que le sentiment prédominant parmi les investisseurs est celui de l'aversion au risque depuis hier', souligne un trader de RTFX.

L'indice parisien recule donc en dépit de la performance de quelques poids lourds, comme Bouygues (+1,8% à 29,5 euros) qui profite de rumeurs de presse sur une possible cession de sa filiale de télécommunications à Iliad (+0,8% à 200 euros).

Néanmoins, Saint-Gobain recule de 3,5% à 43,8 euros et figure en queue du CAC40, l'assureur mutualiste Groupama ayant cédé la totalité de sa participation dans le géant des matériaux de construction, soit 1,8% du capital.

Carrefour recule de 3,1% à 28,2 euros, alors que la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette, s'est invitée au capital du distributeur, dont elle est devenue le deuxième actionnaire après Bernard Arnault et ses holdings.

Sopra et Groupe Steria demeurent suspendus de cotation, après l'annonce d'un projet de fusion entre les deux groupes pour créer 'un leader européen des services du numérique avec un revenu combiné de 3,1 milliards d'euros'.

Akka Technologies dévisse de 2,4% à 26,4 euros, à la suite de l'annonce d'un résultat net part du groupe en baisse de 23% en 2013, affecté par des charges non récurrentes essentiellement liées au plan de transformation lancé en fin d'année.

Sur le plan macroéconomique, on notera que le déficit commercial de la France s'est réduit fortement en février, à -3,4 milliards, tandis que la production industrielle du Royaume Uni a augmenté de 0,9% sur la même période.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance