BFM Patrimoine

CAC40: retombe de 3.795 vers 3.720 suite conférence Draghi.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les places boursières européennes en terminent non loin des plus bas du jour avec un repli moyen de -0,7% (le score conjoint de Madrid et Francfort, Amsterdam perdant -0,9%). Le CAC40 (-0,77% dans un volume moyen de 3,1MdsE) a

(CercleFinance.com) - Les places boursières européennes en terminent non loin des plus bas du jour avec un repli moyen de -0,7% (le score conjoint de Madrid et Francfort, Amsterdam perdant -0,9%).

Le CAC40 (-0,77% dans un volume moyen de 3,1MdsE) a connu une volatilité élevée (75Pts, soit pratiquement 2% d'écart entre les extrêmes du jour) et se rapproche au final de la zone un peu délicate des 3.725Pts (clôture de jeudi dernier), non loin du support court terme des 3.710Pts.

Les opérateurs ont manifesté de façon très claire leur déception d'entendre la BCE entériner le constat d'une dégradation de la situation en Europe (confirmée par de mauvais 'ISM' des services ce matin) mais se contenter d'affirmer qu'elle travaille à l'élaboration de nouveaux outils de soutien, sans prendre la moindre initiative et sans fixer de calendrier.

La journée a également été agitée sur le marchés des changes: la 'vedette du jour' est très certainement le Yen qui a bondi de +3% face au Dollar suite à l'annonce d'un doublement de la taille du bilan de la Bank of Japan sous 24 mois (soit l'équivalent de 11 points de PIB par an).

La BoJ vient donc de consacrer l'abolition de la notion de 'marché' puiqu'elle devient le principal acheteur de tous les types d'actifs obligataires et immobiliers (sous forme d'ETF et d'actions).

L'initiative de Mr Kurod signifie aussi une reprise agressive de la 'guerre des devises' qui ne peut que nuire aux exportations Européennes (le Yen dévisse de -2,5% face à l'Euro).

Il est difficile de comprendre le parcours erratique de l'Euro ce jeudi: il a été particulièrement chahuté, oscillant depuis ce matin entre 1,275 (au plus bas en début de matinée) et 1,286$ au plus haut en cette fin de séance.

Le raffermissement du Dollar n'affecte pas trop les indices US qui grappillent +0,1% -conformément aux anticipations initiales- malgré la mauvaise surprise constituée par la hausse surprise de +28.000 demandeurs d'emplois à 385.000 à l'issue de la dernière semaine du mois de mars (mais le calcul des statistiques a pu être perturbé par le pont du 'good friday' et un week-end à rallonge).

Cette séance était placée sous le signe de la réunion de la BCE: les opérateurs étaient pleins d'espoirs avant le début de la conférence de presse de Mario Draghi mais ils ont vite déchanté.

La première chose qui impacte négativement les marchés, ce n'est pas le maintien du taux directeur à 0,75% (anticipé par 100% des opérateurs) mais le fait qu'il n'y ait pas eu de débat interne sur un assouplissement monétaire imminent parmi les membres de la BCE.

Mr Draghi a réaffirmé que les parités de changes ne font pas partie des objectifs de la BCE et qu'il ne s'en préoccuperait que dans la mesure où cela affecterait la stabilité des prix (discours constant depuis l'an 2000).

Sur le front des valeurs, Areva grimpait de 6,5% à 12,2 euros, alors que le géant du nucléaire et Mitsubishi auraient été choisis par la Turquie pour construire quatre réacteurs, selon un article du Nikkei repris par Aurel BGC.
Alcatel Lucent reprend 7,5% à 1,102E sur un commentaire positif de la Deutsche Bank (qui relève son objectif de 1E à 1,8E), Vivendi s'adjuge +1,15% avec l'annonce d'un changement de direction à a tête de SFR.

EADS perd 2,7% à 39,25 euros, tandis que Merrill Lynch International indique avoir placé avec succès dans le cadre d'une offre accélérée 1,15% du capital du groupe aéronautique européen à un prix unitaire de 39,75.

L'Oréal et Michelin lâchaient -2,55%, Gemalto reperdait -1,6% et ST-Micro fermait la marche avec -4,4% à 5,9 euros.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance