BFM Patrimoine

CAC40: rechute sur 4250, WStreet perd -1,2%, causes diffuses

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le CAC40 a bien enfoncé le support des 4.290 et finit au plus bas du jour (mais dans de petits volumes, c'est assez étonnant), ainsi que l'ensemble des places européennes qui lâchent collectivement -1,5%. Quelle 'nouvelle' o

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a bien enfoncé le support des 4.290 et finit au plus bas du jour (mais dans de petits volumes, c'est assez étonnant), ainsi que l'ensemble des places européennes qui lâchent collectivement -1,5%.

Quelle 'nouvelle' ou quelle rumeur fait dévisser le CAC40 sous les 4.280Pts et le DAX30 de -1,85%... difficile à dire mais certains évoquent l'interview de Mr Fisher, candidat au poste de N°2 à la FED et 'faucon' notoire, d'autres la situation géopolitique dans les risques sous jacents seraient délibérément minorés depuis 3 semaines (le silence de Mr Poutine aux menaces de sanctions de B.Obama puis F.Hollande, puis A.Merkel ce jeudi matin étant interprété comme une sorte d'aveu d'impuissance face aux occidentaux).
Les indices US qui avaient pris un bon départ ont rapidement basculé dans le rouge, effaçant les timides gains de la veille.
Le Dow Jones chute ce soir de -200Pts (-1,3%, comme le CAC40), le Nasdaq perd -1,65%, le Russel-2000, le 'S&P' -1,1%.

Ce jeudi a été marqué par une nouvelle avancée de l'Euro (+0,3%) jusque vers 1,3940$n, ce qui reste difficilement explicable puisque de 'bons chiffre' tombés aux USA en début d'après-midi auraient dû soutenir le billet vert... mais il n'en est rien.

Marchés de taux, marchés de devises, actions... tout semblait déconnecté du réel -avec un optimisme de façade inoxydable- et l'on peine à comprendre la logique des stratégies mises en oeuvre ces derniers jours.

Alors qu'elles étaient attendues stables, les ventes de détail ont rebondi de +0,3% en février aux Etats-Unis selon le Département du Commerce (les économistes n'attendaient qu'une stabilisation), après une baisse de 0,6% en janvier imputée en grande partie aux intempéries ('polar vortex').
Le mois de janvier a été pire que prévu puisque l'estimation initiale était de -0,4%.
Autre bonne surprise aux Etats-Unis : les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé de 9.000 (à 315.000), selon le Département du Travail.

En outre, les prix à l'importation aux Etats-Unis ont augmenté un peu plus que prévu au mois de février en raison d'une hausse des prix du fuel et des carburants, d'après des chiffres officiels qui montrent que les pressions inflationnistes restent bien contrôlées.

Les stocks des entreprises pour janvier, attendus en progression de 0,4% sont ressortis exactement comme prévu...
'La situation en Ukraine reste un facteur préoccupant pour les investisseurs alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry doit rencontrer demain son homologue russe Sergueï Lavrov avant le référendum dimanche en Crimée', souligne Saxo Banque, rappelant que ce référendum a pour but de permettre aux habitants de choisir s'ils veulent prendre leur indépendance ou pas. Par ailleurs, la Chine inquiète, au vu de données plutôt défavorables.

Sur le front des valeurs, Renault (-2,95%),Sté Générale, Orange, Alstom, Arcelor et Alcatel ferment la marche au sein du CAC40 avec -2,4% en moyenne. Carrefour recule également avec -1,6%, L'Oréal chute de -1,8%.
Bouygues recule de 1,85%, après avoir remis une offre améliorée en vue d'une fusion entre Bouygues Telecom et SFR, avec à la clé un relèvement d'un milliard d'euros de son offre sur l'opérateur de téléphonie mobile.
Numéricâble a renchéri dans la foulée (sans dévoiler de quel montant) et le titre a pris 4% supplémentaires à 26,5E.

Groupe Eurotunnel lâche 1%, après avoir fait part d'un résultat net après impôt de 101 millions d'euros pour son exercice 2013, grâce notamment à la comptabilisation d'un produit d'impôt net de 81 millions d'euros.
CGG a subi une lourde rechute de près de -4%, Solocal perd -4,65%.

Peugeot s'effrite de -0,15%, alors que Le Figaro affirme que Louis Gallois, l'ancien président d'EADS, serait le candidat le plus probable à la présidence du conseil de surveillance, ce qui constituerait un tandem de choix avec Carlos Tavares, l'ancien de Renault qui occupe déjà la direction opérationnelle du groupe.

Lagardère avance de +1,4%, suite à l'annonce d'un résultat net part du groupe de 1.307 millions d'euros pour 2013 grâce à une plus-value de cession sur EADS et la proposition du versement d'un dividende ordinaire stable de 1,3 euro, accompagné d'une distribution exceptionnelle de six euros par action.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance