BFM Patrimoine

CAC40: rechute sous 4200Pts, volumes nuls, bilan hebdo -0,8%

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris termine la semaine de façon peu glorieuse avec un repli de -0,9% à 4.188Pts: les pertes se sont même creusées après parution des chiffres de l'emploi américain en octobre, avec un recul de -0,1% du taux

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris termine la semaine de façon peu glorieuse avec un repli de -0,9% à 4.188Pts: les pertes se sont même creusées après parution des chiffres de l'emploi américain en octobre, avec un recul de -0,1% du taux de chômage à 5,8% tandis que les créations d'emplois sont ressorties un peu inférieures aux prévisions à +214.000.

Le CAC 40 se replie -0,75% sur la semaine alors que Tokyo engrange +2,83% et les indices US +1,75% en moyenne (voir peut-être +2% si Wall Street efface ses -0,2% initiaux et aligne une 4ème séance de hausse sur une série de 5 et une 15ème sur une série de 16 caractérisée par un zénith intraday supérieur à celui de la veille.

Les prises de bénéfices s'imposent en Europe après la forte hausse d'hier, consécutive aux propos du gouverneur de la BCE Mario Draghi, qui dans le sillage de la réunion du comité de politique monétaire de l'institution a fait savoir qu'il avait mis ses troupes en ordre de marche en vue d'un éventuel programme de rachats d'actifs, les investisseurs attendent par ailleurs les chiffres de l'emploi américain pour octobre.

S'agissant de la statistique la plus attendue de la semaine, alors que 248.000 postes ont été créés en septembre, le score d'octobre ressort à 214.000 (les économistes attendaient en moyenne 235.000 nouveaux jobs)

Les opérateurs avaient pris connaissance ce matin d'un creusement important du déficit commercial britannique, lequel est ressorti à 2,8 milliards de livres en septembre, contre 1,8 milliard au mois précédent.

A contrario, l'excédent commercial de l'Allemagne s'est accru à 18,5 milliards d'euros pour ce même mois, tandis que la production industrielle a rebondi de 1,4%. Le marché pariait toutefois sur une hausse plus marquée, de l'ordre de 2%.

Enfin, le déficit commercial de la France s'est légèrement réduit à 4,7 milliards d'euros et la production manufacturière en volume a augmenté de 0,6%. Dans l'ensemble de l'ensemble de l'industrie, elle s'est par ailleurs stabilisée après un repli de 0,2% en août.

Sur le front des valeurs, les bancaires sont à la peine à l'image de Société Générale 2,9% à 36 euros) et de Crédit Agricole (-3,4% à 10,6 euros), les deux plus fortes baisses de l'indice phare.

Atos (-2,3% à 54 euros) cède également du terrain en dépit d'une hausse de 5,9% de ses revenus trimestriels à environ 2,2 milliards d'euros. et de perspectives réitérées.

Vallourec (+2,65% à 30,1 euros) signe en revanche l'une des plus importantes progressions du SBF 120 après avoir lui aussi maintenu ses prévisions pour l'exercice en cours, tandis que sur le CAC 40 Arcelor-Mittal grimpe de 2,2% à 10,1 euros dans le sillage de l'annonce d'un Ebitda en hausse de 11,2% pour le troisième trimestre et d'objectifs confirmés pour 2014.
Après son envolée de +34% la veille, CGG Veritas rechute de -10% à 5.37E.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance