BFM Patrimoine

CAC40: prend 2% dans sillage double record absolu Dow et S&P

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le scénario est assez incroyable : après deux séances à +0,09% et +0,11%, le CAC40 explose à la hausse de +2% et retrace les 3.750Pts (3.744Pts au final avec 3,15MdsE échangés). Personne n'avait vu venir un tel rallye...

(CercleFinance.com) - Le scénario est assez incroyable : après deux séances à +0,09% et +0,11%, le CAC40 explose à la hausse de +2% et retrace les 3.750Pts (3.744Pts au final avec 3,15MdsE échangés).

Personne n'avait vu venir un tel rallye... et les opérateurs sont bien en peine d'expliquer 'fondamentalement' une telle hausse puis surtout l'envol de +6% d'indice Euro-Stoxx des bancaires: un écart plus observé depuis le 26 juillet 2012.
Sur le plan purement technique bien sur, tout s'explique: le débordement des 3.710 puis des 3.733Pts (zénith du 2 janvier dernier) déclenche des achats automatisés en rafale.

En ce qui concerne Wall Street, mission accomplie: la FED en s'exprimant lundi pour réaffirmer son soutien à l'économie (via la planche à billet) a réussi à propulser le S&P-500 au-delà des 1.576Pts du 12/10/2007 (+1,1% à 1.586Pts au lieu de +0,25% attendu à 15H30).

Et cette fois-ci, c'est bien parti: le signal haussier est validé et les robots payent comme des forcenés.
Le Nasdaq prend +1,7% et le Dow Jones prend +0,9% et déborde les 14.800Pts: les 15.000Pts sont en vue pour la fin de la semaine.

La journée est donc historique puisqu'un record absolu du 'S&P', cela ne se produit que tous les 6 ou 7 ans... mais en plus de cela, les marchés européens affichaient une forme olympique sans motif très convainquant depuis ce matin, comme s'ils avaient 'senti' que quelque chose se préparait.

Et peu après 15H, et moins d'une demi-heure avant l'ouverture de Wall Street, la FED publie avec 5 heures d'avance ses 'minutes' (compte rendu de sa dernière réunion).

Cela peut sembler incroyable, mais ces 'minutes' auraient été envoyées 'par erreur' avec 24H d'avance à certains attachés parlementaires et certains investisseurs (l'incrédulité de certains bons connaisseurs du fonctionnement de la FED est assez troublante).

Dans le rapport de la dernière réunion, il apparait que les membres de la FED seraient divisés sur l'opportunité de poursuivre le 'QE-3' au rythme actuel au-delà de la mi-2013... mais ça, c'était avant la publication des mauvais chiffres du chômage qui changent la donne aux yeux des marchés.

Les opérateurs se rassurent de surcroît en constatant que les 'sceptiques' ne votent pas alors que les adeptes de la création monétaire massive serrent les rangs derrière Ben Bernanke et sont en plus... 'membres votants'.

Dans ces conditions, l'euphorie -bien plus que la confiance, fait son grand retour en Europe avec un Euro-Stoxx50 qui explose de +2,56% 2.662Pts (avec +4,3% à Lisbonne et +3,35% à Madrid ou +3,2% à Milan.

Témoin de l'état d'esprit très particulier qui règne aujourd'hui, le déficit commercial chinois (un peu plus de 800Mns de $ en mars) annoncé ce matin est interprété comme la preuve (mais personne ne peut le démontrer chiffres à l'appui) que la demande intérieure se redresse... et non pas que les exportations chinoises sont freinées par la chute du Yen.

La devise nippone vient pourtant de faire une incursion sous les 130/E et se rapproche des 100/$ (99,7) auquel est arrimée le Yuan.

Pas de chiffre attendu aux Etats Unis ce mercredi, les opérateurs doivent se contenter de la production industrielle en France (elle ressort en hausse de 0,7% en février 2013, après une baisse de 0,8% au mois précédent) et en Italie (nouveau recul le mois dernier).

Sur le plan des valeurs, c'est le secteur bancaire qui tire le CAC40 avec des scores fleuves et assez inattendus de +6,15% sur Sté Générale et +6,2% sur Crédit Agricole, +5,3% sur BNP-Paribas.
Seul Faureca soutient la comparaison avec +6%.

Toujours hors CAC40, Air France-KLM rebondit de 6,8% à 7,1E, après avoir perdu plus de 11% en fin de semaine dernière pour cause de contagion d'épidémie de grippe aviaire en Asie.

GDF Suez prend 3,5% à 16E, sous l'effet d'un relèvement de recommandation de Morgan Stanley, passé de 'sous-pondérer' à 'pondérer en ligne' sur la valeur et relevant l'objectif de cours à 16 euros, contre 15 euros précédemment, EDF flambe de +4,2% à 16,45E.

Sopra Group recule de 1,5%, affecté par HSBC qui dégrade sa recommandation de 'surpondérer' à 'neutre' malgré un objectif de cours relevé de 46 à 63 euros, estimant que 'le mix produit apparaît bien valorisé'.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance