BFM Patrimoine

CAC40: positif mais indécis alors que W-Street est au zénith

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Paris finit sur une note positive (+0,2% à 4.188) au lendemain d'une séance franchement éprouvante (-1,5%). Voir le CAC40 en vert après un repli de -0,6% à 4.153Pts au plus bas du jour vers 14H30/14H35, c'est plutôt rassu

(CercleFinance.com) - Paris finit sur une note positive (+0,2% à 4.188) au lendemain d'une séance franchement éprouvante (-1,5%).
Voir le CAC40 en vert après un repli de -0,6% à 4.153Pts au plus bas du jour vers 14H30/14H35, c'est plutôt rassurant mais ce n'est pas franchement convaincant.
Car c'est toujours Wall Street (+0,15%) qui mène le jeu: l'optimisme était de retour à Paris vers 16H (+0,6% à 4.207) avec une pluie de records absolus du Dow Jones (à 17.700Pts), du S&P500 (à 2.046), un Nasdaq à 4.700Pts (7ème record annuel d'affilée) et un Dow Transport à 9.115Pts.

Eu Europe, les indices affichent ce soir une progression moyenne de +0,3% qui 'salue' les mauvaises nouvelles du jour : les chiffres de l'inflation, qui demeure très inférieure à l'objectif de 2%, devrait inciter la BCE à se montrer pro-active sur le front des injections monétaires.

L'inflation est ressortie à 0,8% en Allemagne le mois dernier (deuxième estimation), soit la même hausse que lors des trois mois précédents (mais en recul de 0,3% par rapport à octbre 2013), tandis que les prix à la consommation en France ont dans le même temps crû de 0,5% sur un an et que ceux en Espagne ont reculé de 0,1%.

'Cela signifie que la politique monétaire de la BCE va rester accommodante pendant encore un bon moment, ce qui constitue l'un des rares facteurs de soutien des marchés à l'heure actuelle', entend t'on le plus souvent sur le marché.

Toujours au chapitre macroéconomique, et alors qu'une croissance décevante dans l'eurozone pourrait encore renforcer l'hypothèse d'un soutien accru de la BCE, voire achever de convaincre Mario Draghi de lancer un 'quantitative easing à l'européenne', le Département américain du Travail a dénombré un total de 290.000 inscrits au chômage (soit +12.000)lors de la semaine close le 8 novembre, après 278.000 et contre un consensus de 280.000.

Ce chiffre décevant n'a cependant pas suffi à remettre en cause le biais haussier.

S'agissant des valeurs, Eiffage (-9,6% à 38,15E, plus forte baisse du SBF 120) chute lourdement au lendemain de l'annonce d'une baisse de 4,1% de ses revenus trimestriels à environ 3,7 milliards d'euros. Surtout, le groupe anticipe désormais une 'légère contraction' de son chiffre d'affaires annuel.

Teleperformance (+6,9% à 55 euros) occupe à l'inverse la première place de l'indice à la faveur d'un relèvement de ses prévisions de chiffre d'affaires et d'Ebitda pour l'exercice en cours. Le titre est également soutenu par une révision à la hausse de l'objectif de cours d'Exane, par ailleurs toujours à 'surperformance', de 56 à 60 euros.

Troisième du palmarès derrière Solucom, Numéricâble (+3%) devance Iliad (+1%) qui a de son côté fait état hier après Bourse d'un bond de 11,8% de son chiffre d'affaires du troisième trimestre à 1,055 milliard d'euros, soit des revenus record pour la maison-mère de Free.

Sur le CAC 40, Solvay abandonne a contrario 1,2% à 111,5 euros en dépit d'une hausse de 7,9% de son chiffre d'affaires trimestriel à environ 2,6 milliards d'euros et d'une reconduction de ses perspectives pour 2014.

Signalons enfin la bonne tenue des bancaires, qui avaient été malmenées hier. Crédit Agricole gagne en effet 2,35% à 10,28 euros et Société Générale reprend 1% à 35,5 euros.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance