BFM Patrimoine

CAC40: perd un peu moins de 1%, sauvé par rebond de W-Street

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a limité la casse à la dernière minute (enfin surtout entre 17H28 et 17H30), l'indice perd un tout petit peu moins de 1% (-0,97% à 4.168). Le plancher du jour a été inscrit à 4.153Pts, dans des volumes en contrac

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a limité la casse à la dernière minute (enfin surtout entre 17H28 et 17H30), l'indice perd un tout petit peu moins de 1% (-0,97% à 4.168).
Le plancher du jour a été inscrit à 4.153Pts, dans des volumes en contraction par rapport à la veille (3,65MdsE contre 4MdsE).
L'Euro-Stoxx50 perd 0,93% les 3.053 (après 3.044Pts au plus bas du jour) dans le sillage de Francfort (-1%) ou Madrid (-0,9%).

Wall Street qui perdait -0,5% en moyenne vers 17H a inversé la vapeur vers 17H45 et évolue désormais dans le vert (+0,15% pour le 'S&P', +0,25% sur le 'Dow').
Alors que les acheteurs restaient sur la défensive, malgré les propos 'anti hausse des taux' de Charles Evans (une 'colombe' militante parmi les membres de la FED), il semblerait que certains opérateurs tentent d'invalider les signaux baissiers apparus la veille.

Mr Evans estime en effet que les dernières statistiques de l'emploi et du chômage 'surestiment' l'amélioration du marché du travail et que l'inflation devrait demeurer basse très longtemps (cela ne saurait donc un motif de relever les taux de façon préventive).

Le point d'orgue de cette communication 'par petites touches' de la FED coïncidera avec le compte-rendu (les 'minutes') de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed des 16 et 17 septembre derniers.

Les places boursières européennes chutent de -0,8% en moyenne: 'Il y a beaucoup d'incertitudes en ce moment, surtout avec les menaces posées par Ebola et l'Etat islamique, tout en sachant que le FMI a également revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale', résume Tony Cross, analyste chez Trustnet Direct.

'Le scénario du pire consistant en une récession au cours de l'année 2015 est de moins en moins improbable, comme l'a souligné le FMI dans ses estimations', complète Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque.

Des estimations réajustées du fait des différents conflits géopolitiques à travers le monde. Les indicateurs décevants en Allemagne et par extension dans la zone euro se sont par ailleurs multipliés ces dernières semaines et les perspectives en France sont tout sauf encourageantes.

L'Insee et la Banque de France tablent en effet sur respectivement 0,1 et 0,2% de croissance dans l'Hexagone au troisième trimestre.

La saison des résultats trimestriels des entreprises américaines s'ouvrira par ailleurs ce soir avec comme de coutume ceux d'Alcoa. Ils seront particulièrement attendus étant donné la vigueur actuelle du dollar, qui devrait peser sur les comptes de certaines sociétés exportatrices.

Sur le front des valeurs du SBF 120, Bolloré, très exposé au continent africain, a considérablement réduit ses pertes, passant de -8% à -2,5% au final sur fond de craintes liées à la propagation du virus Ebola.
Au sein du CAC40, Alcatel-Lucent dévisse de -4,75%, Accor de -3,3%, Airbus de -2,7%.
Le compartiment automobile rechute avec Faurecia (-4,85%) devant Peugeot (-4,15%), Valeo (-3,5%) et Michelin (-3%), Aperam et Arcelor (leurs fournisseurs) chutent de -4 à -4,5%.

Areva abandonne pour sa part 4% après l'annonce hier soir de nouvelles mesures d'économies et alors que Standard & Poor's fera connaître aujourd'hui les résultats de son audit.
Eiffage a chuté de -4,9% alors que l'introduction de SPIE vendredi semble compromis vu le peu de demande des investisseurs institutionnels.

Enfin, le titre Air France-KLM se replie de 2,55% à 6,52 euros. La compagnie aérienne française a fait savoir ce matin que l'impact financier de la grève de deux semaines de ses pilotes sur le résultat d'exploitation du troisième trimestre serait compris entre 320 et 350 millions d'euros.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance